Skip to main content

#OKCinfo

#OKCinfo

Les Dévots du Bouddhisme par Marion Dapsance (updated) #mustread #alire #bouddhisme #france #secte

12 min read

J'ai dévoré ce bouquin en 5h, 300 pages qui décrivent avec une précision déconcertante les mécanismes féodaux, autoritaires, capitalistes et misogynes qui se sont imbriqués dans la conception occidentale du bouddhisme tibétain dont le centre RIGPA sous la "direction" de Sogyal Rimpoché et les similitudes à foisons sur le plan religieux, sectaire, adoration, "no limit", Sagesse Folle de Robert Spatz alias Lama Kunzang.

Secte nuisible : 

Fermeture sur le monde, Manque de discernement, attitude sectaire co-optée par le clergé, les "proches", dakinis exploité en femme-objet, secret initiatique avec menace karmic à l'appui, manipulation flagrante, monétisation du Dzogchen et du bouddhisme en général, abus de pouvoir, d'ego, abus sexuels, récidive, détournement des supports de méditation classique sur "le Maître" qui se transforme en culte de la personnalité et j'en passe ont leur équivalent dans le Spatzisme; 

Les rituels de visualisations, les pratiques, les prosternations, les lung et les wang donné à tort et à travers sans la moindre légitimité autre que l'artifice d'une illusion déployée dans une assemblée conquise par son propre mythe et c'est dès le début que la "folle sagesse" est déjà de mise et sera le socle de toute la manipulation sur le long terme, l'endoctrinement profond, une véritable trahison spirituelle pour des gens qui s'était engagé avec leur vie dans la recherche de l'accomplissement par la voie du Bouddhisme et le peu qu'on en savait en Belgique ou en France dans les années 70. 

RS/SR et l'impunité totale

RS et SR deux manifestations différentes d'une même pathologie (aussi présente chez des prêtres, des églises, des internats, parfois des familles) Pervers Narcissique (Pédophile dans le cas Spatz) (Récidiviste?) incapable de ressentir la moindre empathie à propos des êtres-objects qui le serve, en fait l'univers entier tourne autour de ses individus, la Justice d'un système qui n'est pas régi par "La Loi", ce Procès d'un système que la OKC à toujours traiter en parasite se conformant uniquement sous la pression, pour des raisons commerciales ou légales qui ne contribuaient en fin de compte qu'à institutionnaliser le système, le rendant légale, même si toujours opéré par une direction invisible, mais omniprésente, presque omnipotente via son clergé.

La tempête des méduses du début du procès en janvier 2016, c'est une chiquenaude dans un verre d'eau pour celui qui après 40 ans d'abus sexuels, spirituels, moral et financier se pavane dans sa gigantesque villa quelque part sur la côté espagnole. 

On est en 2016, tout le monde (ou pas) est au courant que des prédateurs sexuels, spirituels et financier existent, mais mêmes après des procès, des scandales, des arrangements financier, même après condamnation publique de ces actes par la hiérarchie même duquel ils s'auto proclament "Lama" et puis rapidement éveillé, hein parce qu'on a qu'une vie, alors autant commencer tout de suite par le Tantrayana et abuser au nom du Dharma des enfants innocents dans une prison invisible.

Après 19 ans et un procès dans son ensemble juste, on a enfin une condamnation lourde sur Robert Spatz, mais une peine oh combien trop favorable pour la gravité et le nombres de faits.

Le Bouddhisme est il responsable ?

Le "Bouddhisme" dans son ensemble n'est peut être pas "responsable" mais ce dernier est complètement irresponsable en laissant ces prédateurs vaquer à leur méfaits en toute impunité ou en utilisant l'excuse de "le bouddhisme n'est pas une religion organisée", c'est tout simplement faux. Aujourd’hui le Bouddhisme en France et en Europe est institutionnalisé, il se retrouve dans les émissions du dimanches, il y a une structure de centre, une hiérarchie d’importance, des tas de politiques interne quasi impossible à comprendre, mais il n’est pas assez organisé que pour dénoncer des abus sexuels sur des enfants pratiqué dans un contexte Bouddhique en France, Espagne, Portugal et Belgique ? ou dans le cas de RIGPA sur des adeptes en toute impunité ? mais de qui se moque t’on ?

L'abcès qui va péter inévitablement : 

Entre temps Sogyal se pavane toujours et pour en revenir au livre ci dessous, autant Sogyal que Lama Kunzang (RS) sont protégé par une clique de dévots complètement enturbiné dans une réalité parallèle au point que si ça se trouve: ce sont les victimes de l'OKC, la communauté qui a payé le procès, c'est probablement un dernier "disciple" qui s'est encore fait berné en donnant son héritage pour payer les avocats de Spatz.

Quel disciple payera le procès d'un Sogyal un jour au nom de la dévotion et de la "pratique en action" ?

Pour RS c'est encore plus machiavélique, c'est plus sophistiqué que Sogyal après lecture du livre de Marion Dapsance comparé au dossier et au lecture de toute les dépositions des parties civiles. Spatz à été beaucoup plus loin dans la dérive totale encore que Sogyal, c'est dire !

Des points similaires, mais une démence bien propre à chacun, mais la même dérive sexuelle, la même dérive spirituelle (en plus barbare-basique pour Sogyal) et plus machiavélique-pervers dans le chef de Spatz.

Alors à tous les "Bouddhistes" qui s'excitent parce que ce livre à oublié tel ou tel faits ou tel courant ou X ou Y: ce n'est pas le sujet! 

Mais surtout tant que la hiérarchie Bouddhiste (en tout cas en Occident) n'adopte pas une charte internationale qui régit les limites et les droits et les devoirs d'un "Maître reconnu" (comme proposé par des adeptes occidentaux du DL) c'est que dans le fond, comme l'Église, le Bouddhisme n'a pas envie ni l'intérêt de faire le ménage dans sa propre maison et tant que c'est le cas, le terme "les dévots du Bouddhisme" est un excellent choix de titre quoi qu'en dise ses "Bouddhistes" offusqué avant même d'avoir lu le contenu du livre sur le fait que ce livre serait une généralisation. 

Trop facile de dire que les adeptes ont une part de responsabilité dans le choix du Maître, oui bien sûr qu'ils en ont une (et encore qui à 16 ans ou 20 ans est responsable ou même capable de percevoir qui est possiblement un Maître ou pas? il faut 20 ans d'observations minimum pour avoir un avis), mais c'est le devoir d'une religion organisée justement que d'empêcher que des prédateurs sexuels dangereux et toujours actif tel que Sogyal ou Robert Spatz puissent se draper dans une robe rouge et violer des femmes ou des enfants au nom de la dévotion au Maître ou d'échange d'énergie. c'est abusrde !!!

Non ce livre, malgré son titre, parle de Rigpa et de Sogyal et quand l'auteur parle de pratique ou de description de rituels Bouddhistes elle en maîtrise parfaitement les concepts. 

Ce livre d'ailleurs permet enfin de départager des concepts anciens qui sont venu en Europe par des voies pas toujours très claire et permet au lecteur de faire une séparation entre le Bouddhisme justement et son "Franchising" en Occident et ses diverses implémentations.  

Ce que je rencontre dans les commentaires des Bouddhistes c'est justement de la fermeture d'esprit, ils se sentent attaqué alors que des gens, parfois des victimes, des auteurs, des académiciens, des chercheurs ont parcouru un énorme chemin pour justement : savoir en parler, briser les secrets, les tabous, les dogmes qu'en théorie le Bouddhisme devrait rejeter.

Trop de bouddhistes interprètent la réalité uniquement par le prisme du Bouddhisme. Donc si une victime d’un prédateur tel que Sogyal ou Spatz fait une plainte face à la Justice, c’est qu’elle à besoin d’argent, elle a besoin de vengeance, elle est dans la confrontation etc...en fait ils ne font que percevoir la réalité par le prisme de leur propre contamination. 

Si tu fais fais quelque chose en Justice ou avec les Médias c’est que tu es dans la colère, l'agressivité, la vengeance et ces concepts neutralise complètement l’individu qui porte plainte, c’est à dire : on s’en fout de ce qu’il raconte en substance, si il s’en plaint et qu’en plus il demande de l’argent alors c’est que ses motivations/intentions sont impures. Voilà le raisonnement de beaucoup trop de “Bouddhistes” perdu dans les limbes du manque total de discernement.

Hors il suffit de titiller le clergé OKC ou Rigpa pour percevoir à quel point ces "bouddhistes" sont tourmentés par des dogmes, des limites, des barrières mentales qui les empêchent complètement de voir par delà le scénario qu'ils ont parfois eux même co-créé ou mis en place et de voir les choses "tel qu'elle sont" comme on dit dans le jargon : c'est à dire, des abus sexuels, des abus spirituels et dans le cas de Spatz une impressionnante liste de 170 chefs d'accusation dont il vient d'écoper une condamnation quasi complète et une application de peine bien trop favorable. 

Le peu de gens qui vivent directement auprès de Spatz ou Sogyal ne sont pas dans une recherche volontaire consciente (plus aujourd’hui, même si leur motivation au début était très probablement sincère), qu'ils soient en retraite ou au chevet de ses mégalos, ces gens n'ont plus de libre arbitre, plus de discernement, vivre dans une bulle ou la réalité ne se manifeste uniquement qu’en rapport au Maître, tout le reste n'existe pas, abnégation totale de l'individu au profit de "servir le Maître" ça s’appelle une Secte Nuisible, pas une communauté, pas un centre, encore moins un lieu du Dharma. 

Alors c'est bien mignon de faire reposer tout cela sur une couche de dévotion, de choix personnel, de "ça a changé ma vie" mais dans le fond et par delà les artifices, c'est vivre dans une bulle isolée qui donne l'illusion de laisser filtrer le soleil, car dans les faits, l'esprit est dans les ténèbres, l'ignorance, il est persuadé par le charlatan d'être en pleine lumière, au parfait moment et à l'endroit parfait, d'être une élite, à la limite les adversités extérieures (un procès par exemple) c'est uniquement des obstacles "parce qu'on est sur le bon chemin" et que si il y a des obstacles "c'est qu'on dérange et qu'on fait du bon travail". 

Si le Bouddhisme en Occident veut s'en sortir il doit lâcher le folklore tibétains, la dévotion imposée top-down, la création de petit soldats gris incapable d'utiliser leur cerveau par eux même, voilà ce que j'ai vu et vécu dans les centres ou j'ai grandis et vécu entre mes 0 ans et mes 30 ans. 

En fait pour que le Bouddhisme en Occident soit vraiment utile aux êtres il faut abandonner la forme, le cirque, le monastère, le centre, le culte de la personnalité, les tulkus, les jeux de pouvoirs entre écoles et entre centres, la monétisation de la religion et surtout son manque total de discernement détourné en business modèle toxique.

Bref si le Bouddhisme veut survivre la crise qui vient, il va devoir faire une grande introspection sur sa propre réalité, ses propres dérives, dogmes et matérialisme spirituel, autrement ce n’est en effet plus une philosophie de vie, c’est une Religion. 

C'est le fond qui peut être utile à ceux et celles qui veulent suivrent cette voie, pas la forme, pas le cirque. 
hors sans cirque et sans folklore très peu d'occidentaux serait tombé aussi facilement dans le piège. 

Il est temps que le rideau tombe et que les Rois soient mis à nu en publique et leur structure démantelée. 

Qu'il en soit ainsi !

ps : un très bon livre pour décoloniser les esprits

 

les Dévots du Bouddhisme par Marion Dapsance Review

 

 

#OKCinfo

Audiences, plaidoiries et répliques du procès terminé. Délibération + vacances judiciaire et ça reprend le jeudi 15 septembre avec le jugement.

Hier avec la fin des répliques de la défense on a vu l'avocat de Spatz devenir plus Spatziste que le gourou lui même en adoptant lui même sa doctrine et en la répandant 1h durant dans le tribunal en essayant de faire passer du Spatzisme pour du bouddhisme.

Le tout entrecoupé d'attaques vicieuses et de coups bas contre les parties civiles dans le but de les décrédibiliser face au tribunal.

Mission ratée.

Ce Wauters à clairement montré que dorénavant il est un adepte, un disciple et c'est cette "défense" qui pour sauver un pervers narcissique pédophile risque probablement de couler une communauté qui largement absente de son procès n'a jamais eu en main la direction de sa propre défense ou de son futur et une vingtaine de mail et moulte lobbying dirigé à celle ci n'auront rien fait, mais rien du tout pour créer ne fusse que dans la forme une dissociation d'avec la source du problème : Robert Spatz alias Lama Kunzang.

D'ailleurs celui n'est pas malade, il ne prend que des médecins qui croient en sa maladie, comme tout bon hypocondriaque.

De la même manière, l'avocat de Spatz n'aurait pas été son avocat si par delà son métier il aurait laissé le moindre doute à Spatz sur sa capacité à mener la défense à "bon" port, c'est à dire, veiller aux intérêts de Spatz avant ceux de la communauté : opération réussie.

En ce qui nous concerne, nous faisons confiance à ce tribunal pour ne pas se laisser piéger par les artifices et les nombreux mensonges de la défense et enfin voir par delà les artifices qui entourent ce procès depuis 1997 dans le but de mettre un terme à l'activité nuisible de Spatz et ses lieutenants. (qui n'a jamais cessé pendant les 20 ans de ce procès)

Quant à la communauté, son manque d'implication dans ce procès l'aura amené à une situation qu'elle connaît bien: encore une fois elle délègue son futur plutôt que de se prendre en main en osant couper le cordon une fois pour toute, en se dissociant définitivement du créateur et du destructeur de cette communauté.

Aujourd'hui son futur est entre les mains du tribunal qui veillera à ses intérêts probablement mieux que les 40 années précédentes à suivre un imposteur qui s'est construit sur leur dos.

La peur de tout perdre qui hante la communauté devrait se muer progressivement en quelques chose qui ressemble plus à de la joie d'avoir eu la chance que leur propre enfants aident ce tribunal a y voir plus claire dans l'unique but qu'ils soient pris en compte dans ce procès et non pas laissé dans la rue à l'issue de celui ci. Mais pour croire à cela il faut s'informer et ça c'est pas dans la culture chez OKC.

A bon entendeur salut !

#OKCinfo

Réponse à "Tsodron" de la OKC #okcinfo

8 min read

Info!

Attention! Réponse (en gras) entre les lignes au commentaire de "Tsodron": Commentaire d'origine sous cet article

Je vis dans cette communauté depuis 33 ans, ce n'est pas agréable d’être insulté tout le temps, qu'on me dise que je n'ai rien à dire, (dans le procès 2016 les juges ne nous ont même pas laissé nous exprimer...), que je suis nul, manipulé, avec foi aveugle.. etc etc.

 

J'ai vécu dans cette communauté 30 ans, ce n'était pas agréable de se faire battre par un "éducateur" militaire qui passait plus de temps à surveiller comment des enfants en bas âge se comportait dans un temple que de s'occuper de sa pratique et de son esprit. Et pour ne pas figer sur un élément, les enfants dans la OKC ont eu des dizaines d'éducateurs, dont certains sortent du lot de par leur folie, leur aveuglement mais surtout leur brutalité sur des enfants. ah mais c'était pour nous endurcir ? vivre à Mu aussi c'était pour nous "endurcir" bhé oui après tout c'était censé être "la fin du monde" ! on se demande comment des adultes ont pu laisser une communauté, leur communauté partir à la dérive et à la botte d'un seul homme , mais l'esprit dans la OKC c'est pas une spécialité, encore moins le discernement. 

On vous a pas laissé parlé au tribunal ? je croyais que vous n'aviez rien à changer par rapport à a vos déclaration de 97 ou est ce que tout d'un coup vous avez des choses à compléter ? pour cela il y a eu une enquête et une instruction pendant 19 ans...vous étiez ou si vous étiez dans cette communauté au moment des perquisitions en 97. Depuis quand une communauté qui n'est majoritairement pas présente à son propre procès devrait avoir un accès a parler dans ce procès ? n'avez vous pas eu le temps pendant 19 ans de peaufiner une stratégie ?

vous êtes qui Tsodron?  

C'est peut être le vécu de celui qui lance tous ces articles, et qui c'est arrêté dans le passé . 

"le vécu de celui qui lance" - il y a plus de 23 parties civiles derrière ce site, alors il va falloir faire un effort, s'informer et comprendre les raisons qui poussent les ex-enfants d'une secte que leur parents ont cru construire à dénoncer des abus physique, sexuels, mentale et spirituel. oui il faut se poser ces questions. 

On n'a pas tous vécu ainsi, et la communauté a fait son chemin, On a été libres de venir et aussi de partir. 

nous sommes plus de 40 enfants (aujourd'hui adulte) qui n'ont pas été libre de venir ou de partir, qui ont été séparé par idéologie et la direction de Robert Spatz de leur parent, pendant que ceux ci trimait comme des esclaves alors que leur guru abusait leur enfants ? mais vous vous êtiez libre ? c'est qui ce "ON" que vous utilisé pour définir des gens qui même aujourd'hui évite de regarder un passé qu'ils n'ont pas vécu dans les yeux ?

Libres de se sentir manipulés ou de ne pas le sentir. 

on ne se sent pas manipulé, ou bien on l'est ou bien on l'est pas. la manipulation n'est en générale pas quelque chose que les humains sains d'esprit recherche absolument à expérimenter. encore moins quand des enfants sont soumis au même absurdité dû au manque de discernement totale de leur parents et toute la communauté sous la direction de RS.

Non je ne me sens pas manipulé, j'ai eu la liberté de choix de vivre dans cette communauté qui m'a proportionné des moments uniques. 

Vous y alliez souvent dans cette communauté ? parce que la c'est tout juste si je vous classifie pas comme un touriste qui venait au temple le dimanche s'inspirer de la merveilleuse énergie qui transpirait de partout. de quel communauté parlez vous ? vous êtes consciente qu'il y a eu 40 ans d'histoire?
et que si vous êtes un parents dans la OKC il y a 90% de chance que vous n'avez aucune idée de la vie que votre enfant a vécu ? et que si vous n'êtes pas parents et que vous n'avez pas vécu à ND, vos 33 ans dans la communauté ne veulent rien dire. pas dans l'affaire qui nous concerne. vous êtiez libre à Bruxelles ? oui sans aucun doute beaucoup plus qu'a ND. une réalité quelque part n'est pas forcémment la même ailleurs et très certainement, que ce soit à ND, à Mu ou en Espagne ou à la Sap il y a eu des abus sexuels sur mineurs, même après les perquisitions. moments uniques ?

Culte de la personnalité? 

je vous parle de culte de la personalité et vous me parlé d'autre lama tibétains que vous avez eu la chance de voir. si vous avez réellement vécu dans cette communauté vous savez à quel point la photo de Spatz était partout et à quel point son empreinte était partout. rien ne se faisait sans son accord sûrement pas à ND. 

Si vous arrivez à lire ces "diamant coupeurs" sans y détecter le moindre culte de la personalité, nous n'avons pas d'autre choix que de vous considérer, encore à l'heure actuelle, comme profondémment conditionnée. 

Il nous a proportionné d’être tout prés tout prés des plus grands Maîtres du Bouddhisme tibétain: Dilgo Khyéntsé Rinpoché et de son yangsi (les paroles n'exprimeront jamais le vécu), du Dalai Lama à la rue de Livourne whau, Rabjam Rinpoché quelle force et simplicité , Myngyur Rinpoché (quelle clarté) , Trulshik Rinpoché quelles bénédictions, ,Khenshen Paema Shérab quel ami de coeur,Amala, et ses enfants:Toulkou Paema Wangyal Rinpoché, Jigmé Khéntsé Rinpoché,Randrol Rinpoché,Ringsinla, Dawala,...quelle famille! Dzongsar Khéntsé j'ai adoré,Tengar Rinpoché quelle présence, Ringu Toulkou si proche de nous autres, Khandro Rinpoché la Dakini qui enseigne tous les ans à Nyima Dzong depuis 6 ou 7 ans, Kalou Rinpoché , Bérou Kyéntsé ,Tsogyal Rinpoché,Taklung Matrul Rinpoche qui nous enseigne tous les ans, Tendsin Choedrack qui était le médecin de S.S Dalai Lama,,Ogyen Topgyal Rinpoché, Chokling Rinpoché, encore et encore .et Khenpo Tseten et Lopeun Durpur de Séchen Monastery qui sont au quotidien avec nous. Je remercie vos préoccupations, mais je vous en suplie, ..ouvrez votre cœur et envolez vous plus haut! Merci.

 

C'est bien vous avez eu la chance de voir une liste de lama tibétains qui ont le mérite de ne pas être impliqué dans des scandales de fraudes et d'abus sexuels. mais vous avez raté l'essentiel de ces visites : 

Ces lama tibétains venaient chez OKC dans le but de laisser émerger dans l'esprit des vaillants adeptes du Spatzisme la différence entre ce dernier et le Bouddhisme. malheureusement, en plus de 40 ans d'enseignements à des adeptes qui jouaient au Dzogchen avec "Papa" le dimanche, le manque total de discernement de ceux ci et leur aveuglément n'a que su apporter une chose à la OKC :

la certitude qu'eux même était dans le bon, puisse que tout ces lama venaient les visiter, c'est forcémment que tout vas bien chez OKC. a aucun moment, quelqu'un dans OKC remarque que Spatzisme prêché par le Robert est une vaste blague qui mélange Hindouisme, Chamanisme, Catholicisme et autre "savoirs" glâné sur sa TV au fil d'une vie par le Robert. 

Non, chez OKC l'orgueil est tellement omniprésent que si un lama tibétain vient les visiter, ce n'est sûrement pas pour leur expliquer "comment reconnaître un véritable maître spirituel" - ils n'y ont vu que du feu : un enseignement de bas niveau, probablement pour les nouveaux au fond du temple ? 

quel arrogance, quel aveuglement. heureusement la douche froide arrive.

Karma is a bitch. 

bien à toi,

Kungyal

#OKCinfo

Mishandelde en misbruikte kinderen: twee ontsnapte ex-leden van de OKC-sekte getuigen #okcproces

18 min read

 
sekte

 

'Leider Robert Spatz zag seks met hem als een uitwisseling van energie'

 

Robert Spatz (71), een Brusselaar die in Zuid-Spanje verblijft, moet zich verantwoorden voor meer dan 170 klachten, gaande van sociale fraude en valsheid in geschrifte tot marteling, opsluiting en seksueel misbruik van minderjarigen. Het gerechtelijk onderzoek, dat liefst achttien jaar heeft aangesleept, legt de verbijsterende egotrip van een meester-manipulator bloot.

Na een reis door India richtte Spatz, een televisiehersteller van opleiding, in 1972 de Brusselse afdeling van Ogyen Kunzang Chöling (OKC) op, letterlijk Domein van Klaar Licht. Volgens de statuten was het een studie- en belevingscentrum van nyingma, de oudste van de vijf Tibetaanse boeddhistische tradities. Centraal in de leer staan het streven naar innerlijke zuiverheid en de verwerping van het materialisme. Maar Spatz, die zich als Lama Kunzang liet aanspreken, nam het niet al te nauw met zijn eigen verlichte principes. OKC was meer een netwerk van commerciële ondernemingen in Brussel: het omvatte een centrum voor yoga en seminaries, biowinkel Le Paradox langs de Elsensesteenweg en vegetarisch restaurant La Tsampa in de Livornostraat. Zijn volgelingen werkten er dag en nacht, in ruil voor kost en inwoon. De inkomsten dienden voor de aankoop van plezierjachten, wagens en villa’s in Spanje, Portugal, Tahiti en aan de Côte d’Azur. De opvallendste aankoop was Château de Soleils, een bouwvallig kasteel in het Franse Castellane, in het departement Alpes-de-Haute-Provence. Daar begint ook het verhaal van Sophie Peten (38) en Ben Borges (35), die er het grootste deel van hun jeugd hebben doorgebracht.

Sophie Peten «Mijn ouders waren trouwe bezoekers van de seminaries in Brussel. Ze zagen in Spatz een charismatische verteller met een aparte visie op leven en maatschappij. Gaandeweg begon hij hen te bewerken. Hij bood mijn moeder een job in La Tsampa aan. Toen het wat minder ging in hun huwelijk, raadde hij mijn vader aan om enkele maanden te herbronnen in India. Kort na zijn vertrek verhuisden mijn moeder, mijn broertje en ik van ons huis in Tervuren naar een klein appartement in het OKC-centrum boven het restaurant. Mijn moeder werkte dag in, dag uit. Ze liet mijn opvoeding over aan andere volwassenen, maar dat waren niet de meest stabiele persoonlijkheden.

»In januari 1985 organiseerde Spatz een seminarie in het Château de Soleils. Dat was een openbaring. Van een appartement in het grijze Brussel vol hysterische volwassenen naar een klein paradijs in de bergen! Zowel Spatz als de al aanwezige kinderen drongen erop aan dat ik zou blijven. Natuurlijk zei ik ja. Enkele dagen later keerde mijn moeder terug naar Brussel, zonder mij.

»Het is absurd dat een kind van 7 jaar zulke keuzes mag maken. Ik weet nog dat ik achter haar auto aanrende, omdat ik plots besefte wat mijn beslissing inhield. Een jaar later kwam mijn 5-jarige broertje ook naar het château, in dezelfde omstandigheden.»

'Robert Spatz beantwoordt aan het klassieke FBI-profiel van een sekteleider: een perverse narcist die zichzelf buitenaards vindt en alle mondiale problemen kan oplossen'

Kind kwijt

In de zomer van 1979 belandde de 16-jarige Portugese Catarina in Castellane. Het meisje was van huis weggelopen en raakte meteen gecharmeerd door de utopie van een boeddhistische commune. Ze leerde er een jonge Belg kennen en verhuisde naar Brussel om er in de OKC-gemeenschap te werken. Enkele maanden later was ze zwanger.

Ben Borges «Mijn geboorte zorgde voor spanningen in die kleine groep, daarom stuurde Spatz ons terug naar Frankrijk. Omdat ik angstig van aard was, kreeg mijn moeder de uitzonderlijke toestemming om bij mij te blijven. Dat werd niet echt geapprecieerd door de anderen, die hun kind wél hadden moeten afstaan. Uiteindelijk kon ze de groepsdruk niet langer aan, en in 1986 keerde ze terug naar Brussel.»

HUMO Jullie ouders mochten slechts één keer per jaar op bezoek komen. Waarom moesten jullie gescheiden leven?

Borges «Spatz vond dat ouders van nature gebrekkige wezens zijn. Hij geloofde dat ze hun kinderen op genetisch niveau vergiftigen. Er moest dus een fysieke en mentale afstand gecreëerd worden om ons te ontgiften. Hij vernederde hen in ons bijzijn en tegelijk hemelde hij ons op. Wij maakten deel uit van een elite, zei hij, we waren voorbestemd voor een uitzonderlijke toekomst. Ik voelde me als kind dan ook superieur tegenover die arme, gebrekkige mensen. Toen ik 8 jaar was, hield ik zelfs de moeder van iemand anders voor de mijne. Ik was gewoon vergeten hoe ze eruitzag.»

Peten «Ik heb me heel lang geschaamd voor mijn moeder. Ik wilde haar niet meer. Ze beantwoordde niet aan het ideaalbeeld dat ik van een volwassene had: iemand die zuiver en bovengemiddeld intelligent is. Ik vroeg me zelfs af of ik geen andere moeder kon krijgen.»

HUMO Was het leven in een Frans kasteel in de bergen zo idyllisch als het klinkt?

Peten «Het château was totaal ongeschikt om kinderen in te huisvesten. Er waren geen stoelen of tafels, we leefden eigenlijk op de grond. De eerste jaren was er ook geen verwarming of warm water. In de winter daalde de temperatuur er makkelijk tot min 17 graden. We hadden bovendien weinig kleren, en het was verboden om de handen in de zakken te steken of om handschoenen te dragen. In geen tijd hadden we blauwe, etterende wintervoeten.

»We leefden van gewassen uit de omgeving. In de winter moesten we het stellen met beschimmelde havermout of soep met een stukje brood. Of we kregen de overschotten van de winkels in Brussel, maar die waren vaak over datum.»

Ego moet dood

De kleinste kinderen kregen ter plaatse les van een gediplomeerde onderwijzeres, die ook lid van de commune was. Voor het voortgezet onderwijs deed de sekte een beroep op het Centre National d’Enseignement à Distance (CNED), een Frans systeem van afstandsonderwijs. ‘Maar dat was enkel vanwege de schoolplicht,’ zegt Borges. ‘Spatz beschouwde het klassieke onderwijs als onzinnig. Hij vond handenarbeid veel nuttiger, zoals brood bakken, hout hakken, schilderen en metselen. Er waren vier volwassen begeleiders, maar feitelijk stonden de kinderen in voor het onderhoud van dat kasteel.’

Peten «Tegelijk stonden we elke dag om vijf uur op om te bidden en honderden pagina’s heilige Tibetaanse teksten uit het hoofd te leren. Van ’s ochtends tot ’s avonds werden we gedrild, zeven dagen per week, jaar in, jaar uit. In zijn interne reglement, La Règle d’Or de Soleils, legde Spatz alle facetten van het dagelijkse leven vast, en alle leden moesten dat ondertekenen. De rode draad in het spatzisme was de vernietiging van het ego. Het lijden nam een belangrijke plaats in: het was een middel om het slechte karma te verbranden. Een goede daad die het eigenbelang diende, moest bestraft worden.»

 

'Toen ik 8 was, hield ik iemand anders voor mijn moeder: ik was gewoon vergeten hoe ze eruitzag'

 

Borges «De begeleiders voedden ons op door middel van bestraffing. Wie hun autoriteit ter discussie stelde of een mening uitte, werd gestraft. Het was immers heel egoïstisch om een persoonlijkheid te ontwikkelen.»

Peten «Elke dag moesten we 108 keer languit op de buik vallen en weer opstaan voor Spatz. Of voor zijn foto, als hij afwezig was. Wie het te traag deed, kreeg ’s avonds geen eten. Maar vaak wísten we niet eens waarom we straf kregen.

»Die straffen konden allerlei vormen aannemen: we moesten een uur op onze blote voeten in de sneeuw staan, bijvoorbeeld. Of we kregen in de kamer van de begeleider een prop in de mond, waarna hij met een stok op onze blote billen sloeg. Of we werden opgesloten in een donkere kamer in het kasteel. Soms werd de hele groep gestraft: dan moesten we ons 108 keer in hetzelfde ritme op de grond gooien, en bij de minste fout moesten we alle vijftig opnieuw beginnen.»

Borges «Toen ik 10 jaar was, stuurden ze mij eens ’s nachts met een slaapzak een bos in, kilometers verderop. Er zaten wilde everzwijnen, dus klom ik in een boom en bracht ik de nacht door op een tak, hoog boven de grond.»

Peten «Of ze verplichtten een groepje jongens om zich maandenlang om vier uur ’s ochtends in een beek in het dal te wassen. Ook in de winter. Hard en zuiver worden, dat was het levensmotto.»

Uitspatzingen

Op het proces dat nu in Brussel loopt, wordt Robert Spatz ook beschuldigd van seksueel misbruik. Van de elf bevestigde gevallen tussen 1979 en 2015 waren er tien slachtoffers minderjarig. Een meisje dat op het moment van de feiten 11 jaar was, getuigde in de rechtbank hoe Spatz begon met het vertellen van onnozele geheimpjes om te testen of ze kon zwijgen. In een volgende fase verhuisde ze met haar moeder naar zijn privéappartement in het kasteel om voor hem te koken en te wassen. Spatz, een hypochonder die lijdt aan extreme smetvrees, nam hen in vertrouwen door over zijn vorige en zijn toekomstige levens te vertellen. Hij nam de volledige fysieke en mentale controle over, tot op het punt dat hij hen vroeg om seksuele handelingen uit te voeren onder het mom van religieuze rituelen.

 

'Wie een mening uitte, werd gestraft. Het was heel egoïstisch om een persoonlijkheid te ontwikkelen'

 

Borges «Hij zag seks als een uitwisseling van energie. Door fysiek contact kon hij de energie van het meisje overnemen. Penetratie hoorde daar niet noodzakelijk bij. Zijn smetvrees was zo groot dat hij nooit veel verder ging. Hij gebruikte wel een dordje(kleine Tibetaanse scepter, red.), zweepjes of een instrument dat elektrische schokjes gaf. Dat sluit aan bij zijn sadomasochistische theorie over het lijden. Door van seksueel plezier lijden te maken, kwam er energie vrij. Die nam hij over van zijn slachtoffer.»

Peten «Eén van de medebeklaagden op het proces was bij enkele aanrandingen aanwezig en nam er zelfs aan deel. Getuigen verklaarden ook dat er een onbekende toekeek vanuit een verduisterde hoek in de kamer.»

HUMO Sophie, ook jij was uitverkoren, maar een verkoudheid heeft je gered?

Peten «Op een bepaald moment ging Spatz zich met mij bezighouden. Ik had in die periode veel angstaanvallen, en hij wilde er samen met mij aan werken. Tijdens een groepsuitstap in de Dordogne riep hij me naar zijn caravan. Net die dag had ik griep. Blijkbaar moet dat de hypochonder in hem afgeschrikt hebben, want dat was het einde van mijn speciale behandeling.»

 

'Elk kind was getraind in karate. We oefenden zelfs in de regen of de sneeuw. Volgens Spatz moesten we ons kunnen beschermen tegen de buitenwereld'

 

HUMO Hoe ontdekten jullie als tieners je eigen seksualiteit in zo’n gesloten omgeving?

Peten «Het ging er ongelofelijk preuts aan toe. Meisjes mochten het haar niet los dragen, en een rok mocht niet hoger dan de kuit komen. We epileerden stiekem het haar op onze benen met de vlam van een kaars.»

Borges «Er was geen plaats voor liefde, wat eigenaardig is in een boeddhistische commune. We kregen nooit een kus of een aai, er was geen enkel liefdevol fysiek contact.»

Peten «We leerden over liefde in boeken. Op latere leeftijd mochten we op vakantie naar Brussel om onze ouders te bezoeken. Daar zagen we voor het eerst films of lazen we boeken die we in Frankrijk niet mochten lezen. ‘La bicyclette bleue’ (historische roman van Régine Deforges, waarin een meisje in bezet Frankrijk de liefde ontdekt, red.) heeft mij de ogen geopend. Ook in ‘Au bonheur des dames’ vanEmile Zola las ik als 14-jarige over gevoelens waarover ik nog nooit had gehoord.»

HUMO Eén van de karakteristieken van een sekte is de alomtegenwoordigheid van de spirituele leider. Was dat ook bij Robert Spatz het geval?

Borges «Absoluut. We geloofden dat hij omnipresent en alleswetend was. Dat was ook zo, want iedereen kwam hem de hele tijd alles vertellen. Hij was een uitstekend acteur en manipulator. Vanop zijn troon in de tempel keek hij letterlijk op ons neer. Hij beweerde dat hij onze gedachten kon lezen, en hij prentte ons in dat ons vreselijke dingen zouden overkomen als we aan zijn gezag durfden te twijfelen. Op die manier ontwikkelden we een ongelofelijke volgzaamheid. Ik was zelfs paranoïde: na elke slechte gedachte was ik bang dat ik ervoor gestraft zou worden.»

Peten «Zijn foto hing overal: in alle kamers, in de keuken, zelfs in de badkamers. We werden verplicht om bij het ontwaken meteen aan hem te denken. Hij perverteerde de boeddhistische rituelen door ze te linken aan zijn personencultus.»

HUMO Volgens het FBI-profiel is een sekteleider pervers narcistisch, beschouwt hij zichzelf als uitzonderlijk of afkomstig van een andere planeet, beschikt hij over de wijsheid om mondiale problemen op te lossen en eist hij totale loyauteit van zijn volgelingen.

 

Peten «Klopt helemaal. Wanneer je met hem ergens naartoe ging, mocht je nooit naast hem lopen. Je moest altijd schuin achter hem blijven, want je mocht geen schaduw op hem werpen of in zijn schaduw stappen. We mochten hem evenmin in de ogen kijken. Als we hem iets aanreikten, dan moesten we het boven ons hoofd houden, zodat we het niet met onze microben konden besmetten. En je mocht alleen tegen hem praten met een hand of een doek voor je mond.»

'Het domein Château de Soleils in Frankrijk' 

Tong en neus eraf

In 1993 werd een groep van 25 kinderen, onder wie Ben, Sophie en haar broer, van Château de Soleils overgeplaatst naar een klooster in Portugal. De kinderen werkten er elke dag in het restaurant, de tempel en het yogacentrum. Ze werden er tegelijk voorbereid op het einde van de wereld, dat volgens Spatz zeer nabij was. ‘Wij hadden geen televisie, radio of computer en wisten niets over het leven in de buitenwereld,’ zegt Peten. ‘Hij controleerde alle informatie die binnenkwam en vermengde allerlei nieuwsfeiten met zijn ziekelijke fantasieën. De mensheid zou ten onder gaan aan aids, of anders zouden ze elkaar wel uitmoorden.’

Borges «Spatz creëerde in Portugal een heel gewelddadige sfeer in de groep. De kinderen hebben er elkaar veel pijn gedaan, op alle mogelijke manieren. We werden er grootgebracht in een onrechtvaardige, seksistische, vrouwonvriendelijke machismocultuur.»

Peten «Hij leerde ons hoe we ons met een mes konden verdedigen en hoe we iemand de tong of de neus moesten afsnijden. Hij nam de meisjes apart en vertelde ons over een visioen dat hij had gehad, waarin we allemaal verkracht werden. Hij drong er voortdurend op aan dat we maagd moesten blijven, anders zouden we uit de commune verwijderd worden. Mentaal werden we tot het uiterste gedreven. Op den duur zaten we in een heel agressieve overlevingsmodus. Toen ik me jaren later in een vechtsportclub in Brussel inschreef, joeg ik er de mannen schrik aan. ‘Ben je gek?’ riepen ze. ‘Wil je iemand vermoorden? Het is geen oorlog, hè!’ Ik begreep er niets van.»

 

'Het stond iedereen vrij om te vertrekken, maar waar moest je dan naartoe? Alsof je geboren bent op Mars en iemand zegt: 'Daar is de aarde. Je mag daar gaan wonen''

Borges «Elk kind was getraind in karate. We oefenden zelfs in de regen of de sneeuw. Elke verjaardag werd gevierd met een moulinette, waarbij de jarige het in een gevecht diende op te nemen tegen de 24 anderen. Volgens Spatz moesten we ons beschermen tegen de buitenwereld. Hij zette elke nacht iemand op wacht met een luchtdrukpistool. Het klooster deed denken aan een militair trainingskamp: in plaats van allemaal samen te werken, werden we gemanipuleerd en tegen elkaar opgezet.»

Peten «Wanneer de spanningen te hoog opliepen, organiseerde hij een feest met sloten alcohol. Alle kinderen tussen 12 en 24 jaar kregen dan een grote beker met whisky of wodka erin, en telkens als Spatz ‘A la familia, a la nostra!’ riep, dronken we ad fundum. Dat ging zo de hele nacht door. ’s Ochtends legden de volwassenen de stomdronken kinderen in een tractor en brachten ze hen naar de slaapzaal.»

HUMO Is er nooit iemand in opstand gekomen?

Peten «Dat was ondenkbaar. Het stond iedereen vrij om te vertrekken, maar waar moest je dan naartoe? De afstand naar de gewone wereld was simpelweg te groot.»

Borges «Het is alsof je geboren bent op Mars en iemand zegt: ‘Daar is de planeet aarde. Je mag daar gaan wonen.’»

Ten prooi aan profiteurs

In 1997 barstte een eerste bom. Tijdens Operatie Soleil voerden 130 Belgische en 300 Franse agenten een hele reeks huiszoekingen uit in de diverse centra en kloosters van Ogyen Kunzang Chöling. Robert Spatz en enkele trawanten brachten zes maanden in de gevangenis door.

Peten «Dat was een enorme schok. Tegelijk waren we voorbereid, want Spatz had ons voorspeld dat de buitenwereld ons zou aanvallen.»

Borges «De politie dacht wapens en drugs bij ons aan te treffen, maar ze werd ontvangen met thee. Bij de ondervragingen kreeg ze tientallen soortgelijke antwoorden te horen: ‘We zijn gelukkig, OKC is een fijne plaats.’ In Frankrijk stelde een onderzoekscommissie later zelfs vast dat OKC een lovenswaardige beweging was. Maar ze had de conclusies van haar inspectie in Château de Soleils gebaseerd op de verhoren van geïndoctrineerde kinderen. Ik heb alle getuigenissen uit die periode gelezen: iedereen diste exact hetzelfde verhaaltje op!»

HUMO Wanneer begon het jullie te dagen dat er iets niet klopte aan OKC?

Peten «Na Operatie Soleil ging ik in Brussel werken. De organisatie was hard getroffen: het aantal volgelingen was flink gedaald, maar de ondernemingen moesten blijven draaien. Acht jaar lang werkte ik er 16 uur per dag voor 125 euro per maand. Tegelijk ontdekte ik het Brusselse nachtleven. De confrontatie tussen die twee werelden haalde me helemaal onderuit. Alle principes die mij van jongs af waren ingelepeld, bleken waardeloos. Ik had geen persoonlijkheid, ik wist niet hoe ik me in gezelschap of in het openbaar moest gedragen. Ik was naïef en me niet bewust van de gevaren in de normale wereld, kortom: een gemakkelijke prooi voor allerlei profiteurs.»

Borges «Ik heb een tijdje bij mijn grootmoeder in Lissabon gewoond. Ik heb voor OKC zelfs nog een vegetarisch restaurant geopend in de Algarve, maar uiteindelijk ben ik toch teruggekeerd naar Brussel. Daar wilde ik mijn moeder, die ik al acht jaar niet meer had gezien, beter leren kennen. Maar ik was vreselijk sociaal gehandicapt: ik kon met niemand meepraten over muziek, politiek of sport. Het openbaar vervoer nemen, een krant kopen of een bankrekening openen: dat kon ik allemaal niet. Dankzij het internet leerde ik de echte wereld kennen. Ik begon me erg te interesseren voor mensenrechten en sociaal activisme, en ik besefte dat ik pas verder kon met mijn leven als ik het OKC-hoofdstuk afsloot. Ik zocht een advocaat en nam contact op met ex-leden zoals Sophie om ons te organiseren tegen Spatz. De respons was enorm. Vanuit alle hoeken van de wereld toonden ex-volgelingen zich bereid om mee te werken. De Belgische staat concentreerde zich vooral op het financiële deel van het onderzoek. Wij voegden er een aanzienlijk zedendossier aan toe en brachten 21 burgerlijke partijen samen.»

HUMO Robert Spatz volgt het proces omwille van gezondheidsredenen vanuit Spanje. Enig idee hoe het met hem gaat?

 

Peten «Hij voelt zich nog altijd onaantastbaar. Eén van zijn dertig overgebleven volgelingen vertelde ons dat hij in goede gezondheid is en nog steeds seminaries geeft. De procureur wees tijdens zijn pleidooi op het risico dat Spatz vandaag in Spanje nog steeds kinderen misbruikt.»

Borges «Hij probeert het proces te manipuleren, zoals gewoonlijk. Hij laat zijn dure advocaten zelfs betalen door zijn slachtoffers, zijnde de OKC-gemeenschap. Ik kan alleen maar hopen dat rechtvaardigheid geschiedt. Robert Spatz moet gestopt worden.»

Geschreven door TVS

Source

#OKCinfo

Les ex-adeptes de la secte OKC racontent leur calvaire #OKCinfo

4 min read

Les audiences du procès de l’OKC (Ogyen Kunzang Chöling) ont été consacrées, vendredi, aux 25 parties civiles à ce jour constituées.

Les deux premiers témoignages ont évoqué l’atmosphère du monde d’enfants enlevés à leurs parents pour intégrer la secte de Robert Spatz : punitions, violences, privations alimentaires. Des journées de jeûne et de prières pour le bien-être du gourou étaient imposées collectivement aux enfants.

Face au tribunal, vendredi, une jeune fille a fait la démonstration d’une prosternation pour illustrer la difficulté de l’exercice. Les enfants devaient répéter à l’excès cette pratique religieuse tournant au supplice. Une punition. La cour s’en était inquiétée les jours précédents.

La déclaration méthodique d’une jeune femme, aujourd’hui avocate, a ensuite vu l’assemblée confrontée à une histoire d’une extrême pesanteur. Elle a décrit ses nuits isolées dans une pièce communicant avec la chambre du lama. Une chambre où il a fait fréquemment irruption pendant plusieurs années, espérant qu’elle accède à de véritables relations sexuelles.

Une autre femme a détaillé des séances prétendument destinées à soigner ses maux de tête, séances durant lesquelles elle devait frapper frénétiquement le sexe du gourou.

Tour à tour, trois jeunes femmes ont décrit des rituels énergétiques, présentés comme des soins ou comme un privilège destiné à élever la puissance particulière de leur aura. Elles ont évoqué des attouchements et une participation sexuelle active sur injonction du gourou.

La reconnaissance de l’unicité d’intention au travers des neuf plaintes pour abus sera déterminante pour la suite du procès. Elle pourrait rendre recevables les dénonciations déposées tardivement, ainsi que celles qui tombent sous les délais de prescription.

Dès le début du procès, la question des pratiques sexuelles dans le bouddhisme a monopolisé l’attention. D’après Carlo Luyckx, échevin des cultes à Saint-Gilles et président de l’Union bouddhique belge (UBB), elles sont rares et réservées à des adultes qui ont atteint de très hauts niveaux de réalisation. En référence à une plainte, ce témoin de la défense a assuré que la bénédiction des chakras avec un dorje était dépourvue de connotation sexuelle et ne justifiait ni la nudité du disciple ni l’isolement du groupe.

Carlo Luyckx a également pu attester de l’ancienneté de la lignée de Kangyur et Dudjom Rinpoché, dont Spatz se réclame. Cet enracinement dans le bouddhisme tibétain est un gage de crédibilité pour ses adeptes.

Certains enfants biberonnés au « spatzisme », qui ont poursuivi un enseignement bouddhiste, remettent aujourd’hui en cause la légitimité de ce professeur de yoga autoproclamé lama. Ils déconstruisent ses concepts fondateurs, comme le karmayoga (offrande de son travail à son lama, tout en exigeant une vie très simple de la part des disciples). « Il transgresse le bouddhisme quand il parle d’une imminente fin du monde ou diabolise le monde extérieur. Il travestit l’engagement au bouddhisme en un culte autour de sa personnalité de lama », a estimé l’un d’eux.

Source : LeSoir

#OKCinfo

OKC: l’éveil des enfants-guerriers #okcinfo

9 min read

Atravers les récits de Nele et Senge (prénoms d’emprunt), l’idylle de cette éducation au grand air bercée de spiritualité prend une tournure plus sombre. Dès 5 ans, ils vivaient au château de Soleils sans leurs parents, hormis lors de visites estivales. Leurs mères ont rencontré Robert Spatz à l’âge de 16 ans, alors qu’elles étaient en rupture familiale. C’était vers 1972, date de la fondation d’OKC en Belgique.

Maltraitances dans les murs du château

« Nos moments de jeu donnaient l’illusion à nos parents qu’on était heureux, évoque Nele. Mais, c’était l’armée ». Entre les heures de temple matin et soir, il y avait la course matinale, les 108 prosternations, les cours et les corvées agricoles. La règle d’or imposait jeûne, confession publique voire enfermement dans des cellules de ressourcement selon la gravité des fautes.

« On n’avait pas assez de gens compétents pour s’occuper de nous », estime Nele. Des carences ont été constatées. Certains parlent de blessures mal soignées, de traitements homéopathiques sans fin, de douches hebdomadaires, sans chaudière les premières années. « On devait s’asseoir sur un bidon sans nos culottes, jambes écartées, et il nous coupait les ongles. » Cette manie du responsable des garçons que décrit Nele à ses 7-8 ans en masquait une plus grave dans le dortoir : « On se bordait toutes et on faisait le mort pour éviter, après ses bisous de bonne nuit sur le front, que ses grosses mains ne se baladent sous les draps… ». Après qu’une de ses favorites l’a dénoncé, il lui a été interdit d’approcher des enfants. Une condamnation peu sévère en comparaison de leurs punitions : courses pieds nus sous la pluie comme sur la neige, châtiments corporels par son remplaçant… « Il avait un ongle toujours pointu pour régler l’alarme de sa montre à clavier digital, se souvient Senge. Au bip, il prononçait ses sentences. Des garçons étaient fréquemment convoqués dans sa chambre. Il avait des piles de mouchoirs en tissu, pliés méticuleusement. Il t’enfournait le sien dans la bouche et te mettait ventre au sol pour la leçon. Il baissait ton pantalon et se servait d’un bâton du bois de son choix et de ses poings pour te rouer de coups. » Un de ses successeurs passa encore ses colères frénétiques sur eux.

Dans les années 90, le suivi des enfants a été amélioré ; la musique classique est entrée au château qui s’est ouvert au monde à travers les revues Géo ou l’émission Ushuaïa. Mais, les plus de 13 ans n’ont pas connu cette accélération de la mise aux normes.

Un endoctrinement guerrier

Cette génération a été envoyée au monastère de Mu au Portugal. La culture d’économie était exacerbée pour s’approcher d’une vie autarcique entre jeunes. Ils géraient quasi seuls leurs cours par correspondance.« Spatz critiquait l’école, l’histoire vue par le système, déplore Senge. Nos scolarités se terminent en une espèce de nuage de fumée. C’était martial. On courrait entre les points d’activités. On faisait 2-3 heures de karaté par jour sur du béton. »Une nuit, Senge est réveillé à l’arrivée du lama : « Sa tribu débarque avec ses caravanes : chapeaux feutrés, gilets en cuir, foulards… Ces musiciens commencent à danser. Spatz n’a plus que rosaire et bracelets du folklore tibétain. Pour beaucoup, il était à l’image de ces troubadours de la littérature tibétaine dont tout le monde acceptait les frasques. » Robert Spatz est revenu régulièrement à Mu. « C’était différent des enseignements publics, continue Sengue. Il nous baignait dans l’idée de la fin du monde. Ça m’a pris des années à me déconditionner. S’il glissait une info du JT, ça prenait une dimension énorme. Il répétait qu’on devait s’entraîner, défendre notre lopin de terre, qu’on était des guerriers, que du sang allait couler… On y a cru parce qu’on n’avait pas d’autres références extérieures. On a eu des manurhins pour faire la garde, dressé nos chiens à la garde, fabriqué des arcs, des couteaux… En 96, sous la pression des enquêtes parlementaires, les armes sont balancées dans des étendues d’eau ».

Des vierges en proie au gourou

Nele n’a pas été pas formée à devenir un de ces « soldats de l’apocalypse ». Plus privilégiée encore, elle a connu dès 12 ans le faste de ces fêtes gitanes au camp de Robert Spatz en Espagne : « J’ai découvert le champagne, le caviar à la cuillère… » A son niveau spirituel, il disait ne plus devoir évoluer dans la pauvreté. Ses enfants vivaient d’ailleurs une vie normale à Bruxelles.« Il m’a dit que si je m’occupais de son fils, il resterait », affirme Nele lorsqu’elle décrit la place accordée aux femmes. « Après une soirée de beuverie où il est à peine conscient, on nous met ensemble dans une caravane ». Entre les quarantaines médicales attribuées à la peur des maladies du lama, Nele reçoit des massages pour soulager un mal de dos persistant : « Il me fait venir à plusieurs reprises, mais ça devient de plus en plus à des endroits que je ne comprends pas… » A ses 15 ans, alors qu’elle est en France, elle est à nouveau convoquée : « C’était cérémonial, dans le noir avec des lampes. Je crois qu’il était nu, en tout cas en bas. Y. regardait. Ca a été des doigts, des attouchements… Là, c’était clairement sexuel. On m’a dit «tout ce qui se passe ici est secret». C’était comme avoir reçu quelque chose ». La femme – mentionnée comme témoin ou complice – est citée par une autre victime. Sous prétexte d’ouvrir une voie prétendument élitiste vers des énergies supérieures, une fille l’accuse de rituels d’inspiration tantrique routiniers jusqu’à attendre qu’elle concède, mineure, à des actes sexuels sous le poids de ses arguments, de menaces d’enfermement et de son corps nu allongé sur elle. S’il nie ces faits, il a toutefois admis, en réaction à une autre plainte, s’être livré à un rituel initiatique en perspective de dévirginiser une jeune adulte.

Travail et dépendance

« Pour récupérer les gens, si tu allais mal, tu avais rendez-vous et il te redonnait une raison d’être ciblée », apprécie Senge. Comme Nele, il se retrouve ainsi à faire tourner des restaurants dès 15-16 ans. Après les perquisitions, ils recevaient de petits revenus d’indépendant, desquels OKC déduisait loyer et autres charges leur laissant environ 200 euros d’argent de poche. En 2005, une des collègues de Senge à Bruxelles a largement déclaré avoir subi mineure des abus sur plusieurs années : « La communauté dira qu’elle est folle. Elle le vit très mal et on l’hospitalise. Je pressentais que la mettre sous médication c’était risquer de la perdre et la décrédibiliser encore ».Après ça, il a progressivement rompu sa dépendance envers OKC et détaché la pensée bouddhiste du spatzisme. Nele a déposé plainte en novembre :« On devra prendre en charge nos parents. J’espère que la justice leur laissera un lieu commun en dédommagement. »

Source

#OKCinfo

Réaction "d'OKC" : en somme une réaction pas bien différente que celle de l'Eglise catholique sur ses propres scandales de pédophilies. Médusé, oui c'est le cas de l'être si c'est la une réponse d'un centre qui se dit Bouddhiste, la question à poser c'est: qui est OKC ? c'est quoi OKC ?

Non cette réponse n'est pas celle de la communauté OKC, elle n'émane que d'une direction en ligne directe avec un Spatz en mode parano et un Lamten qui essaye de fuir l'enclume qui inéxorablement se rapproche.

Cette réaction est celle d'un couple isolé, mais aux commandes, pilotant un bateau abandonné par leur propre Maître, un bateau laissé à la dérive tant que celui ci est sous son contrôle. un bateau qui secrètement a peut-être une dernière chance pour rentrer au port du Dharma et prendre ses responsabilités.

Changer de bord cher Parents, certain chez vous l'ont fait en sortant, mais ce n'est pas et ne devrait pas être la seule solution, sauter par dessus bord du Spatzisme ET prenez le contrôle du navire OKC, dans tous les cas il ne vous appartient qu'a vous de vous organiser et faire valoir vos droits sur le fruit de votre construction d'une vie. après tout c'est votre projet d'éducation et de vie. alors si vous voulez traverser la tourmente, il faut apprendre à naviguer soi même.

Mais des questions demeure : qu'avons nous faits collectivement, consciemment ou non, que s'est il passé ?

Pourquoi les enfants ne parlait même pas a leur propre parents de leur abus physiques ou sexuels ? pourquoi le premier scandale de pédophilie a été enterré sous les décombres et minimisé pour justement ne PAS inquiéter les parents ?

Pourquoi par la suite Spatz va continuer ses abus sexuels alors même que les perquisitions ont déjà eu lieu ?

Pourquoi le rapport Français sur les enfants est basé sur des enfants qui n'ont justement pas vécu tout ces problèmes (à ce moment la en tout cas) comment est ce possible d'interroger des dizaines d'enfants conditioné et de prendre leur témoignages comme des témoignages neutre, objectif et valide pour définir Châteaux de Soleils entre 1970 et 1997 ?

Pourquoi est ce que le rapport d'enquête parlementaire Belge et "l'exposé" sur Ogyen Kunzang Choling de Spatz en 95-96 est truffé de mensonge, jamais relevé, ni par l'enquête ni par personne, hors ou dans la OKC. (ce rapport d'enquête parlementaire sera démonté prochainement sur ce site)

Pourquoi la justice Belge ne se rendra jamais compte (ou beaucoup trop tardivement) qu'il lui manque des dizaines de témoignages sur des faits qui sont partiellement abordé dans les enquêtes de 97 mais qu'elle ne pousse pas plus loin, a part en début 2015 pour contacter toutes les parties dont elle a le contact (alors que la totalité des lésés sur ces faits sont tous dehors de la OKC depuis au moins les années 2000) ?

Pourquoi alors qu'une énorme partie des jeunes qui ont vécu ses abus sont libre et fiché dans une commune de Bruxelles, Paris ou une autre ville n'ont jamais, jamais eu l'occasion d'être pris en considération en 19 ans d'enquête ?

Pourquoi une trop grande parties des jeunes plus âgés n'a jamais été contacté par l'enquête alors qu'ils sont mentionné par leur parents et présent dans le dossier ?

Pourquoi, en lisant les archives du greffes, personne ne constate du côté de l'enquête, que les interrogations de 97, sur les parents sont nulle. caduque. une centaine de personne, une centaine de témoignages vide de sens, uniforme, presque téléguidé, encore sous l'emprise d'un conditionnement, et pourtant ces pièces ont peut être plus de valeur que les témoignages des victimes ? vu l'inaction de la Justice Belge sur 19 ans il faut peut être se poser ces questions et essayer d'y répondre honnêtement, dans la OKC et pour l'enquête.

Donc,

qu'avez vous consciemment réellement voulu faire ? qui a voulu faire quoi ?

Un dogme religieux piloté par une minorité, initiée, proche de Spatz qui contrôle vos moyens de subsistances et structures ?

Ou

Une communauté de pratiquants ET non pratiquants du Dharma qui s'est organisé hors puis dans la société après les perquisitions pour subvenir à son mode de vie et ses choix sur la durée et qui, a côté de cela partage le même intérêt pour le Bouddhisme authentique ?

Si c'est la deuxième réponse, alors la réponse d'OKC sur l'émission de la RTBF ne peut pas être une réponse qui vous représente. mais c'est quoi "être représenté" ? c'est quoi faire confiance à une ligne presque fondamentalement religieuse et piloté par un sécrétariat restreint et non démocratique pour "défendre" la OKC ? ces avocats défendent qui ? quel intérêts ?

Il y a ici d'énorme possibilité pour utiliser cet épisode de la tourmente comme une phase de création et mutation vers ce que OKC aurait toujours du être. ce processus n'a pas besoin d'un Lama Kunzang.
il a besoin d'un tutelage par des gens en qui la OKC communauté fait confiance, j'en connais 3 qui ont plusieurs fois fait des efforts en ce sens et qui sont unanimement respecté et il y a sûrement encore d'autre possibilité. a conditions que cet volonté et demande de tutelage et transfert se passe dans l'intérêt de la OKC communauté qui pourrait très bien par la même occasion inclure l'aspect religieux de OKC sans sa partie fondamentaliste Spatziste.

Tout est en changement, tout le temps, rien ne se détruit, tout se réaligne et se regénère, le fait de projeter nos vérités dans l'espace public est un vecteur pour justement faire en sorte qu'un processus interne, mais ouvert sur le monde et sa réalité, et la réalité des vécus de tous, puisse émerger pour qu'enfin l'auto-gestion dans la OKC passe de l'apparence ou la formalité à la réalité de son fonctionnement, interne et externe.

Si ce processus est laissé à lui même il ne fera qu'entrainer des personnes qui ont donné leur vie dans ce projet et les laissera à la rue ou dans l'obligation de suivre le troupeau proche de Spatz en Espagne faute d'avoir aucune autre sortie de route.

Il n'y a rien d'alternatif dans un système totalitaire, verticale mais "auto-géré" ou les fruits du travail collectif partent en fumée (ou en bateau et autre compte offshore) ce n'est pas une alternative. ce n'est pas une utopie, c'est une forme de capitalisme gangrené aux mains d'un Lama manipulateur, opportuniste, vénal qui a passé sa vie à capturer les valeurs matérielles ou immatérielles produite par autrui pour son propre profit personnel, oui, avec pour entretenir la façade, quelques dons et participation à des projets Tibétains qui sont une goutte d'eau comparée à la valeur du travail et la dédication à une vie simple sur 30 ans, fruit de l'activité des membres de la OKC communauté.

la OKC n'a qu'une chose à faire après sa "réponse" : nettoyer sa page des Maîtres sur son site web qu'elle utilise pour se légitimer, être honnête avec le monde Bouddhiste: laisser Spatz comme "Maître" et de grâce changer lui sa photo, la OKC à tout intérêt à utiliser une autre image, qu'une image avec des victimes et des coupables avec tout les jeunes pour la photo qui représente Robert Spatz alias Lama Kunzang sur son site web. Spatz n'est pas nous, et nous ne sommes pas Spatz, qu'il assume son image, mais de grâce, virez nous de ce site !

Spatz n'est pas la OKC, même si celle ci, vu le cour des choses, n'a pas l'air de vouloir être elle même non plus. http://okc-net.org/index.php/maitres/

#OKCinfo

Extrait d'enseignement de Robert Spatz (début années 2000) sur les procédures judiciaires en cours #okcinfo

Vous trouverez ci-dessous la transcription d'un extrait d'un "enseignement" donné par Robert Spatz à ses disciples. La date exacte n'est pas connue, mais elle date du début des années 2000.

 

"La question que nous pourrions tous nous poser depuis plusieurs mois, c'est pourquoi ce Lama Kunzang est en prison.Il a plusieurs raisons. 

Une des premières est certainement de nombreux anciens membres d'Ogyen Kunzang Choling, qui par vengeance, par ignorance, par haine ou quelque raison que ce soit, ils ont essayés de se venger et inventer quelques histoires. Davantage déformer aussi, amplifier, corrompre la vérité. Puis bien sûr quelques parents de ces êtres ou d'autres êtres qui ont été parfois déçu de voir que leurs enfants  ne suivaient pas le chemin qu'ils avaient imaginé. 

Puis bien sûr il y a eu des associations et en fait ces associations se sont un peu articulées entre les êtres dont je viens de parler et puis les autorités des pays dans lesquels nous vivons et particulièrement la Belgique. Et ces phénomènes sectaires qu'on a essayé de nous prêter, qu'on a raccroché à notre attitude de vie, nous ont porté grand préjudice. 

Les médias s'en sont mêlés, pour essayer de vendre leurs papiers, leurs images, et puis c'est toujours pour des raisons d'argent. Il faut vendre des papiers, des journaux, des images et, et que demande le bon peuple ? Le scandale, l'horreur, ça fait tellement plaisir de voir les autres souffrir plus que nous-mêmes, être traîné dans la boue, insulté.

Iil y aussi que dans un pays, un système de sûreté, un système policier, se doit de répondre à des témoignages. Ils ont reçu quelques témoignages, quelques accusations mensongères, mais pour eux, ils ne décident pas si elles sont justes ou si elles sont fausses. Il faut réaliser une enquête, et cela dure des mois voire des années. 

L'état belge comme d'autres états, d'autres pays, n'ont pas encore la capacité de pouvoir contrôler à leur guise ces phénomènes de vie communautaire. Cela n'est pas apprécié, on n'apprécie jamais les êtres qui ne vivent pas comme nous dans une société. Nous vivons vraiment avec la société, dans la société, tout le monde peut rentrer chez nous. Nous n'avons rien à cacher. Mais le fait de vivre en famille, ça, n'est pas apprécié. 

Les tziganes aussi ont toujous vécu en famille depuis qu'ils sont partis, cela fait une demi-millénaire qu'ils sont rejetés. Et lorsqu'il y a une guerre, Hitler et ses nazis en ont tué un maximum. 

Le grand problème dans tout ce que nous vivons, c'est aussi la nouveauté. Le bouddhisme tibétain était-il enseigné en Belgique depuis longtemps ? Ou est-ce Ogyen Kunzang Choling qui a commencé ? Les êtres n'aiment pas la nouveauté, lorsque Galilée, après tant d'années d'incompréhension de notre système solaire avait mentionné tout le contraire en disant que c'était les planètes qui tournaient autour du soleil, et cela ne se pouvait pas, puisque le petit Jésus était né sur la planète terre, il fallait donc que la Terre soit le centre de l'univers, alors il a été torturé. 

L'histoire du monde est toute remplie d'évènements similaires, toutes les guerres, toutes ces querelles, toutes ces horreurs que les êtres humains vivent depuis des millénaires, c'est toujours la même raison."