Skip to main content

#OKCinfo

Secte OKC: procès à refaire à Liège! #dérivessectaires #sectesnuisible #metoo #OKC #OgyenKunzangCholing

Secte OKC: procès à refaire à Liège! #dérivessectaires #sectesnuisible #metoo #OKC #OgyenKunzangCholing

Supplément “Local: entre Sambre et Meuse”, - 13 jui. 2019

Page 17

La cour d’appel de Bruxelles avait, à tort, relevé plusieurs fautes de procédure pour prononcer la relaxe générale.

J.-P. Ds

Ce mercredi après-midi, la Cour de cassation a censuré l’arrêt de la cour d’appel de Bruxelles qui avait, le 18 septembre dernier, déclaré l’extinction de certaines poursuites par la prescription et qui avait retenu plusieurs fautes de procédure pour prononcer l’irrecevabilité des poursuites pour le reste du dossier. C’était l’acquittement technique pour Robert Spatz et son staff, soit les dirigeants de la secte Ogyen Kunzang Choling. Celle-ci a eu son siège à Aiseau-Presles, pendant plusieurs années.

La très haute juridiction a estimé mercredi que les délais de prescription ont été mal calculés par la cour d’appel et que, si fautes de procédure il y a eu, elles n’entraînent pas la nullité des poursuites. Le procès devra repartir à zéro devant la cour d’appel de Liège.

Le 18 septembre, la cour d’appel de Bruxelles avait donc réformé le jugement du tribunal correctionnel qui, pourtant, dans une décision longuement motivée, avait condamné la plupart des dirigeants d’OKC. Le gourou Robert Spatz (75 ans) avait écopé de 4 ans d’emprisonnement ferme.

Dans ce dossier, se mêlent des accusations de pédophilie, de viols de femmes majeures, de séquestrations d’enfants, de prises d’otages, d’exploitation de la main-d’œuvre très souvent bénévole, d’organisation criminelle, de blanchiment, d’évasion fiscale, d’escroqueries, de faux en pagaille…

Mais, aux yeux de la cour d’appel, cet acquittement technique était inévitable, en raison notamment de dérapages de l’expert financier désigné par le juge d’instruction. Les trois juges avaient, en effet, pointé du doigt les commentaires hors de propos de l’expert judiciaire qui doit être impartial et indépendant.

Confusion des rôles

Or, il y a bien eu confusion des rôles puisque l’expert parle d’infractions commises par des prévenus, «constate des infractions» et se permet des remarques sur le travail des enquêteurs, des magistrats et même des journalistes!

L’intéressé avait observé des extorsions de fonds et se prononçait sur la culpabilité d’inculpés qu’il condamnait avant procès! La cour d’appel de déplorer que cet expert soit parti d’un postulat de départ, à savoir qu’il allait examiner le dossier de coupables. Robert Spatz était notamment désigné comme le dirigeant occulte de certaines sociétés commerciales ou ASBL.

Mais, mercredi, la Cour de cassation a répondu que s’il y avait faute de l’expert – ce qui n’est pas démontré –, celle-ci n’entraînait pas automatiquement la nullité des poursuites. Il s’agit, à l’estime de la juridiction suprême, d’observer aussi si le dossier repose sur d’autres moyens de preuve. Par ailleurs, les infractions de mœurs ne reposent pas sur des expertises financières. Et nous n’avons retenu que quelques-uns des arguments déployés par la très haute cour pour renvoyer la patate chaude à Liège…

Copyright © 2019 Editions de l'Avenir. Tous droits réservés

 

#OKCinfo

OKC: le procureur veut casser l’arrêt #dérivessectaires #metoo

4 min read

Les dirigeants de la secte OKC avaient bénéficié d’un acquittement technique, en septembre dernier.

Rien n’est encore fait. Mais, dans la pratique, la Cour de cassation s’aligne sur les conclusions du procureur général, dans 90% des cas. Or, par la voix de l’avocat général Michel Nolet de Brauwere, le parquet général a estimé, mercredi, que l’arrêt de la cour d’appel de Bruxelles du 18 septembre dernier doit être censuré. Pour mémoire, cette décision judiciaire a prononcé la relaxe des dirigeants de la secte OKC (Ogyen Kunzang Choling), relevant de nombreux vices de procédure qui entacheraient l’ensemble de la procédure et ce, de manière irrémédiable.

Les juges d’appel avaient d’abord constaté l’extinction de certaines poursuites atteintes par la prescription. L’avocat général a estimé mercredi que le calcul effectué en appel sur le délai de prescription est erroné.

Partial, l’expert?

Ensuite, la cour avait pointé les rapports partiaux de l’expert judiciaire appelé à analyser les comptes d’OKC et des dirigeants de celle-ci, pour observer notamment des mouvements de fonds en direction d’un paradis fiscal. Selon le parquet général près la Cour de cassation, le caractère éventuellement partial des rapports de l’expert n’entraîne pas la nullité de toute la procédure.

Aux yeux du même parquet général, certains devoirs effectués par le substitut du procureur du Roi, alors que l’instruction était en cours, n’entraînent pas l’irrecevabilité de toutes les poursuites. Par ailleurs, le fait que le tribunal correctionnel ait refusé d’entendre certains témoins réclamés par la défense, alors que les nombreuses parties civiles avaient pu faire entendre leurs témoins, n’était pas irréparable puisque la cour d’appel a pu entendre ces témoins de la défense.

Enfin, les juges d’appel avaient prononcé l’acquittement technique, en regard du fait que les inculpés n’avaient pas été assistés d’un avocat, pendant leurs auditions en cours d’instruction. Selon M. Nolet, ces auditions se sont déroulées, plusieurs années avant que n’intervienne la loi obligeant la présence d’un avocat. Bref, aux yeux du représentant du ministère public, l’arrêt doit être cassé et le procès doit reprendre devant une autre cour d’appel.

Mercredi, la haute Cour n’a pas pris l’affaire en délibéré pour permettre à la défense de conclure. La prochaine audience est fixée au 22 mai.

Pour rappel, l’instruction relative à la secte OKC, qui se déclare d’inspiration bouddhiste, a commencé en 1997.. Son cerveau, Robert Spatz, 75 ans aujourd’hui, avait été placé sous mandat d’arrêt. Il avait été inculpé, entre autres, de viols, sur des mineures notamment, de rapt d’enfants arbitrairement séparés de leurs parents, de blanchiment, d’escroqueries, de détournements massifs et de fraudes sociales colossales. Le tribunal correctionnel de Bruxelles avait, voici 3 ans, condamné les principaux dirigeants d’OKC et, notamment, Robert Spatz à 4 ans d’emprisonnement ferme.

Après son passage derrière les barreaux, le gourou, ancien réparateur de téléviseurs, s’était installé clandestinement à Aiseau-Presles où il avait établi son QG avec deux de ses proches. Selon l’accusation, il y aurait encore commis des viols sur une mineure. Prochain rendez-vous: le 22 mai.

 

source : l'Avenir

 

#OKCinfo

Au cœur de la secte bouddhiste belge OKC - VICE

Au cœur de la secte "bouddhiste" belge OKC aka Ogyen Kunzang Choling

 

- témoignage pour viser le public français

- par delà les profils mis en avant, c'est avant tout et surtout le fait qu'après toutes ces années, pour de tel crimes la secte n'a toujours pas changé de secrétaire général ni de direction, elle est toujours sous la main de son fondateur Robert Spatz et rien ne permet de conclure que des abus, qu'ils soient sexuels ou financier ne sont pas entrain de continuer quelque part dans la secte. 

- 18 ans d'enquête largement bâclée jusqu'à notre arrivée dans le procès en 2015

- une première condamnation à 4 ans de prison avec sursis et indemnités pour les victimes rejetée en appel

- appel où la défense aura utilisé tous les tours à sa disposition en utilisant les vices de procédures pour essayer de dégager toutes les parties civiles du procès

- contre Appel de l'état belge et des parties civiles

- 22 Mai 2019 : décision finale sur notre appel mais tout indique que lq défense a reçu une douche froide et l'impossibilité si confirmé le 22 d'utiliser les mêmes arguments bidon pour nous éjecter du procès.

- Peut être un nouveau procès si le contre appel est gagné (date inconnue)

- Nouvelles plaintes ailleurs en Europe si la Justice Belge ne va pas jusqu'au bout et ne condamne pas le prédateur Robert Spatz.

- c'est pas fini tant qu'il ya encore quelque chose à faire pour mettre un pédophile-escroc hors d'état de nuire.

#OKCinfo

Cour de cassation - L'avocat général est d'avis de casser l'irrecevabilité des poursuites dans l'affaire OKC

4 min read

cour de cassation affaire OKC ogyen Kunzang choling

(BELGA) L'avocat général à la cour de cassation a conclu, mercredi matin, à la cassation de l'irrecevabilité des poursuites, décidée par la cour d'appel du 18 septembre dernier, dans l'affaire de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC).

La défense s'est vu accorder un délai jusqu'au 24 avril pour répondre par écrit à l'avis de l'avocat général. La décision de la cour de cassation est attendue le 22 mai prochain, date de la prochaine audience. La communauté religieuse, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz étaient poursuivis entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants et des abus sexuels.

L'avocat général a estimé que les irrégularités commises au cours de l'enquête et durant la procédure devant le premier juge ne constituaient pas des motifs suffisants pour déclarer l'ensemble des poursuites irrecevables. "Nous sommes évidemment très satisfaits que l'avocat général rejoigne notre point de vue et estime qu'il faut refaire ce procès, mais nous attendons maintenant la décision de la cour", s'est réjoui Me Dimitri De Beco, avocat d'anciens membres d'OKC nés dans la communauté. Un nouveau procès en appel est attendu si la cour de cassation suit, comme généralement, l'avis de l'avocat général.

La cour d'appel avait entre autres considéré que l'expert comptable qui avait été désigné pour analyser les comptes de l'ASBL OKC et des sociétés attachées à celle-ci avait "outrepassé les limites de sa saisine et fait preuve de partialité". Celui-ci avait notamment partagé ses points de vue avec les enquêteurs, travaillé dans les locaux de ceux-ci et s'était permis d'écrire dans ses rapports, concluant à des infractions de faux et de blanchiment, que "Robert Spatz dirigeait OKC de manière occulte".

L'avocat général a notamment estimé qu'il y avait une différence entre l'impartialité d'un expert et celle d'un juge. La cour d'appel avait encore estimé que le délai raisonnable à être jugé était dépassé, ce qui avait déjà été constaté par la chambre des mises en accusation avant le renvoi devant le tribunal correctionnel.

L'avocat général a ici relevé que le dépassement du délai raisonnable constaté ne devait pas nécessairement entraîner l'irrecevabilité des poursuites. La communauté OKC a été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz , appelé le Lama Kunzang Dorjé.

Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres du groupe avaient été envoyés dans des propriétés de la communauté au Portugal et en France. Certains ont dit y avoir subi des actes de maltraitance. Il a aussi été question d'exploitation par le travail et d'abus sexuel. En 1997, une opération franco-belge avait mené à des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane, en France.

Belga 

Mer. 13 mar. 2019

#OKCinfo

Nouvelles poursuites contre le gourou d’OKC [ FR/EN ] #okcinfo #procesOKC #sectes

5 min read

Le parquet de Bruxelles a ouvert une nouvelle notice pour blanchiment à l’encontre de Robert Spatz, le gourou de la secte bouddhiste OKC, a-t-on appris auprès de plusieurs avocats lors du procès qui s’est clôturé mardi sur une irrecevabilité totale des poursuites. Selon M e Quentin Wauters, l’avocat de Robert Spatz, son client, qui vit en Espagne depuis des années, doit être entendu le 1 er octobre par la police espagnole dans le cadre d’une demande d’entraide formulée par la justice belge.

La somme de 272.000 euros, issue de ventes de biens, a par ailleurs été saisie sur les comptes de cet homme de 74 ans. Le parquet bruxellois a également demandé à Robert Spatz un examen médical pour justifier son absence lors des deux procès belges de 2016 et 2018. Le gourou n’avait assisté à aucune audience, prétextant un état de santé déficient.

Ces faits étant liés à ceux qui viennent d’être jugés, ils sont fortement contestés par la défense. En effet, la loi veut que l’on ne puisse être jugé deux fois pour les mêmes faits. Les faits nouvellement reprochés portent aussi sur des soupçons de blanchiment portant sur les années 2017 et 2018. Cette notice de blanchiment a été ouverte en 2016, peu après la fin du premier procès ayant mené à la condamnation de Robert Spatz à une peine de quatre ans de prison ferme.

Aujourd’hui ni acquitté ni condamné, Robert Spatz a bénéficié mardi, comme tous les autres prévenus, de l’irrecevabilité des poursuites. La cour d’appel de Bruxelles a estimé qu’à la suite d’erreurs commises par un expert judiciaire, un substitut du procureur et le juge du premier procès, il y a eu « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » . L’enquête judiciaire, ouverte à la fin des années 90, avait démontré des soupçons de faits de mœurs commis sur des membres de la communauté sectaire ainsi que toute une série de délits économiques et financiers.

Durant le résumé de l’arrêt, lu pendant 1h30 par le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, Luc Maes, il n’a pas été question une seule fois des victimes qui se retrouvent dépourvues 21 ans après le début de l’affaire.

OCTAVE MOREL

source : LeSoir


English translation : 

The Brussels Public Prosecutor's Office has opened a new notice for money laundering against Robert Spatz, the guru of the Buddhist sect OKC, it was reported to several lawyers during the trial which ended on Tuesday on a total inadmissibility of the proceedings. According to Quentin Wauters, Robert Spatz's lawyer, his client, who has lived in Spain for years, is to be heard on 1 October by the Spanish police as part of a request for mutual assistance from the Belgian justice system.

The sum of 272,000 euros, resulting from the sale of property, was also seized from the accounts of this 74-year-old man. The Brussels public prosecutor's office also asked Robert Spatz for a medical examination to justify his absence from the two Belgian trials in 2016 and 2018. The guru had not attended any hearings, claiming that he was in poor health.

As these facts are linked to those just tried, they are strongly contested by the defence. Indeed, the law requires that one cannot be tried twice for the same facts. The newly accused facts also concern suspicions of money laundering for the years 2017 and 2018. This money laundering notice was opened in 2016, shortly after the end of the first trial that led to Robert Spatz's conviction to four years in prison.

Now neither acquitted nor convicted, Robert Spatz, like all the other defendants, benefited on Tuesday from the inadmissibility of the proceedings. The Brussels Court of Appeal ruled that following errors made by a judicial expert, a prosecutor's deputy and the judge at the first trial, there had been an "irremediable infringement of the rights of the defence". The judicial inquiry, opened at the end of the 1990s, revealed suspicions of morals committed against members of the sectarian community as well as a whole series of economic and financial crimes.

During the summary of the judgment, read for 1h30 by the first president of the Brussels Court of Appeal, Luc Maes, there was not a single mention of the victims who find themselves deprived 21 years after the case began.

Wanted, Robert Spatz aka Lama Kunzang

#OKCinfo

Marteling, gijzeling, misbruik, fraude, maar GOEROE GAAT VRIJUIT #metoo #metooguru

4 min read

Na ruim 20 jaar valt het doek over het proces tegen Brusselaar Robert Spatz (73), de goeroe van de sekte OKC. De rechtbank veroordeelde hem aanvankelijk voor fraude en de gijzeling van tientallen kinderen, die sekteleden verplicht moesten afstaan. Maar het hof van beroep wees op procedure- en onderzoeksfouten en sprak Spatz gisteren vrij. De kinderen van toen, nu dertigers, blijven teleurgesteld achter.

Na het arrest staarde Ricardo Mendes (37) naar de stellingen van het Brusselse justitiepaleis. De troosteloze staat van het gebouw, waar enkele weken geleden nog een deel van het plafond instortte, bleek de ideale metafoor voor de rechtszaak die net verloren ging. “Dit is de schuld van justitie, van de Belgische Staat”, vertelt hij enkele uren later. Aan zijn getuigenis, en die van twintig anderen die opgroeiden in de gemeenschap van Robert Spatz, heeft het volgens hem niet gelegen.

De Brusselaar Spatz moest zich de voorbije jaren verantwoorden voor meer dan 170 klachten, gaande van sociale fraude en valsheid in ­geschrifte tot marteling, opsluiting en seksueel misbruik van minder­jarigen. Het gerechtelijk onderzoek sleepte ruim twintig jaar aan en eindigde gisteren in een vrijspraak. Volgens het hof hebben “onregelmatigheden op een onherroepelijke ­manier het recht van de beklaagden op een eerlijk proces geschaad”.

Quentin Wauters, Spatz' advocaat, somt op: Niet alle verdachten werden verhoord in bijzijn van een advocaat, informatie uit het dossier werd gelekt, de expert die de fraude onderzocht was bevooroordeeld en in eerste aanleg mocht een twintigtal getuigen hun verhaal doen zonder dat de verdediging vragen kon stellen.

Hij heeft een punt, zegt Mendes. “De rechter wou vriendelijk zijn. Veel van ons spraken voor het eerst publiekelijk over het geweld en seksueel misbruik in de commune.” Bij die meelevendheid ligt volgens hem de bron van de gemaakte fouten. ­“Belangrijke mensen, de financieel expert, maar ook de vorige aanklager, raakten te betrokken. Ze hoorden onze verhalen en beeldden zich al die kinderen in. Ze werden bijna activistisch.”

Brussels biowinkeltje

Alles begon in 1972. Spatz, die op dat moment werkte als tv-hersteller, besliste na een reis door India om de boeddhistische gemeenschap Ogyen Kunzang Choling (OKC) te stichten. Hij liet zich door zijn volgelingen vereren en aanspreken als Lama Kunzang. Hij combineerde de sekte met een netwerk van ondernemingen. In Brussel vestigde hij het eerste Belgische biowinkeltje. Zijn volgelingen stonden hun bezittingen af en werkten dag en nacht voor hem. In ruil voor kost en inwoon.

De leider vergaarde zo een fortuin waarmee hij villa's in Zuid-Europa kocht. De opvallendste aankoop was Château de Soleils, een bouwvallig kasteel in het Franse Castellane. Daar groeide Mendes samen met een zestigtal andere kinderen op. Hun ouders, volgelingen van OKC, lieten hen daar achter. “Het domein lijkt idyllisch, maar is het allerminst. We moesten Spatz aanbidden, werden uitgehongerd en ondergingen fysiek geweld. Meisjes getuigden over seksueel misbruik.”

In 1996 begon justitie een onderzoek tegen OKC. Dat resulteerde een jaar later in de eerste huiszoekingen. Spatz werd beschuldigd van bendevorming, witwaspraktijken, afpersing en verschillende inbreuken op de arbeidswetgeving. Hij zat een tijdlang in voorarrest, maar het onderzoek liep vertraging op. Mendes reisde rond die tijd terug naar zijn moeder in Brussel. Het duurde nog jaren voor hij zich losweekte van de sekte. “Ik ben uiteindelijk op zoek gegaan naar andere slachtoffers, sommigen wonen nu in de Verenigde Staten en Nieuw-Zeeland.”

Wordt vervolgd

Spatz zelf woont sinds 2005 in Spanje. Volgens zijn advocaat nam hij twee jaar geleden definitief afstand van OKC. Van zijn sekte blijft vandaag nog weinig over, zegt Mendes. “Enkele oude volgingen houden het nog overeind, maar de opeenvolging van onderzoeken heeft zijn tol geëist.”

Spatz' imperium is misschien ingestort, maar voor Mendes doet de vrijspraak pijn. “Het is allemaal nog vers, maar hier eindigt het voor ons niet. Voor het misbruiken van minderjarigen moet hij worden veroordeeld.”

Source : Het Nieuwsblad Anton Goegebeur

robert spatz lama kunzang ogyen kunzang choling

#OKCinfo

Verdict du Procès-Appel OKC-Spatz 2018 #metoo #metooguru #sexualabuses #balancetonporc

5 min read

Après 18 ans d'instructions, procédures et tentatives de délayer (avec succès) le déroulement du procès dans le chef de la OKC et Robert Spatz, voici que le couperet est tombé : irreçevabilité des poursuites. 

Tout le procès est donc tombé à l'eau : La cour d’appel de Bruxelles a estimé qu’à la suite d’erreurs commises par un expert judiciaire, un substitut du procureur et le juge du premier procès, il y a eu « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » . 

Tous ont commis d'une façon ou d'une autre, consciemment ou pas des erreurs de procédures.

Déjà le premier procès c'était une mauvaise tentative de clôturer un procès qui ne pouvait pas être clôturé autrement, l'appel en fin de compte aura été un jeu d'enfant pour les avocats de la défense d'un prédateur-pédophile-pervers-narcissique. Tout le procès était intoxiqué depuis le début, évidemment les parties civiles n'en avait pas conscience à quel point autrement on aurait directement oublié la Belgique et préparer une stratégie adaptée et prenant en compte la non-fonctionnement chronique de la Justice Belge. 

 

 (BELGA) = La 16e chambre de la cour d'appel de Bruxelles, présidée par Luc Maes, a déclaré, mardi, les poursuites irrecevables dans le dossier de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC). La communauté religieuse, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz étaient poursuivis entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants.

La cour d'appel a relevé plusieurs irrégularités commises au cours de l'enquête mais aussi au cours de la procédure devant le premier juge, qui ont "atteint de manière irrémédiable le droit des prévenus à un procès équitable". Celle-ci a dès lors déclaré les poursuites irrecevables et débouté chacune des 36 personnes constituées partie civile de leur demande d'indemnités. La cour a tout d'abord considéré que l'expert comptable qui avait été désigné pour analyser les comptes de l'ASBL OKC et des sociétés attachées à celle-ci avait "outrepassé les limites de sa saisine et fait preuve de partialité". Celui-ci avait notamment partagé ses points de vue avec les enquêteurs, travaillé dans les locaux de ceux-ci et s'était permis d'écrire dans ses rapports, concluant à des infractions de faux et de blanchiment, que "Robert Spatz dirigeait OKC de manière occulte". Ensuite, la cour a relevé que plusieurs prévenus avaient été entendus durant l'enquête en violation totale de l'arrêt Salduz, qui impose qu'un suspect soit toujours auditionné en présence d'un avocat. Elle a également sévèrement pointé du doigt le premier procureur chargé du dossier, qui "s'est sciemment substitué à un juge d'instruction" en menant une information judiciaire alors qu'une instruction judiciaire était déjà en cours sur des faits similaires, et qui a "organisé des fuites sur les réseaux sociaux". Par cela, il a "sciemment et volontairement violé les droits de la défense", a établi la cour. Enfin, celle-ci a estimé que le délai raisonnable à être jugé était dépassé, ce qui avait déjà été constaté par la chambre des mises en accusation avant le renvoi devant le tribunal correctionnel. Dans ce dossier, la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses responsables étaient prévenus pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants. Le second était également prévenu pour abus sexuels. Cette communauté avait été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz, appelé le Lama Kunzang Dorjé. Cet homme charismatique avait réuni autour de lui de nombreuses personnes en quête de spiritualité, notamment des couples avec enfants, séduits par l'idée d'une vie en communauté. Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres avaient été envoyés dans des propriétés de l'OKC au Portugal et en France. Certains ont dit y avoir subi des actes de maltraitance. Pendant ce temps, les parents, eux, travaillaient à Bruxelles dans des restaurants et des magasins, gérés par des sociétés liées à l'OKC, sans être payés, selon l'enquête. En 1997, une opération franco-belge avait mené des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane, en France. Une enquête approfondie avait ainsi été entamée pour diverses infractions supposées, du délit financier aux faits de moeurs, et avait débouché sur un renvoi en correctionnelle de la communauté et de certains de ses responsables.

 

Source : Belga

#OKCinfo

Nouvelles poursuites contre le gourou d’OKC

Le parquet de Bruxelles a ouvert une nouvelle notice pour blanchiment à l’encontre de Robert Spatz, le gourou de la secte bouddhiste OKC, a-t-on appris auprès de plusieurs avocats lors du procès qui s’est clôturé mardi sur une irrecevabilité totale des poursuites. Selon M e Quentin Wauters, l’avocat de Robert Spatz, son client, qui vit en Espagne depuis des années, doit être entendu le 1 er octobre par la police espagnole dans le cadre d’une demande d’entraide formulée par la justice belge.

La somme de 272.000 euros, issue de ventes de biens, a par ailleurs été saisie sur les comptes de cet homme de 74 ans. Le parquet bruxellois a également demandé à Robert Spatz un examen médical pour justifier son absence lors des deux procès belges de 2016 et 2018. Le gourou n’avait assisté à aucune audience, prétextant un état de santé déficient.

Ces faits étant liés à ceux qui viennent d’être jugés, ils sont fortement contestés par la défense. En effet, la loi veut que l’on ne puisse être jugé deux fois pour les mêmes faits. Les faits nouvellement reprochés portent aussi sur des soupçons de blanchiment portant sur les années 2017 et 2018. Cette notice de blanchiment a été ouverte en 2016, peu après la fin du premier procès ayant mené à la condamnation de Robert Spatz à une peine de quatre ans de prison ferme.

Aujourd’hui ni acquitté ni condamné, Robert Spatz a bénéficié mardi, comme tous les autres prévenus, de l’irrecevabilité des poursuites. La cour d’appel de Bruxelles a estimé qu’à la suite d’erreurs commises par un expert judiciaire, un substitut du procureur et le juge du premier procès, il y a eu « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » . L’enquête judiciaire, ouverte à la fin des années 90, avait démontré des soupçons de faits de mœurs commis sur des membres de la communauté sectaire ainsi que toute une série de délits économiques et financiers.

Durant le résumé de l’arrêt, lu pendant 1h30 par le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, Luc Maes, il n’a pas été question une seule fois des victimes qui se retrouvent dépourvues 21 ans après le début de l’affaire.

Source : LeSoir - OCTAVE MOREL

#OKCinfo

Réaction au procès 2016 et à la video RTL sur les sectes (très mauvais travail journalistique, exploitation des émotions par dessus le fond, mais pas étonnant de RTL belgique) https://okcinfo.news/archives/2017/face-cach%C3%A9e-les-d%C3%A9rives-sectaires---dans-les-griffes-du

#OKCinfo

Presse : OKC Pas « d’organisation criminelle » Jugement en Septembre 2018 ! #secte #toxique #PN

2 min read

Pas « d’organisation criminelle » Lors de son réquisitoire, l’avocat général Jean-François Godbille a renoncé à la prévention « d’organisation criminelle », jusqu’alors considérée comme la principale piste de l’accusation dans le procès de la secte bouddhiste OKC. Le magistrat s’en est expliqué pour éviter un écueil judiciaire. En effet, ...

Lors de son réquisitoire, l’avocat général Jean-François Godbille a renoncé à la prévention « d’organisation criminelle », jusqu’alors considérée comme la principale piste de l’accusation dans le procès de la secte bouddhiste OKC. Le magistrat s’en est expliqué pour éviter un écueil judiciaire. En effet, il y avait un risque, selon lui, de voir tout le dossier s’écrouler et reprendre à zéro. Ce qui aurait hypothéqué l’enjeu financier, colossal. M. Godbille a en effet demandé la confiscation du Château de Soleils ainsi que du patrimoine privé de Robert Spatz (yachts, villas en Espagne), mais aussi les biens immobiliers bruxellois liés à l’OKC. Et surtout, en plus de ces biens, il a réclamé la confiscation d’une somme dépassant huit millions d’euros contre Spatz. Au-delà des affaires de mœurs sordides, la bataille judiciaire se joue aussi dans les porte-monnaie.

O.Ml

Source LeSoir 4 mai 2018 page 10

#OKCinfo

Presse : Le conseil de Robert Spatz, le gourou de la secte OKC, plaide l’acquittement

5 min read

Il va sans dire que les éluqubrations de Wauters et la quasi conversion des avocats Spatz à la doctrine de celui ci est un des aspects le plus troublant de ce procès, alors oui d'aucun dirait : mais il ne fait "que son travail", "il ne fait que représenter son client", oui en effet, mais encore faut il écouter ce qui sort de la bouche de ses avocats, les abberations, les mensonges, les détournements de fait et d'époque pour justifier et présenter une toute autre réalité, laisserais t'on un avocat "défendre" un terroriste en stygmatisant les victimes en toute impunité dans un tribunal dans un état de droit ? 
Pas n'importe comment, pas n'importe quoi, hors ici, des avocats défendent un pédophile récidiviste, un pervers narcissique dangereux (possiblement encore entrain de commettre des crimes similaires à l'heure ou ses lignes sont écrites) en le présentant comme un "bon père de famille" - ce qu'il n'a jamais été, même pour ses propres enfants - les "arguments" utilisés sont de l'ordre du débile, projetant toute sorte de fantasme sur des enfants, des jeunes filles, directement abusées par le seul être en qui elle plaçait toute leur confiance, parfois même leur vie de par l'endoctrinement et le lavage de cerveau généralisé qui prévalait dans la OKC au point d'en devenir une norme. 

Sans parler même de l'utilisation du monastère de Sechen, du nom de Mathieu Ricard et des "Maîtres" Tibétains en général pour asseoir la pseudo légitimité de la OKC, d'ailleur si Mathieu Ricard avait la moindre notion que son nom et celui de Sechen était utilisé par la OKC dans un tribunal, celui ci, peut être, prendrait officiellemnt ses distances mais surtout ce dernier ne resterait pas dans ses montagnes alors qu'en tant que réprésentant (qu'il le veuille ou pas, c'est un fait) du Bouddhisme en France mais plus généralement en Occident, il sortirait sur le devant de la scène pour néttoyer l'abcès et courageusement être en accord avec ce qu'il pense depuis plus de 20 ans à propos de la OKC mais principalement de Robert Spatz. En fin de compte c'est toujours plus facile de parler que de faire et encore plus quand cela concerne le travail de toute une vie, c'est valide pour MR ou la OKC ou l'UBB qui aura pris 20 ans à se distancier officiellement de la OKC. à bon entendeur salut !

Paru dans la DH, Mai 2018

L’avocat de Robert Spatz, fondateur de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), a contesté, mercredi devant la cour d’appel de Bruxelles, les accusations portées à l’encontre de son client pour des abus sexuels.

Dans ce dossier, l’OKC, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d’enfants.

Me Quentin Wauters a contesté les affirmations de femmes constituées partie civile au procès qui ont déclaré avoir été abusées sexuellement au sein de l’OKC par son client.

L’avocat a tout d’abord soutenu que certains faits étaient prescrits. Il a ensuite estimé que les récits des plaignantes ne tenaient pas la route, parlant de "frustrations d’adolescentes", celles-ci étant mineures à l’époque des faits, entre la fin des années 1980 et le début des années 1990.

Concernant une autre femme, ancienne membre de l’OKC, qui a affirmé avoir subi des attouchements de Robert Spatz lors d’un rituel et avoir ainsi été victime d’attentat à la pudeur, l’avocat de la défense a également plaidé l’acquittement.

Dans ce cas, M. Spatz reconnaît avoir initié la plaignante à des rituels tantriques, acceptés dans le bouddhisme selon l’avocat. Mais il conteste avoir voulu attenter à la pudeur de cette femme, affirmant qu’elle était adulte et consentante. La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses responsables sont prévenus devant la cour d’appel de Bruxelles pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail ainsi que pour des faits de prise en otage d’enfants. Robert Spatz est en outre prévenu pour abus sexuels.

 

#OKCinfo

Presse : Robert Spatz, «un imposteur, un escroc, un esclavagiste des temps modernes et un violeur»

7 min read

Paru dans l'Avenir 25 Avril 2018

La culpabilité de Robert Spatz, chef spirituel de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), a été requise en appel. Le «gourou» des années 80 est menacé de 4 ans de prison «minimum» pour des faits d’escroquerie, blanchiment d’argent et viol.

L’avocat général Jean-François Godbille a requis, mardi après-midi, la culpabilité du chef spirituel de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), Robert Spatz, pour des faits d’escroquerie, de blanchiment d’argent et de viol. Il a estimé que la peine de 4 ans de prison prononcée en première instance devait au minimum être confirmée, voire aggravée d’un an supplémentaire. Dans ce dossier, l’OKC, quelques-uns de ses membres et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour prise en otage d’enfants.

L’avocat général Jean-François Godbille a requis, au terme d’un réquisitoire de 6 heures, la culpabilité de Robert Spatz pour diverses préventions touchant à la manière dont il a géré l’OKC, une communauté religieuse qu’il avait fondée dans les années 1970 à Bruxelles.

L’avocat général a décrit l’intéressé comme le gourou d’une secte, comme «un imposteur, un escroc, un esclavagiste des temps modernes et un violeur».

Il a soutenu que cet homme avait soutiré des sommes d’argent importantes aux adeptes de l’OKC et avait ensuite blanchi cet argent. Il a aussi considéré qu’il avait contraint les adeptes à travailler bénévolement dans des restaurants et des magasins qui généraient des bénéfices importants.

L’avocat général a également requis une peine de 2 ans de prison avec sursis à l’encontre de Jeanne B., qui a secondé Robert Spatz dans ses activités, et notamment dans ses opérations financières.

Il a ensuite requis la suspension du prononcé concernant l’épouse et le fils de Robert Spatz ainsi qu’un membre de l’OKC qui avait agi comme comptable au sein de celle-ci.

Enfin, l’avocat général a requis la confiscation de tous les biens immobiliers de l’ASBL OKC et de Robert Spatz, estimant qu’ils ont été acquis grâce à des fonds issus d’infractions.

Selon le ministère public, sur le plan des infractions à la législation du travail, il apparaît clairement des rapports d’enquête que les différentes sociétés qui géraient les restaurants et les magasins avaient été créées pour permettre à l’ASBL OKC d’avoir des activités lucratives.

Selon lui, les personnes qui travaillaient dans ces établissements auraient dû être soumises à la législation du travail. Elles auraient dû agir dans le cadre de contrats, bénéficier d’un salaire et d’une assurance maladie-invalidité, car tout montre qu’elles y travaillaient sous les ordres de quelqu’un, «quitte à reverser ensuite une partie de leur salaire sous forme de dons à la communauté OKC», a ajouté l’avocat général.

«Cette façon d’arracher des enfants à leurs parents est d’une violence morale totale»

Le représentant du ministère public a également demandé de déclarer la prévention de prise en otage d’enfants entre 1999 et 2009 établie à charge de l’ASBL OKC, ainsi que celle d’organisation criminelle.

«Cette façon d’arracher des enfants à leurs parents est d’une violence morale totale! On a trompé ces parents, ces adeptes de l’OKC qui auraient tout fait plutôt que perdre leur vie spirituelle. On a abusé de leur crédulité», a-t-il dit.

Enfin, l’avocat général a requis la culpabilité de Robert Spatz pour le viol d’une jeune femme de la communauté OKC. Même si celle-ci s’est par la suite rétractée, affirmant qu’elle était amoureuse de Robert Spatz et qu’elle avait déposé plainte sous le coup de la colère et de la frustration, le contexte de dévoilement des faits est clair, d’après le ministère public.

Le rappel des faits

La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses membres sont prévenus devant la cour d’appel de Bruxelles pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d’enfants.

Le second est également prévenu pour abus sexuels sur des filles et des femmes qui faisaient partie de l’OKC.

Cette communauté avait été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz, appelé le Lama Kunzang Dorjé. Cet homme charismatique avait réuni autour de lui de nombreuses personnes en quête de spiritualité, notamment des couples avec enfants, séduits par l’idée d’une vie en communauté.

Malnutrition

Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres avaient été envoyés dans des propriétés de l’OKC au Portugal et en France, notamment au domaine Château-de-Soleils à Castellane en Provence. Certains, constitués partie civile au procès, disent y avoir subi des actes de maltraitance et y avoir souffert de malnutrition.

Pendant ce temps, les parents, eux, travaillaient à Bruxelles dans des restaurants et des magasins de l’OKC sans être payés, selon l’enquête.

Enfin, en 1995, une jeune femme de cette communauté avait affirmé avoir été victime d’abus sexuels du «lama», Robert Spatz. D’autres femmes (mineurs au moment des faits) avaient ensuite dit avoir également été abusées sexuellement par celui-ci.

En 1997, une opération franco-belge avait mené des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane. Une enquête appronfondie avait ainsi été entamée pour diverses infractions supposées, du délit financier aux faits de moeurs, et avait débouché sur un renvoi en correctionnelle de la communauté et de certains de ses responsables.

#OKCinfo

Presse : OKC: organisation criminelle ou association de malfaiteurs? @ogyenkun #secte #nuisible #bouddhisme

5 min read

Il va s'en dire que les arguments avancés par Godin, même si bien construit sont une avalanche de mensonges et de détournements de faits et de vérités dans le but unique de dédouaner la OKC, ses responsables et ses membres de la dérive grave entreprise par eux et laissé faire par les parents/membres d'OKC depuis sa constitution jusqu'au perquisition de 1997. Godin aura fait un bon travail, sur le tard pour dissocier OKC de Robert Spatz, mais faisant appel avec RS et ne prenenant ces distances que tardivement il est très clair pour nous que ce stratagème n'a pour but que de donner l'illusion que OKC est hors de l'emprise de son fondateur et créateur: Robert Spatz aka Lama Kunzang. 

Paru dans l'Avenir du 28 Avril 2018

Dans le dossier de la secte, le procureur général a renoncé à plusieurs préventions relatives à une organisation criminelle.

L’enquête sur la secte OKC a commencé en 1997 et ceux, parmi les lecteurs, qui ont perdu le fil, se souviennent peut-être des images spectaculaires de l’assaut donné par une centaine de CRS qui ont escaladé les murs de l’enceinte de l’impressionnant «Château de Soleils», à Castellane, dans le sud de la France. Cette immense propriété appartenait en nom personnel à Robert Spatz, le gourou de la secte, âgé aujourd’hui de 74 ans. Pas moins de 51 enfants sont passés par ce centre de (ré) éducation.

Ce qui vaut à la secte des poursuites du chef de prise d’otages. Car les parents travaillaient bénévolement à Bruxelles dans des restaurants végétariens, ainsi que dans une épicerie, tandis que l’éducation et l’enseignement de leurs enfants étaient pris en charge par les lieutenants de Robert Spatz.

Un empire financier

Derrière les activités visibles de cette communauté, se dissimulait aussi un empire financier et immobilier. D’ailleurs, des ouvriers/employés d’OKC étaient également affectés à l’entretien, à la restauration, voire à la rénovation des immeubles du cheptel immobilier du gourou. Et c’est à travers cet enchevêtrement de sociétés, dont certaines sont logées dans des paradis fiscaux, que le procureur général, Jean-François Godbille, a cru débusquer un gang de loubards financiers, soit, plus juridiquement, une organisation criminelle.

Avec la grande humanité qui le caractérise, le représentant du ministère public a annoncé qu’il ne souhaitait pas mettre à terre les petites gens qui vivent dans cette communauté. De sorte qu’il a conclu à l’acquittement des personnes morales – les entreprises – du chef d’organisation criminelle et qu’il ne requiert pas de confiscations de ce chef-là. C’est un bon point pour la défense, sinon qu’au lieu de se défendre du chef d’organisation criminelle, les plaideurs devront argumenter sur le terrain de l’association de malfaiteurs… Bref, du côté de la défense, Me Luc Godin a plaidé le dépassement du délai raisonnable endéans lequel tout suspect a le droit d’être jugé. De faire valoir qu’à trois reprises, des chambres des mises en accusation ont décrété le non-lieu pour cette raison.

Des chiffres fous!

« Nous sommes 20 ans après les premières inculpations. L’instruction a duré 13 ans. La période infractionnelle s’étend sur 30 ans. Des chiffres fous », a souligné Me Godin. Le plaideur a conclu sur l’inégalité des armes entre les parties poursuivantes et la défense. En effet, au début du procès devant le premier juge, quantité de personnes inconnues sont venues se constituer parties civiles et livrer des récits dantesques à propos de ce qu’ils ont vécu. Par contre, la plupart des témoins réclamés par les prévenus n’ont pas pu être entendus. En conséquence, Me Godin a estimé que le procès était inéquitable…

 

#OKCinfo

Procès OKC - Spatz : Communiqué de presse de L'Union Bouddhique Belge #UBB #Belga #Buddhisme

Le procès OKC

Le jugement particulièrement bien motivé prononcé le 15/09/2016 par le Tribunal Correctionnel de Bruxelles dans le cadre du procès dit « de l’OKC » dénonce des comportements contraires à nos règles les plus élémentaires de vie en société dont le sieur Robert SPATZ (alias « Lama KUNZANG ») et d’autres personnes de son entourage se sont rendues coupables. Ces comportements sont évidemment aussi en totale contradiction avec les valeurs véhiculées depuis 2500 ans au sein de la tradition bouddhiste.

En conséquence, l’Union Bouddhique Belge salue le travail accompli par le pouvoir judiciaire pour clarifier les faits reprochés aux différentes personnes condamnées et elle exprime envers les victimes de leurs agissements sa plus profonde compassion.

Le chemin que le Bouddha a proposé à quiconque d’expérimenter a pour objectif ultime de libérer les êtres sensibles de toute souffrance physique ou morale. Ce cheminement implique une démarche de clarification de nos intentions individuelles et collectives, mais aussi un réel engagement sociétal visant à épauler tous ceux qui souffrent.

Dans cet esprit, les centres reconnus par l’Union Bouddhique Belge accueilleront évidemment avec une particulière bienveillance toute personne ayant été blessée au travers des actes dénoncés par le tribunal et qui souhaiterait y trouver un soutien spirituel.

#OKCinfo

Jour J pour connaître la date de l'appel interjeté par OKC-Spatz https://www.facebook.com/events/176379539616208/

#OKCinfo

Petite histoire des documents-transcriptions des délires de Robert Spatz aka Lama Kunzang #PDF #Archive #TranscriptionsAudio

5 min read

Entre 1997 et 2003 j'étais au Portugal, j'avais un ordinateur, on me donnait parfois des K7 audio à encoder en CD à l'époque et une fois on m'a donné des disquettes d'ordinateurs avec une série de documents à mettre sur CD, en ouvrant les disquettes j'ai compris que c'était des documents, des transcriptions venant de K7 audio des délires de Spatz. Bien sûr à l'époque je n'appelais pas cela des délires, je les prenais pour argent comptant, même si je me posais déjà quelque questions dont une fondamentale à l'époque pour moi : 


Pourquoi n'y a t'il aucun livre, aucune trace des "enseignements" de Lama Kunzang, même au sein de sa propre communauté ? Pourquoi faire tout un foin depuis des années pour enregistrer chacun de ses long monologues si c'est pour les garder dans des malles à l'abri de tout les regards ? 

Je n'avais pas de réponse. En lisant les textes en diagonales je me rappelle d'en avoir assisté à plusieurs de ses monologues, en les parcourant je me rappellais où et plus ou moins quand en utilisant les méta-données des fichiers, mais leur contenu était pour moi, sacré, intouchable, à ne remettre en question sous aucun prétexte, en effet depuis tout petit nous étions conditionné à ne jamais remettre sa parole en question, encore moins ses "enseignements" si profonds. 

En 2003 quand j'ai débarqué à Bruxelles (toujours dans la OKC) j'avais toujours ses documents avec moi, ils étaient dans un coin de disque dur et j'en étais même venu au point de les avoirs quasi oublié. 

En 2010 après que les premiers scandales d'abus sexuels soient devenu public (public pour la OKC) et à l'époque où un groupe de jeune anonyme avait envoyé une série de lettre à Spatz en Espagne lui donnant l'ordre de libérer les filles encore autour de lui sous peine d'une dénonciation à la presse (qu'à l'époque nous n'avions pas les connaissances ni les moyens de faire en bonne et due forme, avouons le) le fait de posséder ses documents m'ont soudainement fait flipper, c'est aussi une période ou ce même groupe de jeune avait un forum privé sur internet où timidement nous essayons de nous libérer de nos chaînes, même si encore pour la plupart fort sous l'emprise de notre conditionnement au sein de la OKC. 

C'est aussi le début de Wikileaks et dans ma petite tête mal préparée à la réalité qui m'entourait j'étais persuadé que si la Police Belge trouvait ses documents chez moi j'allais en prendre pour mon grade et donc en bon petit soldat, j'ai voulu me débarrasser des ses documents, sans pour autant les rendre publiques, j'avais bien trop peur de ce qu'il pouvait m'arriver si je le fesais. 

J'ai donc écris un email au sécrétaire général de la OKC, le dénommé Rui Lamten et je lui ai confié ses documents, bien sûr sans montrer la moindre méfiance par rapport à la OKC, tout ce que je voulais c'était éviter les ennuis à l'époque, j'étais encore un bon petit soldat bien formaté,  ensuite je n'y ai plus pensé. 

J'ai quand même eu la présence d'esprit d'en garder une copie chiffrée sur un server et puis j'ai oublié la chose pendant plusieurs années. 

En 2014 quand j'ai commencé à comprendre que m'en sortir allait devoir passer par résoudre mon passé, celui de mes amis les plus proches, celui de toute une génération perdue, celui de beaucoup trop de gens auquel je tenais plus que tout, quand j'ai commencé à me dire qu'il allait falloir un avocat, parler à la police judiciaire, trouver des journalistes dans les médias avec qui travailler en confiance et raconter toute notre histoire; les documents des transcriptions audio de Spatz ont tout d'un coup pris une tout autre valeur. 

Je savais, pour avoir entendu Spatz et ses monologues toute ma vie, je savais qu'ils étaient authentiques, pour ne pas dire unique. 

Quand j'ai finalement eu accès au dossier judiciaire en 2016 et que j'ai pu comparer mes documents avec les transcription d'écoute judiciaire Belge ou Française j'ai réalisé que nos documents étaient authentiques et surtout d'une bien meilleur qualité que des pièces similaires dans le dossier juridique. 

Le procès s'est terminé le 15 septembre 2016, avec une relance en appel par OKC-Spatz contre la sentence du Tribunal (4 ans avec sursis) je tiens à préciser que ces documents ne proviennent en aucun cas du dossier juridique et ne sont donc soumis à aucune lois m'interdisant des les rendres publique. (contrairement à certains arguments utilisé par la défense contre les parties civies)

Bonne lecture !

 

#OKCinfo

Se rendre à Châteaux de Soleils aka Nyima-Dzong, rentrer dans le Temple Bouddhiste et constater la photo de Robert Spatz alias Lama Kunzang trônant sur l'autel, comme si tout le procès et les dizaines d'abus sexuels n'avaient jamais eu lieu !

Going to Châteaux de Soleils aka Nyima-Dzong, entering the Buddhist Temple and realize that the picture of Robert Spatz alias Lama Kunzang is still in the alter, like if all the trial and the dozen sexual abuses never took place.

#OKCinfo

Selon nos informations Khentchen Péma Shérab à Bruxelles n'a en aucun cas publiquement dénoncé Spatz lors de sa visite de 3 jours, de notre côté nous continuons à perséverer pour que ces "lamas" ou "khempos" Tibétains évitent complètement toute relation avec la OKC tant que le procès est en cours.
ceci implique un boycott des "centres" OKC qu'il soit en France ou en Belgique.

Dans la mesures de nos possibilités et de nos moyens nous feront notre possible pour déranger ses séminaires que ce soit sur place ou via la presse ou les deux.

#OKCinfo

Confirmé : Rabjam Rimpoché annule sa visite à OKC Bruxelles et #OKC France #Bouddhisme #13avril

Confirmé : Rabjam Rimpoché annule sa visite à OKC Bruxelles et #OKC France #Bouddhisme #13avril

Plusieurs visites était prévues par OKC pour redorer son blason entre la fin du procès et l'appel en justice. 

De l'avis des parties civiles ces visites n'ont pas lieux d'être, d'ailleurs OKC ne fait pas partie des centres bouddhistes que ce soit en France ou en Belgique, si ces tibétains veulent enseigner le Bouddhisme qu'ils aillent dans des centres officiels qui ne sont pas en procès pour abus sexuels, fraudes et manipulation de masse. c'est aussi simple que ça.


Et pourtant OKC n'a pas l'air de réagir et laisse sur son site web ces évènements comme si ils allaient tous se dérouler comme prévu, hors une partie de ces dates ont bel et bien été annulées d'après nos informations.

Listes des dates ici : http://okc-net.org/index.php/events/
Listes des Lama Tibétains encore affiché sur le site OKC avec ou contre leur gré : http://okc-net.org/index.php/project/

contexte : http://www.okcinfo.news/2017/40-years-of-abuse-in-the-name-of-dharma-the

#OKCinfo

Comparatif du Dossier OKC

5 min read

et Invite ses

Avant :
C’est «médusés» et «bouleversés» que nous avons suivi ce «

Devoir d’enquête

» de la RTBF diffusé ce 16 décembre 2015. Médusés par cette volonté de la RTBF et du Journal «le Soir» de se substituer à la justice. Médusés par ce procès médiatique avant l’heure. Médusés parce que nous sommes à quelques heures d’une «vrai justice» que nous attendons depuis 19 ans. Médusés enfin, par des méthodes très discutables, des témoignages infiniment contestables utilisées par les équipes de ce programme et du journal le Soir, réputé «sérieux». Mais, surtout bouleversés. Bouleversés par ces enfants que nous avons entendus aujourd’hui. Bouleversés par ces enfants qui ont grandi chez nous et avec nous! Bouleversés par leurs témoignages ……. Transpercés par leurs témoignages. Bouleversés par ce ressenti à notre encontre. C’est un choc, c’est choquant et tellement loin de notre réalité, de notre éthique de vie de Bouddhistes, de notre communauté, de notre quotidien. Ce pré-procès nous laisse sans voix! Ce pré-procès est désormais là, prégnant mais tellement loin de ce que nous avons voulu faire, faire valoir et faire savoir! Et les autres! Vous y avez pensez aux autres! A eux! Eux à qui personne n’a posé la question de savoir s’ils étaient «otages» d’un mode de vie, d’un mode de vivre, voire pire: En phase avec eux-mêmes! Ils sont où dans ce reportage? Ils sont où? Eux, pourtant, ils sont nombreux et vivent depuis 40 ans dans ce quartier Bruxellois! En toute impunité diront peut-être la RTBF et le Soir. En toute simplicité diront tous les autres. Ce mauvais Procès! C’était facile et cela fait très mal à toute une Communauté! C’était forcément le but recherché. Mais pourquoi ? A cette question, pas de réponse mais une réalité: Si nous étions aussi terrifiants, maléfiques et méprisables que décrit dans cette émission, pensez-vous un seul instant que la justice et l’état belge seraient a ce point aveugles de ne rien faire depuis 19 ans ? Pensez-vous surtout que nous pourrions vivre avec tout cela depuis 19 ans?
Après:
19 ans de procédure pour en arriver là… L’Association OKC estime que, même si aucune peine n’a été prononcée en ce qui la concerne, même si la plupart des préventions mises à sa charge ont été abandonnées et même si un bon nombre d’acquittements ont été prononcés, le verdict rendu a son encontre le 15 septembre dernier est insultant et infondé. Sur le fond de ce procès, notre Association n’a pas eu droit de parole, ou du moins d’écoute, de la part du Tribunal. L’utilisation des mots : « prise d’otages et tortures » utilisés par la Cour est infamante. A mille lieues de la volonté de « bien faire et le mieux possible » qui a toujours guidé notre Association. Nous n’avons pas eu l’occasion de l’exprimer, tellement place fut donnée à ces témoignages des premiers jours du procès. Ils ont pris le dessus sur les différents avis et jugements de l’Éducation Nationale française, de la Juge des Enfants de Digne, des nombreux contrôles et visites des services sanitaires, sociaux, de sécurité, qui étaient pourtant bien dans le dossier et qui contredisent ce verdict. Cette déferlante de témoignages accablants nous a laissé pantois, tellement c’était inscrit dans une caricature prônée par quelques-uns à une époque ! Notre Association ne peut pas laisser voler en éclats toute son action durant ces 40 ans. Action dont nous sommes fiers aujourd’hui ! Derrière cette Association, il y a des gens et des vies. Pour eux, tout cela est injuste, injustifié et révoltant ! Raison pour laquelle notre Association dans son ensemble fait appel de ce jugement.

Source Archive 2016 : https://web-beta.archive.org/web/20160205231215/http://www.okc-net.org/dossier/?page_id=149 Page modifiée 2017 : http://www.okc-net.org/dossier/?page_id=149