Skip to main content

#OKCinfo

Testimony from an Ogyen Kunzang Choling (OKC) Survivor #sexualabuse #buddhism #rape #meetoo

23 min read

Nyima Dzong in the 80's

The following comment was posted by a Buddhist as a comment after having shared Ben’s powerpoint presentation “40 Years of Abuse in the Name of Dharma by ex-OKC born-kids” on Facebook.

Ben who stands behind this entire thing has a financial interest and is generally against Buddhism. The whole matter is already old and has been judicially negotiated for years. Ben’s goal is to close the center. But the center has nothing more to do with Robert Spatz and has been under the direction of Sechen monastery / Rabjam Rinpoche for years. Pictures of Robert Spatz, his long-life prayers, have long since been removed. Khenpo Tsethen is independent and what is said about him is out of thin air, simply a lie! Have you ever talked with Khenpo, Rabjam Rinpoche or were you in Nyima Dzong? As a monk, would you like to spread lies about Khenpo Tsethen without ever having spoken to him? Do you want to be part of the fact that people, monks lose their homes, and since they have devoted themselves entirely to the Dharma, they do not have a pension and end up in the middle of the age, or end up in the street? You can write about Robert Spatz, but PLEASE leave people out who have nothing to do with him. This article you have posted here contains untruths. Please check it!¹

Here is a response to that comment by a woman who was a child in the OKC.

A little history may help in understanding why this accusation is not only wrong but offensive and hurtful. For the sake of clarity, in this explanation when I speak of the “adults” of OKC I am talking about members who joined the community as adults, of their own free will. When I mention the “children” of OKC, I am referring to those of us who were either born into OKC or brought to the community by our parents when we were small. We are now adults of various ages ranging from the twenties to the forties and doing our best to piece ourselves together while coping with the devastating after-effects of our childhoods in the community. These effects range from trauma to pragmatic issues resulting from a lack of education (most of us were taken out of school at age 14), lack of parental guidance or financial support and difficulties integrating into ordinary society.

OKC was created in 1972 by Robert Spatz and a few others.

Robert Spatz alias Lama Kunzang

Over the next few years it grew into a community with religious centers in several countries. These centers included shops, restaurants and yoga facilities located in cities such as Brussels and Athens and isolated communities such as Nyima-Dzong. At Nyima-Dzong, members lived an alternate lifestyle in isolation from the “outside world” in a group of ancient buildings nestled in a secluded valley in the French Alps. Initially, this was a community of adults, but in the late 70s several families joined the community with small children and the first OKC babies were born on site. Each family was assigned to live in a single room with virtually no furniture other than the ubiquitous little altar bearing a photo of Spatz. We slept on the floor and piled our few belongings in the corners. The community did not have electricity or running water during the early years. We shared communal outhouses and lined up with bowls three times a day for food doled out by the communal kitchen, where food was cooked over a wood-burning stove. For the most part, we ate what we could grow, which meant that most meals consisted of turnips, carrots, and nettles that we picked in the wild, usually boiled without spices or salt. Children took lessons in a one-room schoolhouse tended by one teacher with very limited supplies. We had very little time with our parents, less than when we lived “outside,” because of the rigorous work and prayer schedule that we all followed seven days a week. Meanwhile, Spatz lived in luxury in a huge mansion in Brussels, driving a jaguar from one center to another, and relaxing by drinking wine and listening to Wagner on his yacht. His own children lived in the mansion with him, and were educated in exclusive private schools.

In the early eighties, a new system was announced. Rather than living with their parents, the children would live in dorms. We were triaged into three groups, the “bigs,” who were aged 10-12, the “mediums” who were 5-10, and the “smalls,” who were 2-4. A supervisor was assigned to each group, and there was no need for the parents to interact with their children at all. In fact, parents were under pressure not to interact with their children. Parents were told that they were filled with toxic thoughts and emotions and they were poisoning their children by their presence. If they wanted their children to grow up pure and strong, and to have a chance at enlightenment, it was imperative for them to pull away. Some parents went so far as to turn their heads when encountering a group of children, to avoid crossing eyes with their own child. This burden of becoming the enlightened future of the community fell heavily upon our shoulders as well. As children, we were expected to need nothing, want nothing, to give up our most prized dreams and possessions without complaint, to have no wishes, ambitions, goals, loves or fears. We were supposed to diligently work, study and pray every day without experiencing any emotion or receiving any attention, recognition or approval. However, there were plenty of adults willing to help us get rid of our egos by criticizing, and belittling us, even bullying us and/or taking our possessions. They shut down any complaint with the retort that our egos were talking, always the big egos leading us into shallow and selfish behavior; we should stop with all the self-importance, learn some humility and spend our days praying instead of complaining.

Children at Château de Soleils (Nyima Dzong)

After separating families on site, it was only a small step for Spatz to start literally sending the parents away, usually off to the cities where they could make money for the community by staffing its shops and restaurants, where many of them worked seven days a week without pay. Also, the families already living in Brussels were pressured to send their kids off to live in France. In addition to religious pressure and shaming, Spatz also used tactics such as telling people they were free to leave the community immediately if they were not willing to part from their kids. These were people who had quit their jobs, sold their homes and belongings and severed ties with their families to join the community. They had donated everything they owned and had nowhere to go. One after another, parents made the heartbreaking choice to send their children away to be raised at Nyima-Dzong. Even tiny two and three-years olds fell victim to this forced separation. Parents were only allowed to visit their children at Spatz’s whim. Some parents were allowed to visit twice a year, others once a year, others even less than that. I heard from one girl that she didn’t see her mother for almost three years, so long that she forgot what she looked like and struggled to pick her out in a crowd.

In the 90’s, the number of children living at OKC swelled and the number of adults shrank to just a small group tasked with raising the children. These adults for the most part had no experience with childcare and some of them had mental problems that made them unfit to be trusted with children. These adults were on duty 24 hours a day, seven days a week, with no vacations or holidays, such that even the kindest ones among them were vulnerable to caving under the stress and mistreating children. Also, once Spatz had the parents safely out of the way, he advocated an increasingly harsh lifestyle for the children. The schedule became more rigid, the food sparse to the point where children would steal vegetables from the garden in the dead of night, sitting in the fresh dirt to gobble them down as soon as they pulled them from the ground. Punishments were increasingly harsh. Small children were locked overnight in a shoe closet infested with rats, deprived of food sometimes for multiple days, forced to run endless circles barefoot in the snow and hit with switches. A pedophile ran rampant among the little girls, showering naked with them and slipping his hand under their nightgowns when he put them to bed. Yet another deranged disciple preferred to bully the boys, calling them to his room at night after charging them with small crimes, or sometimes no crime at all, and holding them down after stuffing a dirty handkerchief in their mouth so they wouldn’t make too much noise while he beat them black and blue.

Scenes: Children at Château de Soleils (Nyima Dzong)

When the oldest kids in this group reached their teens and grew rebellious, Spatz separated them from the smaller children and sent them to live in a community in Portugal. In a new twist, he began to include alcohol in his religious ceremonies. Kids were not only invited, but forced to drink, so much that by the end of some prayer sessions there were children throwing up all over the temple and others passed out on the floor who were unceremoniously piled into a cart and dumped in their rooms to recover. These teenagers were taught to fight, and told that they were in training to fight for their lives in an upcoming war that would bring an end to the world as we know it. Around this time Spatz also went through a Gypsy phase, where he traveled cross country in caravans with select members of the community, including teenage girls, partying along the way.

Screenshot from the video: Anniversaire Robert Spatz 13avril2001.mp4
(The children in this image are of another generation than the author of this post.)

As for me, I am one of the older children in the group. My family joined this community in the late 70s, when I was a small child. I was taken out of school at 14 and for the next three years I was routinely sexually abused by Spatz. I want to be clear that this was not a relationship that had even the pretense of being consensual; Spatz procured my obedience with trickery, intimidation and outright threats of harm to both me and members of my family. As a child, I used to look up to Spatz and think of him as a kind, fatherly figure, but during those three years I learned to hate him, so much so that I would feel sick to my stomach at the sound of his car pulling up to the building. In the face of total parental abdication, I had no-one to turn to. Spatz had full control over my fate. For all practical purposes, I was a captive, forbidden to leave the community even for brief visits to family members outside.

In the end, my older brother is the one who offered me a means of escape, when I was 17. I am one of the fortunate few who had some financial support from my family after I got out. Although it wasn’t easy, I managed to go back to school and get a college degree. I wanted to forget what I lived through at Nyima-Dzong and I tried hard to do so, but I found out that something more than willpower is required to heal from such an experience. Also, I was always worried about the children I had left behind, especially the younger girls. I worried that by escaping I had left behind a void that Spatz would simply fill with the next youngest girl. As it turns out, I was only half right – Spatz had already moved on to a couple of the next youngest girls long before I left, after taking the precaution of having his disciples move me away from Nyima-Dzong to a different location, so that I wouldn’t notice what he was doing.

It took me years to break through the spell of secrecy and speak up about Spatz, but I finally brought criminal and civil complaints against him in 1998. I found out later that three other women had done the same. After making these complaints I received a call from a woman in the community that I had loved as a child and for a second I thought she had called to tell me that she was sad or upset to hear about what happened to me. But that wasn’t it at all. She wanted me to drop the charges against Spatz because she was afraid that he would be sent to prison and the community would be shut down. People would be put out on the street, with no money and nowhere to go. What happened to me was in the past, she said, so couldn’t I just let it go instead of moving forward with a lawsuit that might ruin the lives of many innocent people? When I asked about other girls, she glossed over the question. I hung up feeling hurt by her indifference, and also wondering for the first time if the huge secret that I thought I had guarded for years was actually not a secret at all. The thought crossed my mind that perhaps some of Spatz’s disciples didn’t mind offering up a girl to Spatz every now and then in exchange for his continued patronage and support of the community.

I stood firm, but other disciples approached my family with the same logic, asking them to stop me from wreaking havoc on the community, and they fell prey to guilt. My mother pressured me to stop. My brother, who had been my only ally for years, told me that he wished me the best but he could not support what I was doing because he was worried about the fate of friends and family members still in the community. I tried to tell them that this was just a story that the community was using to manipulate them. Personally, I thought it was a little sick for the adults to purchase their religious blessings and financial security at the cost of their children’s suffering. Plus, I never believed that Spatz would support these people in their old age, as they expected him to do. It was because of Spatz that these people were destitute – he was the one who convinced them to donate everything to him and live in poverty while he freely spent the money he gathered. But I realized over time that the two of them were ashamed of my actions and felt guilty by association. They came back from visits to the community acting surprised and grateful that people were willing to talk to them despite what I had done. Ridiculously, it became a situation where my family was persuaded that they needed to protect Spatz and OKC from me, rather than the other way around. My brother eventually succumbed to guilt and wrote a letter to the Belgian police in 1998 suggesting that they ought not believe my story. He didn’t have the courage to tell me about this betrayal – I found out about it at the trial last year when Spatz’s lawyers tried to use it as evidence to discredit me. I know that my mother and brother both love me and that, at the time, they acted out of confusion, and under the influence of religious manipulation. I love them as well, and aside from issues related to OKC they have been the best mother and brother I could wish for. The trial last year stirred up all these issues and precipitated some long discussions among us and I am grateful that they have come to understand the situation more clearly and support me in what I am doing. The point I want to make is not to criticize them, but to show how insidious religious brainwashing can be, to the extent of turning loving family members against each other.

I’m sharing this story not to talk about myself but because it echoes the experience of the other OKC children. This worn out theme has been trotted out over and over again for 20 years now: OKC is a charming community filled with good people who will be provided with financial support and loving care in their elder years – but this wondrous existence is on the brink of being ruined by the selfish headstrong children of OKC who think only about themselves. OKC used this story for years to stop the younger generation of OKC from speaking up. It’s an effective tactic to use on kids who were raised to disregard their own well-being and avoid selfishness like the plague. For the most part, the OKC children who decided to testify at trial went through a very difficult personal struggle because of these accusations, and some of them backed out (despite suffering horrific abuse) because they couldn’t handle the guilt trip or disapproval of their parents. And many of them have family members who fell victim to the same guilt trips as my own family, and made statements to the police or tribunal trying to discredit them. These are family members of abused children! Cousins, uncles, siblings, parents knowingly undermining these children in an effort to protect Spatz and OKC.

 

In truth, Spatz created a network of companies that manage all money, people and assets related to OKC. The Belgian tribunal found that these companies, even the ones styled as non-profits and religious organizations, actually operated for the financial benefit of Spatz, rather than the community or the disciples. Money has been laundered back and forth between these companies over the years to the detriment of the people that they are supposed to benefit. How does one man manage to control the finances of multiple organizations and the lives of multiple people? Through his closest, most loyal disciples, who I think of as his “lieutenants.” During the trial, some of the former OKC disciples tried to seize control of the Belgian OKC organization away from Spatz. They were successful in getting him to retire as officer of the company, but his lieutenants then intimidated the group into submitting to Spatz’s continued control. Spatz’s lieutenants are the officers of some of the other OKC-related organizations. They still live in his centers – I know of at least one who still lives at Nyima-Dzong.

I don’t know anything about the Kenpo, but I assume he is financed by OKC Belgium or OKC France, both of which are still controlled by Spatz most loyal disciples. And, while OKC may have removed Spatz’ photo from their website, the photo still sits on its throne in the temple at Nyima-Dzong.

Circling back to the original accusation, I am troubled by the premise that the members of OKC should be protected because they have “nothing to do” with the wrongs perpetrated by Spatz. This is a fiction that lives on in part because, contrary to accusations, the OKC children are absurdly compassionate and forgiving. Most of the OKC disciples were complicit in one way or another in the abuse and neglect of the community’s children. Those that were not complicit are at the very least guilty of turning a blind eye in a situation where a compassionate human would ordinarily be expected to lend a hand. We (the OKC children) know that the adults were deceived and indoctrinated by Spatz and we know that he had a terrible way of twisting the truth and the religion, making acts of kindness seem like crimes, and crimes like acts of kindness. So we forgive the people who beat, neglected and mistreated us, or led us to his bedroom in the dead of night, choosing instead to focus on Spatz as the ultimate cause of the harm.

It is one thing to forgive the adults; it is quite another thing to engage in the pretense that they are innocent, and yet another thing entirely to attack the children who suffered a lifetime of abuse and accuse these children of selfishness! Make no mistake, some of these adults did terrible things. To give one example among many: one girl testified at trial that when she was 12 Spatz “gave” her as a girlfriend to a young man that he favored, and sent them off to travel with his gypsy caravan. One night, this older boy drank too much while partying with the adults and hauled the girl into his caravan, where he raped her. When he passed out she emerged from the caravan crying and went to sit by the campfire where she announced “I’ve just been raped, does anyone even care?” There was an awkward pause, and that’s the end of the story. No-one did a thing. This girl brought charges against Spatz for sexually assaulting her a year later, but insisted that she did not want to bring charges against the boy who raped her because she felt that he had been twisted and abused by Spatz as well and he had suffered enough. She also forgave the adults who allowed the boy to get drunk and haul her into a caravan, and who took no action after finding out about the rape – going so far as to refuse to disclose their names in order to protect them. Why? Because she feels pity for them, because she knows as we all do that Spatz hurt and controlled everyone. The boys chose to forgive the sick, twisted individual who came up with pretenses to beat them violently. And all the children have forgiven the parents who neglected and abandoned them.

Since there have also been accusations directly against Ben, I feel the need to point out that he is acting on behalf of a group of 25-30 former OKC kids, many of whom are still Buddhists themselves, and most of whom were plaintiffs in the trial against OKC. Any attack on Ben is, practically speaking, an attack on all of the OKC children. Speaking for the younger generation, right now what the children need is a little compassion and support from the world in light of the traumas that they have lived through and the life challenges that they currently face. To continue to attack them is simply cruel. Many of these kids have a parent who is still in OKC, or halfway in. And all of the kids are concerned about the financial well-being of the remaining members. No-one wants to see these people on the street! But most of these children believe, like I do, that Spatz has no intent to provide for his disciples in their old age. Spatz has sucked people dry over the years, to the point of half-starving children and depriving even terminally ill disciples of medical care. Anyone who believes that Spatz will generously take care of his disciples once they have nothing more to give him is sadly naïve. If Spatz was truly concerned, he could take action right now by setting up individual pensions for his disciples using the money he has hoarded for himself all of these years. Why focus the blame on the children instead of on Spatz, who has been found guilty of violating employment laws and appropriating the community’s money for his personal use?

In fact, the OKC children have had endless discussions about how to deal with the problem of elders aging in the community with no savings or accumulated social security. For this reason, we all supported the people trying to take OKC away from Spatz and hoped they would be successful. And if they had been successful and OKC was truly and irrevocably free from Spatz and his lieutenants, we would support OKC. I believe that most of us would like nothing more than to see Spatz’s disciples recreate a Buddhist community independent of Spatz and make it thrive. But we will not support an OKC that continues to dominate and mistreat people, and funnel money to Spatz.

Incidentally, the tribunal appeared to be concerned for the well-being of aging disciples as well. The court’s solution was to seize Spatz’s assets and create a fund to use as an alternative to social security for all of the adults who worked undeclared and without pay for OKC for most of their lives. That solution in my opinion is also better than letting things rock on as they are, which will result in financial hardship to everyone but Spatz and his most loyal lieutenants in the end. My only fear (which I believe is shared by some of the other children) is that there are adults so deeply entranced by Spatz that they will turn around and give the money right back to him.

The 20-year-old lawsuit against Spatz is not over. The case finally went to trial in 2016, and now it is on appeal, and we are all still holding our breath waiting for the final outcome. Nothing is over or resolved – not yet.


¹ Ben made clear that his goal is not to close the center. He is the spokes person of 23 civil parties, some of the older generations of youngsters (now adults) from OKC. There are now 170 charges against OKC by the Belgian Justice system. Eleven sexual abuse cases were presented in front of the court. In total there are 46 civil parties, some from the 1997 inquiry and all the others from the trial in 2016. A detailed clarification by Ben will be posted soon on this blog.

If you want to financially support the court case of the victims against Robert Spatz, you can donate via the Aide aux victimes de Robert Spatz GoFundMe Campaign.

 

#OKCinfo

August 2017 : Game of Thrones : sexual abuser sits on a Buddhist Temple in total impunity #buddhism #OKCinfo #sexualabuse

2 min read

Robert Spatz alias Lama Kunzang in 2017

Robert Spatz alias Lama Kunzang Nyima-Dzong 2017

Robert Spatz alias Lama Kunzang in NyimaDzong 2017

caption : photos taken in Nyigma-Dzong Buddhist Temple in august 2017, Robert Spatz serial sexual abusers sits on the main Temple alongside a statue of Khyentsé Rinpoché & other Tibetan Buddhist statues after a 18 years inquiry that culminated with a trial in 2016 where 23 new civil parties joined forces to denounce grave authority/sexual/spiritual abuse behind so called Vajrayana/Dzogchen initiations.

 

`Non Non Robert Spatz alias Lama Kunzang, accusé de 170 crimes dont abus sexuels sur mineurs et majeurs, torture et fraude fiscale et social, trône sur son siège à château de Soleils aka Nyima Dzong (depuis 40 ans) a côté de statues bouddhistes des plus grandes références du Bouddhisme Tibétain, dans un Temple dit Bouddhiste le tout sous les ordres explicites de Ogyen Kunzang Choling Bruxelles et son secrétaire général Lamten. Mais RS n'a plus rien à voir avec la OKC bien sûr. d'ailleurs sa Fondation Kunzang, dont il est le fondateur et l'administrateur en chef, elle non plus.. N'a rien à voir avec la OKC...

No No Robert Spatz alias Lama Kunzang, accused of 170 crimes from sexual abuse on minors & majors of age, torture, fiscal and social fraud is sitting in his throne at "Château de Soleils" aka Nyima-Dzong (since 40 years) alongside with Buddhist statues from the biggest references in Tibetan Buddhism, in a so called Buddhist Temple following the direct orders from Ogyen Kunzang Choling Brussels and his general secretary Lamten. 

But as everybody knows RS (Robert Spatz) has nothing to do with OKC anymore, by the way his Kunzang Foundation, from wich he is the sole founder and chief administrator has nothing to do with OKC neither. 

 

#OKCinfo

Confirmé : Rabjam Rimpoché annule sa visite à OKC Bruxelles et #OKC France #Bouddhisme #13avril

Confirmé : Rabjam Rimpoché annule sa visite à OKC Bruxelles et #OKC France #Bouddhisme #13avril

Plusieurs visites était prévues par OKC pour redorer son blason entre la fin du procès et l'appel en justice. 

De l'avis des parties civiles ces visites n'ont pas lieux d'être, d'ailleurs OKC ne fait pas partie des centres bouddhistes que ce soit en France ou en Belgique, si ces tibétains veulent enseigner le Bouddhisme qu'ils aillent dans des centres officiels qui ne sont pas en procès pour abus sexuels, fraudes et manipulation de masse. c'est aussi simple que ça.


Et pourtant OKC n'a pas l'air de réagir et laisse sur son site web ces évènements comme si ils allaient tous se dérouler comme prévu, hors une partie de ces dates ont bel et bien été annulées d'après nos informations.

Listes des dates ici : http://okc-net.org/index.php/events/
Listes des Lama Tibétains encore affiché sur le site OKC avec ou contre leur gré : http://okc-net.org/index.php/project/

contexte : http://www.okcinfo.news/2017/40-years-of-abuse-in-the-name-of-dharma-the

#OKCinfo

Robert Spatz a réussi son tour de manipulation : faire croire à toute une communauté complètement perdue et dans la peur de tout perdre (ou de ne pas savoir payer les indemnisations des parties civiles)

1) leur faire croire que si ils vont en appel contre Spatz, la communauté va se retrouver avec toutes les indemnisations sur le dos.
2) leur faire croire que si ils ne payent pas les indemnisations aux parties civiles le mois prochains ils vont devoir vendre (Châteaux de Soleils en France) résultat ?

Même les anti-Spatz ont voté hier pour aller en appel. comment expliquer cette situation ?

L'assemblée était consultative et il n'y a pas eu de vote. La raison est due à un alinéa dans les status de l'ASBL OKC qui permet au Président ou aux Administrateurs qui le remplacent de prendre toute décision qui engage l'association dans, notamment, des actions judiciaires.

Le Conseil d'Administration de l'ASBL OKC n'a pas changé (composé de Olivier Vin, Rui Oliveira de Carvalho, Cabé et B.) cette dernière par exemple est contre l'appel, mais a très peur de perdre la seule sécurité qui lui reste: sa maison. chose tout à fait compréhensible, mais fausse, information qui devrait facilement être débusquée par un avocat décent et objectif qui n'est pas à la solde des Spatz. mais visiblement c'est trop demander.

Voila comment après un jugement très clément, envers toute la communauté surtout, via l'acquittement d'une bonne partie du clergé autour de Spatz et la décharge des "administrateurs" qui ont été reconnu "sous influence" par le Tribunal, voila comment cette communauté reste sous sons emprise totale (même si des gens considère de déguerpir définitivement à l'heure ou ces lignes sont écrites).

Il suffit d'y réfléchir 2 secondes : si tous ceux et celles qui ont été acquittés reviennent à la charge contre l'état, la justice et les parties civiles, ceux ci ne vont plus du tout se retenir et vont tous simplement appuyer sur le champignons sans plus aucune retenue considérant que tous ceux et celles qui sont embarqué aujourd'hui dans cet appel sont de fait des complices de Robert Spatz.

C'est la dernière fois que les parties civiles se préoccupent pour ces anciens, ces adultes, ces parents qui encore aujourd'hui ont l'esprit conditionné par des projections de peur qui les rendent incapable de faire les bons choix pour leur propre survie, ça vaut le coût de se poser la question :

êtes vous véritablement prêt à sacrifier votre vie pour un pédophile multi récidiviste ?

Aller en appel ne va en aucun cas laver le blâme qu'il y a sur la OKC ou Spatz, bien au contraire, ça va définitivement enterrer toute possibilité de dissociation des "adeptes sous influences" et de Spatz.
En fait ça ressemble fort à un suicide collectif.

#OKCinfo

Les Dévots du Bouddhisme par Marion Dapsance (updated) #mustread #alire #bouddhisme #france #secte

12 min read

J'ai dévoré ce bouquin en 5h, 300 pages qui décrivent avec une précision déconcertante les mécanismes féodaux, autoritaires, capitalistes et misogynes qui se sont imbriqués dans la conception occidentale du bouddhisme tibétain dont le centre RIGPA sous la "direction" de Sogyal Rimpoché et les similitudes à foisons sur le plan religieux, sectaire, adoration, "no limit", Sagesse Folle de Robert Spatz alias Lama Kunzang.

Secte nuisible : 

Fermeture sur le monde, Manque de discernement, attitude sectaire co-optée par le clergé, les "proches", dakinis exploité en femme-objet, secret initiatique avec menace karmic à l'appui, manipulation flagrante, monétisation du Dzogchen et du bouddhisme en général, abus de pouvoir, d'ego, abus sexuels, récidive, détournement des supports de méditation classique sur "le Maître" qui se transforme en culte de la personnalité et j'en passe ont leur équivalent dans le Spatzisme; 

Les rituels de visualisations, les pratiques, les prosternations, les lung et les wang donné à tort et à travers sans la moindre légitimité autre que l'artifice d'une illusion déployée dans une assemblée conquise par son propre mythe et c'est dès le début que la "folle sagesse" est déjà de mise et sera le socle de toute la manipulation sur le long terme, l'endoctrinement profond, une véritable trahison spirituelle pour des gens qui s'était engagé avec leur vie dans la recherche de l'accomplissement par la voie du Bouddhisme et le peu qu'on en savait en Belgique ou en France dans les années 70. 

RS/SR et l'impunité totale

RS et SR deux manifestations différentes d'une même pathologie (aussi présente chez des prêtres, des églises, des internats, parfois des familles) Pervers Narcissique (Pédophile dans le cas Spatz) (Récidiviste?) incapable de ressentir la moindre empathie à propos des êtres-objects qui le serve, en fait l'univers entier tourne autour de ses individus, la Justice d'un système qui n'est pas régi par "La Loi", ce Procès d'un système que la OKC à toujours traiter en parasite se conformant uniquement sous la pression, pour des raisons commerciales ou légales qui ne contribuaient en fin de compte qu'à institutionnaliser le système, le rendant légale, même si toujours opéré par une direction invisible, mais omniprésente, presque omnipotente via son clergé.

La tempête des méduses du début du procès en janvier 2016, c'est une chiquenaude dans un verre d'eau pour celui qui après 40 ans d'abus sexuels, spirituels, moral et financier se pavane dans sa gigantesque villa quelque part sur la côté espagnole. 

On est en 2016, tout le monde (ou pas) est au courant que des prédateurs sexuels, spirituels et financier existent, mais mêmes après des procès, des scandales, des arrangements financier, même après condamnation publique de ces actes par la hiérarchie même duquel ils s'auto proclament "Lama" et puis rapidement éveillé, hein parce qu'on a qu'une vie, alors autant commencer tout de suite par le Tantrayana et abuser au nom du Dharma des enfants innocents dans une prison invisible.

Après 19 ans et un procès dans son ensemble juste, on a enfin une condamnation lourde sur Robert Spatz, mais une peine oh combien trop favorable pour la gravité et le nombres de faits.

Le Bouddhisme est il responsable ?

Le "Bouddhisme" dans son ensemble n'est peut être pas "responsable" mais ce dernier est complètement irresponsable en laissant ces prédateurs vaquer à leur méfaits en toute impunité ou en utilisant l'excuse de "le bouddhisme n'est pas une religion organisée", c'est tout simplement faux. Aujourd’hui le Bouddhisme en France et en Europe est institutionnalisé, il se retrouve dans les émissions du dimanches, il y a une structure de centre, une hiérarchie d’importance, des tas de politiques interne quasi impossible à comprendre, mais il n’est pas assez organisé que pour dénoncer des abus sexuels sur des enfants pratiqué dans un contexte Bouddhique en France, Espagne, Portugal et Belgique ? ou dans le cas de RIGPA sur des adeptes en toute impunité ? mais de qui se moque t’on ?

L'abcès qui va péter inévitablement : 

Entre temps Sogyal se pavane toujours et pour en revenir au livre ci dessous, autant Sogyal que Lama Kunzang (RS) sont protégé par une clique de dévots complètement enturbiné dans une réalité parallèle au point que si ça se trouve: ce sont les victimes de l'OKC, la communauté qui a payé le procès, c'est probablement un dernier "disciple" qui s'est encore fait berné en donnant son héritage pour payer les avocats de Spatz.

Quel disciple payera le procès d'un Sogyal un jour au nom de la dévotion et de la "pratique en action" ?

Pour RS c'est encore plus machiavélique, c'est plus sophistiqué que Sogyal après lecture du livre de Marion Dapsance comparé au dossier et au lecture de toute les dépositions des parties civiles. Spatz à été beaucoup plus loin dans la dérive totale encore que Sogyal, c'est dire !

Des points similaires, mais une démence bien propre à chacun, mais la même dérive sexuelle, la même dérive spirituelle (en plus barbare-basique pour Sogyal) et plus machiavélique-pervers dans le chef de Spatz.

Alors à tous les "Bouddhistes" qui s'excitent parce que ce livre à oublié tel ou tel faits ou tel courant ou X ou Y: ce n'est pas le sujet! 

Mais surtout tant que la hiérarchie Bouddhiste (en tout cas en Occident) n'adopte pas une charte internationale qui régit les limites et les droits et les devoirs d'un "Maître reconnu" (comme proposé par des adeptes occidentaux du DL) c'est que dans le fond, comme l'Église, le Bouddhisme n'a pas envie ni l'intérêt de faire le ménage dans sa propre maison et tant que c'est le cas, le terme "les dévots du Bouddhisme" est un excellent choix de titre quoi qu'en dise ses "Bouddhistes" offusqué avant même d'avoir lu le contenu du livre sur le fait que ce livre serait une généralisation. 

Trop facile de dire que les adeptes ont une part de responsabilité dans le choix du Maître, oui bien sûr qu'ils en ont une (et encore qui à 16 ans ou 20 ans est responsable ou même capable de percevoir qui est possiblement un Maître ou pas? il faut 20 ans d'observations minimum pour avoir un avis), mais c'est le devoir d'une religion organisée justement que d'empêcher que des prédateurs sexuels dangereux et toujours actif tel que Sogyal ou Robert Spatz puissent se draper dans une robe rouge et violer des femmes ou des enfants au nom de la dévotion au Maître ou d'échange d'énergie. c'est abusrde !!!

Non ce livre, malgré son titre, parle de Rigpa et de Sogyal et quand l'auteur parle de pratique ou de description de rituels Bouddhistes elle en maîtrise parfaitement les concepts. 

Ce livre d'ailleurs permet enfin de départager des concepts anciens qui sont venu en Europe par des voies pas toujours très claire et permet au lecteur de faire une séparation entre le Bouddhisme justement et son "Franchising" en Occident et ses diverses implémentations.  

Ce que je rencontre dans les commentaires des Bouddhistes c'est justement de la fermeture d'esprit, ils se sentent attaqué alors que des gens, parfois des victimes, des auteurs, des académiciens, des chercheurs ont parcouru un énorme chemin pour justement : savoir en parler, briser les secrets, les tabous, les dogmes qu'en théorie le Bouddhisme devrait rejeter.

Trop de bouddhistes interprètent la réalité uniquement par le prisme du Bouddhisme. Donc si une victime d’un prédateur tel que Sogyal ou Spatz fait une plainte face à la Justice, c’est qu’elle à besoin d’argent, elle a besoin de vengeance, elle est dans la confrontation etc...en fait ils ne font que percevoir la réalité par le prisme de leur propre contamination. 

Si tu fais fais quelque chose en Justice ou avec les Médias c’est que tu es dans la colère, l'agressivité, la vengeance et ces concepts neutralise complètement l’individu qui porte plainte, c’est à dire : on s’en fout de ce qu’il raconte en substance, si il s’en plaint et qu’en plus il demande de l’argent alors c’est que ses motivations/intentions sont impures. Voilà le raisonnement de beaucoup trop de “Bouddhistes” perdu dans les limbes du manque total de discernement.

Hors il suffit de titiller le clergé OKC ou Rigpa pour percevoir à quel point ces "bouddhistes" sont tourmentés par des dogmes, des limites, des barrières mentales qui les empêchent complètement de voir par delà le scénario qu'ils ont parfois eux même co-créé ou mis en place et de voir les choses "tel qu'elle sont" comme on dit dans le jargon : c'est à dire, des abus sexuels, des abus spirituels et dans le cas de Spatz une impressionnante liste de 170 chefs d'accusation dont il vient d'écoper une condamnation quasi complète et une application de peine bien trop favorable. 

Le peu de gens qui vivent directement auprès de Spatz ou Sogyal ne sont pas dans une recherche volontaire consciente (plus aujourd’hui, même si leur motivation au début était très probablement sincère), qu'ils soient en retraite ou au chevet de ses mégalos, ces gens n'ont plus de libre arbitre, plus de discernement, vivre dans une bulle ou la réalité ne se manifeste uniquement qu’en rapport au Maître, tout le reste n'existe pas, abnégation totale de l'individu au profit de "servir le Maître" ça s’appelle une Secte Nuisible, pas une communauté, pas un centre, encore moins un lieu du Dharma. 

Alors c'est bien mignon de faire reposer tout cela sur une couche de dévotion, de choix personnel, de "ça a changé ma vie" mais dans le fond et par delà les artifices, c'est vivre dans une bulle isolée qui donne l'illusion de laisser filtrer le soleil, car dans les faits, l'esprit est dans les ténèbres, l'ignorance, il est persuadé par le charlatan d'être en pleine lumière, au parfait moment et à l'endroit parfait, d'être une élite, à la limite les adversités extérieures (un procès par exemple) c'est uniquement des obstacles "parce qu'on est sur le bon chemin" et que si il y a des obstacles "c'est qu'on dérange et qu'on fait du bon travail". 

Si le Bouddhisme en Occident veut s'en sortir il doit lâcher le folklore tibétains, la dévotion imposée top-down, la création de petit soldats gris incapable d'utiliser leur cerveau par eux même, voilà ce que j'ai vu et vécu dans les centres ou j'ai grandis et vécu entre mes 0 ans et mes 30 ans. 

En fait pour que le Bouddhisme en Occident soit vraiment utile aux êtres il faut abandonner la forme, le cirque, le monastère, le centre, le culte de la personnalité, les tulkus, les jeux de pouvoirs entre écoles et entre centres, la monétisation de la religion et surtout son manque total de discernement détourné en business modèle toxique.

Bref si le Bouddhisme veut survivre la crise qui vient, il va devoir faire une grande introspection sur sa propre réalité, ses propres dérives, dogmes et matérialisme spirituel, autrement ce n’est en effet plus une philosophie de vie, c’est une Religion. 

C'est le fond qui peut être utile à ceux et celles qui veulent suivrent cette voie, pas la forme, pas le cirque. 
hors sans cirque et sans folklore très peu d'occidentaux serait tombé aussi facilement dans le piège. 

Il est temps que le rideau tombe et que les Rois soient mis à nu en publique et leur structure démantelée. 

Qu'il en soit ainsi !

ps : un très bon livre pour décoloniser les esprits

 

les Dévots du Bouddhisme par Marion Dapsance Review

 

 

#OKCinfo

Lettre ouverte à Robert Spatz

4 min read

Cher Robert,

Tu dois te demander pourquoi une lettre ouverte plutôt qu’un courrier privé : c’est simplement parce que je pense que son contenu pourra peut-être profiter aussi à d’autres.

Comme tout bouddhiste le sait – et comme toutes les religions l’enseignent – notre devenir posthume dépend de nos actions ici-bas, de leurs intentions, de nos pensées, de nos paroles et, particulièrement, de notre état psychique et spirituel au moment de la mort, en ce sens qu’un repentir sincère suivi d’une réparation des dommages causés peut effacer bien des péchés et déraciner des vices cachés. Nous nous connaissons depuis plus de 50 ans et pourtant je ne sais pas si tu as commis ou non ce qu’on te reproche.

Tout ce que je sais, c’est qu’il n’y a aucune commune mesure entre l’épreuve de la prison, même à vie, et le supplice des états infernaux. Aussi, si tu es coupable d’une partie ou de tout de ce dont on t’accuse, je ne puis que te presser de l’avouer, de reconnaître que tu mérites la prison, de t’excuser sincèrement auprès de chaque personne lésée en lui offrant un dédommagement pécuniaire. Et si ton avenir dans l’autre monde ne te préoccupe pas – bien que nul n’échappe à la loi du karma –, fais-le au moins pour l’amour de la vérité et la compassion de ceux dont tu aurais abusé, si abus il y a eu ; ces deux motifs devraient même venir en premier.

Mais, comme tu le sais, la réparation d’un mal ne constitue qu’une demi-mesure si elle n’est pas accompagnée de l’extirpation des racines du mal, c’est-à- dire si nous ne prenons pas conscience de nos défauts de caractère et de nos vices. Certains parlent à ton sujet d’ambition, de mégalomanie, de mythomanie, de manipulation, d’égocentrisme, d’amoralité, d’immoralité sexuelle, etc. Si on me reprochait tous ces défauts, je n’aurais d’autre choix que de les examiner un à un – de préférence avec l’aide d’autrui –, en me demandant le plus objectivement possible, au plus profond de moi-même, sans aucune complaisance vis-à- vis d’un ego toujours prêt à s’auto-pardonner si, d’une part, je possédais bien tels vices au moment des faits et si, d’autre part, je les possède toujours ; ensuite, si la réponse est « oui », du fond de ma détresse et de ma conscience d’être un moins que rien, je m’appliquerais à me rapprocher, jour après jour et dans la mesure de mes moyens, des vertus qui leur sont opposées. 

Cette tentative de conversion serait un premier pas vers une possible guérison et vers une renaissance moins redoutable que celle que je mériterais si les accusations étaient fondées et les vices effectifs. A moins d’être très déséquilibré, il est impossible que nous n’ayons pas le sens du bien et du mal ; sur le plan humain, ce ne sont pas des notions relatives, n’est-ce pas ?

Que Dieu te vienne en aide (ce n’est pas très bouddhiste mais tu comprends...), soit pour te défendre si tu es innocent, soit pour avouer si tu ne l’es pas.

Thierry

2 mai 2016

#OKCinfo

Réponse à "Tsodron" de la OKC #okcinfo

8 min read

Info!

Attention! Réponse (en gras) entre les lignes au commentaire de "Tsodron": Commentaire d'origine sous cet article

Je vis dans cette communauté depuis 33 ans, ce n'est pas agréable d’être insulté tout le temps, qu'on me dise que je n'ai rien à dire, (dans le procès 2016 les juges ne nous ont même pas laissé nous exprimer...), que je suis nul, manipulé, avec foi aveugle.. etc etc.

 

J'ai vécu dans cette communauté 30 ans, ce n'était pas agréable de se faire battre par un "éducateur" militaire qui passait plus de temps à surveiller comment des enfants en bas âge se comportait dans un temple que de s'occuper de sa pratique et de son esprit. Et pour ne pas figer sur un élément, les enfants dans la OKC ont eu des dizaines d'éducateurs, dont certains sortent du lot de par leur folie, leur aveuglement mais surtout leur brutalité sur des enfants. ah mais c'était pour nous endurcir ? vivre à Mu aussi c'était pour nous "endurcir" bhé oui après tout c'était censé être "la fin du monde" ! on se demande comment des adultes ont pu laisser une communauté, leur communauté partir à la dérive et à la botte d'un seul homme , mais l'esprit dans la OKC c'est pas une spécialité, encore moins le discernement. 

On vous a pas laissé parlé au tribunal ? je croyais que vous n'aviez rien à changer par rapport à a vos déclaration de 97 ou est ce que tout d'un coup vous avez des choses à compléter ? pour cela il y a eu une enquête et une instruction pendant 19 ans...vous étiez ou si vous étiez dans cette communauté au moment des perquisitions en 97. Depuis quand une communauté qui n'est majoritairement pas présente à son propre procès devrait avoir un accès a parler dans ce procès ? n'avez vous pas eu le temps pendant 19 ans de peaufiner une stratégie ?

vous êtes qui Tsodron?  

C'est peut être le vécu de celui qui lance tous ces articles, et qui c'est arrêté dans le passé . 

"le vécu de celui qui lance" - il y a plus de 23 parties civiles derrière ce site, alors il va falloir faire un effort, s'informer et comprendre les raisons qui poussent les ex-enfants d'une secte que leur parents ont cru construire à dénoncer des abus physique, sexuels, mentale et spirituel. oui il faut se poser ces questions. 

On n'a pas tous vécu ainsi, et la communauté a fait son chemin, On a été libres de venir et aussi de partir. 

nous sommes plus de 40 enfants (aujourd'hui adulte) qui n'ont pas été libre de venir ou de partir, qui ont été séparé par idéologie et la direction de Robert Spatz de leur parent, pendant que ceux ci trimait comme des esclaves alors que leur guru abusait leur enfants ? mais vous vous êtiez libre ? c'est qui ce "ON" que vous utilisé pour définir des gens qui même aujourd'hui évite de regarder un passé qu'ils n'ont pas vécu dans les yeux ?

Libres de se sentir manipulés ou de ne pas le sentir. 

on ne se sent pas manipulé, ou bien on l'est ou bien on l'est pas. la manipulation n'est en générale pas quelque chose que les humains sains d'esprit recherche absolument à expérimenter. encore moins quand des enfants sont soumis au même absurdité dû au manque de discernement totale de leur parents et toute la communauté sous la direction de RS.

Non je ne me sens pas manipulé, j'ai eu la liberté de choix de vivre dans cette communauté qui m'a proportionné des moments uniques. 

Vous y alliez souvent dans cette communauté ? parce que la c'est tout juste si je vous classifie pas comme un touriste qui venait au temple le dimanche s'inspirer de la merveilleuse énergie qui transpirait de partout. de quel communauté parlez vous ? vous êtes consciente qu'il y a eu 40 ans d'histoire?
et que si vous êtes un parents dans la OKC il y a 90% de chance que vous n'avez aucune idée de la vie que votre enfant a vécu ? et que si vous n'êtes pas parents et que vous n'avez pas vécu à ND, vos 33 ans dans la communauté ne veulent rien dire. pas dans l'affaire qui nous concerne. vous êtiez libre à Bruxelles ? oui sans aucun doute beaucoup plus qu'a ND. une réalité quelque part n'est pas forcémment la même ailleurs et très certainement, que ce soit à ND, à Mu ou en Espagne ou à la Sap il y a eu des abus sexuels sur mineurs, même après les perquisitions. moments uniques ?

Culte de la personnalité? 

je vous parle de culte de la personalité et vous me parlé d'autre lama tibétains que vous avez eu la chance de voir. si vous avez réellement vécu dans cette communauté vous savez à quel point la photo de Spatz était partout et à quel point son empreinte était partout. rien ne se faisait sans son accord sûrement pas à ND. 

Si vous arrivez à lire ces "diamant coupeurs" sans y détecter le moindre culte de la personalité, nous n'avons pas d'autre choix que de vous considérer, encore à l'heure actuelle, comme profondémment conditionnée. 

Il nous a proportionné d’être tout prés tout prés des plus grands Maîtres du Bouddhisme tibétain: Dilgo Khyéntsé Rinpoché et de son yangsi (les paroles n'exprimeront jamais le vécu), du Dalai Lama à la rue de Livourne whau, Rabjam Rinpoché quelle force et simplicité , Myngyur Rinpoché (quelle clarté) , Trulshik Rinpoché quelles bénédictions, ,Khenshen Paema Shérab quel ami de coeur,Amala, et ses enfants:Toulkou Paema Wangyal Rinpoché, Jigmé Khéntsé Rinpoché,Randrol Rinpoché,Ringsinla, Dawala,...quelle famille! Dzongsar Khéntsé j'ai adoré,Tengar Rinpoché quelle présence, Ringu Toulkou si proche de nous autres, Khandro Rinpoché la Dakini qui enseigne tous les ans à Nyima Dzong depuis 6 ou 7 ans, Kalou Rinpoché , Bérou Kyéntsé ,Tsogyal Rinpoché,Taklung Matrul Rinpoche qui nous enseigne tous les ans, Tendsin Choedrack qui était le médecin de S.S Dalai Lama,,Ogyen Topgyal Rinpoché, Chokling Rinpoché, encore et encore .et Khenpo Tseten et Lopeun Durpur de Séchen Monastery qui sont au quotidien avec nous. Je remercie vos préoccupations, mais je vous en suplie, ..ouvrez votre cœur et envolez vous plus haut! Merci.

 

C'est bien vous avez eu la chance de voir une liste de lama tibétains qui ont le mérite de ne pas être impliqué dans des scandales de fraudes et d'abus sexuels. mais vous avez raté l'essentiel de ces visites : 

Ces lama tibétains venaient chez OKC dans le but de laisser émerger dans l'esprit des vaillants adeptes du Spatzisme la différence entre ce dernier et le Bouddhisme. malheureusement, en plus de 40 ans d'enseignements à des adeptes qui jouaient au Dzogchen avec "Papa" le dimanche, le manque total de discernement de ceux ci et leur aveuglément n'a que su apporter une chose à la OKC :

la certitude qu'eux même était dans le bon, puisse que tout ces lama venaient les visiter, c'est forcémment que tout vas bien chez OKC. a aucun moment, quelqu'un dans OKC remarque que Spatzisme prêché par le Robert est une vaste blague qui mélange Hindouisme, Chamanisme, Catholicisme et autre "savoirs" glâné sur sa TV au fil d'une vie par le Robert. 

Non, chez OKC l'orgueil est tellement omniprésent que si un lama tibétain vient les visiter, ce n'est sûrement pas pour leur expliquer "comment reconnaître un véritable maître spirituel" - ils n'y ont vu que du feu : un enseignement de bas niveau, probablement pour les nouveaux au fond du temple ? 

quel arrogance, quel aveuglement. heureusement la douche froide arrive.

Karma is a bitch. 

bien à toi,

Kungyal

#OKCinfo

Enfants maltraités et abusés: deux ex-membres de la secte OKC témoignent. #okcproces

22 min read

Les enfants perdus.

Début janvier a commencé à Bruxelles au tribunal correctionnel le procès contre le belge Robert Spatz, leader de la secte OKC. Depuis 1972 le gourou auto-proclamé a attiré des centaines de disciples dans sa communauté reposant sur des règles de vie vaguement bouddhiste.

Trois générations plus tard les ravages humains sont énormes. Deux ex-membres témoignent d’un système d’endoctrinement, de manipulation et d’abus. “Le fil rouge de son enseignement était l’élimination de notre égo.” Le prévenu principal, Robert Spatz (71) doit répondre de plus de 170 chefs d'accusations , qui vont de la fraude sociale au faux en écriture en passant par la torture, l’enfermement et les abus sexuels sur mineurs.

L’ enquête de justice , qui a trainée 19 ans, met à nu le parcours égocentrique déconcertant d’un maître en manipulation.

Après un séjour en Inde, le réparateur de télévision a fondé la branche bruxelloise de Ogyen Kunzang Chöling (OKC), littéralement “le Domaine de la Claire Lumière”. Suivant les statuts c’était un centre d’études et d’expériences Nyingmapa, la plus ancienne de 4 traditions bouddhistes tibétaines les plus importantes. Au centre de la doctrine sont la quête de la pureté intérieure et le rejet du matérialisme. Spatz, qui se fait appeler Lama Kunzang, n'a pas suivi de très près ses propres principes éclairés.

OKC était plutôt 'un réseau d'entreprises commerciales à Bruxelles: un centre de yoga et de séminaires, un magasin de produits bio Le Paradoxe à la chaussée d’Ixelles et un restaurant végétarien la Tsampa à la rue de Livourne. Ses disciples y travaillaient jour et nuit, en échange de la nourriture et du logement. Les bénéfices servait à l’achat personnel de yacht, des voitures et des villas en Espagne, au Portugal, Tahiti et la Côte d'Azur. Pour la communauté, il a acheté en France “Chateau de Soleils”, un château délabré à Castellane, Alpes-de-Haute-Provence.

C’est là que commence l'histoire de Sophie Peten (38) et Ben Borges (35), qui y ont passé la majeure partie de leur enfance.

Peten: Mes parents étaient de fidèles visiteurs des séminaires à Bruxelles. Ils trouvaient en Spatz un enseignants charismatique avec une vision différente sur la vie et la société. Peu à peu, il a commencé à les enjouer. Il a proposé à ma mère un emploi à la Tsampa. Lorsque cela a été moins bien dans leur mariage, il a conseillé mon père de se ressourcer pendant quelques mois en Inde. Peu de temps après son départ ma mère, mon frère et moi avons déménagé de notre maison à Tervuren vers un petit appartement dans le centre OKC au-dessus du restaurant. Ma mère travaillait constamment. Elle a mis mon éducation dans les mains des autres adultes, mais ils n’étaient pas les personnalités les plus stables.

En janvier 1985 Spatz a organisé un séminaire à Château de Soleils. Ce fut une révélation. D’un appartement dans les Bruxelles gris, pleins d'adultes hystériques vers un petit paradis dans les montagnes! Spatz ainsi que les enfants déjà sur place m'ont conseillé de rester. Bien sûr, j’ai dis oui. Quelques jours plus tard, ma mère est retourné à Bruxelles, sans moi. Il est absurde qu'un enfant de sept ans peut faire de tels choix. Je me souviens de courir derrière sa voiture, parce que je me suis soudain rendu compte de l’étendue de ma décision. Un an plus tard mon petit frère de 5 ans venait dans les mêmes circonstances.

Durant l'été 1979, la jeune fille portugaise Catarina de 16 ans a atterri à Castellane. La fille enfuie de sa maison à un jeune âge, a été immédiatement séduit par l'utopie d'une communauté bouddhiste. Elle a fait la connaissance d'un jeune Portugais et a déménagé à Bruxelles pour y travailler dans le réseau OKC. Quelques mois plus tard, elle était enceinte.

Borges: ma naissance a créé des tensions au sein de la petite communauté. Spatz nous a renvoyé en France. Comme j’était un enfant craintif ma mère a reçue l’autorisation exceptionnelle de pouvoir rester avec moi. Cela n’a vraiment pas été apprécié par les autres qui étaient obligés de se défaire de leurs enfants. A la fin elle n’a pas résisté à la pression du groupe et en 1986 elle est repartie à Bruxelles.

Vos parents ne pouvaient venir vous visiter qu’une fois par an. Pourquoi deviez vous vivre séparément?

Borges: Spatz considérait les parents comme des être imparfaits par nature. Il croyait qu’ils empoisonneraient leurs enfants au niveau génétique. Il fallait donc créer une distance physique et mentale pour nous “désintoxiquer”. Il les humiliaient en notre présence tandis qu’il nous encensaient. Il disait que nous faisions partie d’une élite. Nous étions destinés à un avenir exceptionnel. Je me sentait en tant qu’enfant supérieur par rapport à ces pauvres gens imparfaits. A 8 ans j’ai remplacé ma mère par celle d’un autre. J’ai oublié à quoi elle ressemblait.

Peten: J’ai longtemps eu honte de la mienne. Je ne la voulait plus. Elle ne correspondait pas à l’image idéale que j’avais d’un adulte: une personne pure et sur-intelligente. Je me demandait même si je ne pouvait pas avoir une autre mère.

Est ce que la vie dans un château en France était aussi idyllique que cela puisse paraitre?

Peten: Le château était tout à fait inadapté pour y héberger des enfants. Il n’y avait pas de chaises ou de tables, nous vivions pratiquement sur le sol. Nous avions peu de vêtements. Les premières années il n’y avait pas de chauffage ni d’eau chaude. En hiver la température descendait à -17. Il était interdit de mettre ses mains dans ses poches ou de mettre des gants. Nous avions des engelures aux pieds. Nous vivions des cultures de notre potager. En hiver, nous devions nous contenter de la farine d'avoine moisie ou de la soupe avec un bout de pain. Ou nous avions les excédents des magasins à Bruxelles, mais ils étaient souvent périmés. Les plus petits recevaient sur place l’éducation de base d’une institutrice diplômée, membre de la communauté.

L’enseignement secondaire se faisait par le CNED, un système français d’enseignement à distance. “Mais uniquement parce que c’était obligatoire,” explique Borges, “Spatz considérait l’éducation classique comme une absurdité. Il trouvait les travaux manuels plus utiles, peindre, cuire du pain, couper du bois, faire de la construction. Il y avait 4 éducateurs adultes mais en fait c´était les enfants qui s’occupaient de l’entretien de ce château en ruines.”

Peten: Nous nous levions tous les jours à 5 heures pour prier et apprendre par cœur des centaines de pages de textes sacrés tibétains. Nous étions éduqués du matin au soir, 7 jours sur 7, pendant toute l’année. Dans son règlement interne “La Règle d’Or de Soleils” Spatz définissait toutes les facettes de la vie journalière. Tous les disciples devaient la signer. Le fil rouge du Spatsizme était la destruction de l’égo. La souffrance y prenait une grande place. C’était un moyen de bruler du mauvais karma. 

Borges: Les éducateurs nous élevaient avec des punitions. Ceux qui questionnaient leur autorité ou émettaient un avis étaient punis. C’était d’ailleurs très égoïste de développer une personnalité.

Peten: Tous les jours nous devions 108 fois tomber de tout notre long sur notre ventre et nous relever devant Spatz ou devant sa photo s’il était absent. Qui allait trop lentement ne recevait pas à manger le soir. Souvent on ne nous disait même pas pourquoi nous étions punis. Nous devions rester pieds nus dans la neige pendant une heure, nous recevions des coups de battons sur nos cuisses nues avec un chiffon dans la bouche dans la chambre de l’éducateur ou nous étions enfermés dans un sombre local à chaussures dans le château.

Parfois c’était tout le groupe qui était puni. Alors nous devions tous nous jeter au sol 108 fois au même rythme, à la moindre erreur notre groupe devait recommencer.

Borges: A mes 10 ans on m’a envoyé tout seul avec un sac de couchage dans la forêt à des kilomètres. Il y avait des sangliers sauvages. En hauteur. J’ai grimpé à un arbre et j’ai passé la nuit sur une branche.

Peten: Ou ils obligeaient un petit groupe de garçons à se lever pendant des mois à 4 heures du matin pour aller se laver dans une cascade dans la vallée. Même en hiver. Devenirs purs et durs, c’était la devise.

Une des 170 inculpations contre Roberts Spatz est l’abus sexuel.

Des 11 cas confirmés entre 1979 et 2016, 10 étaient sur mineurs. Une victime qui avait à l’époque 11 ans témoigne au tribunal comment Spatz commençait d’abord par lui partager des secrets ridicules pour tester si elle savait se taire. Dans une phase suivante elle déménageait avec sa mère dans son appartement privé dans le château pour cuisiner pour lui et faire son ménage. Spatz, hypocondriaque, qui souffre d’une peur extrême des maladies , les mettaient en confiance en leur parlant de ses vies passées et futures. Il prenait le contrôle physique et mental total, jusqu’au point de leur demander d'accomplir des actes sexuels sous le couvert de rituels religieux.

Borges: Il considérait le sexe comme un échange d'énergie. Par le contact physique, il pensait pouvoir prendre l'énergie de la jeune fille pour lui. La pénétration n’était pas nécessaire pour cela. Sa peur de la contamination était si présente qu’elle lui empêchait d’aller beaucoup plus loin. Il utilisait un Ðorđje (petit sceptre tibétain, ndlr), des petits fouets ou un instrument qui donnait des petits chocs électriques. Ceci est cohérent avec la théorie sadomasochiste de la souffrance. En transformant le plaisir sexuel en souffrance de l’énergie se libérait. Énergie qu’il prenait à sa victime.

Peten: Une des prévenues du procès était présente à quelques attouchements et y a même participé. Des témoins déclarent aussi qu’il y avait un inconnu qui observait d’un coin obscur dans une chambre.

Sophie, à un certain moment tu as aussi été choisie , mais un rhume t’as sauvée?

Peten: A un certain moment Spatz allait s’occuper de moi spécifiquement. J’avais à ce moment beaucoup de crises d’angoisses. Il voulait s’en occuper avec moi. Lors d’un voyage en groupe vers la Dordogne il m’a appelée à sa caravane. J’était justement grippée ce jour là. Apparemment son état hypocondriaque a fait que mon traitement spécial s’est arrêté là.

Comment avez vous découvert en tant adolescents votre propre sexualité dans u environnement si rude et fermé?

Peten: Nous étions incroyablement prudes. Une robe ne pouvait pas descendre 5 cm plus pas que les clavicules et une jupe pas plus haute que les chevilles. Les filles ne pouvaient pas dénouer leur cheveux . Nous nous épilions secrètement avec la flamme d'une bougie.

Borges: Il n’y avait pas de place pour l’amour ce qui est bizarre pour une communauté bouddhiste. Nous ne recevions jamais de bisous ou de câlins. Il n’y avait pas de contacts physiques ou de tendresse.

Peten: Nous apprenions l’amour dans les livres. Quand nous étions plus vieux nous pouvions aller en vacances à Bruxelles pour voir nos parents . C’est là que nous voyions pour la première fois un film ou que nous lisions des livres qui nous étaient interdits en France. La Bicyclette Blue (roman historique de Régine Deforges, où une jeune fille découvre l’amour pendant l’occupation en France, ndlr.) m’a ouvert les yeux. Q«Ainsi que “Au bonheur des dames” d’Emile Zola, à 14 ans je lisait sur des sentiments dont je n’avait jamais entendu parler.

L'une des caractéristiques d'une secte est l'omniprésence du chef spirituel. Était-ce le cas Robert Spatz?

Borges: Absolument! Nous croyions qu’il était omniprésent et omniscient. C’était vraiment ainsi puisque tout le monde venait tout lui raconter. Il était en fait un excellent acteur et manipulateur. Du haut de son trône il nous regardait littéralement de haut. Il jurait pouvoir lire nos pensées. Il nous inculquait que de terribles choses qui se passerait si nous osions remettre en question son autorité. De cette façon, nous avons développé une docilité incroyable. J'étais toujours paranoïaque. Après une mauvaise idée, je craignais d'être puni.

Peten: Sa photo était partout: dans toutes les chambres, dans la cuisine, même dans les salles de bains. Nous étions obligés de penser à lui immédiatement au réveil. Il pervertit les rituels bouddhistes en les reliant à son culte de la personnalité. Selon le profil du FBI un chef de secte est un pervers narcissique, il se considère comme exceptionnel ou d'une autre planète, il a la sagesse pour résoudre les problèmes mondiaux et il exige une loyauté totale de ses adeptes. Quand vous alliez quelque part avec lui vous ne pouviez jamais marcher à sa hauteur, mais toujours derrière lui en biais. Nous ne pouvions pas projeter notre ombre sur lui ni marcher sur son ombre. Nous ne pouvions jamais le regarder dans les yeux. Si nous lui donnions quelque chose il fallait le tenir au dessus de nos têtes afin de ne pas le contaminer avec nos microbes. Nous ne pouvions lui adresser la parole qu’avec la main ou un tissus devant la bouche.

En 1993 un groupe de 25 enfants, dont Ben, Sophie et sont frère, ont été déplacés du Château de Soleils vers le monastère de OKC à Mû, au Portugal. Les enfants y travaillaient journalièrement au restaurant, au temple et au centre de yoga. En même temps ils y étaient éduqués pour la fin du monde, qui d’après Spatz, était imminente.

“Nous n’avions pas de télévision, ni de radio , ni d’ordinateur et ne savions rien du monde extérieur,” dit Peten. “Il était notre seule source d’information et contrôlait tout cela. Il mélangeait toutes sortes de nouvelles avec ses propres fantaisies maladives. L’humanité allait périr du sida et les survivants allaient s’entre tuer.”

Borges: Spatz avait créé au Portugal une ambiance très violente. Les enfants s’y sont fait beaucoup de mal les uns aux autres, de toutes les manières possibles. Nous y étions éduqués dans une culture injuste, sexiste, machiste et misogyne.

Peten: Il nous apprenait a nous défendre avec un couteau et comment couper la langue ou le nez à quelqu’un. Il prenait les filles à part et nous racontait une vision ou nous serions toutes violées. Il insistait tout le temps que nous devions rester vierges, au cas contraire nous devrions quitter la communauté.Nous étions poussés à bout mentalement. A l'époque, nous étions dans un mode de survie très agressif. Quand des années plus tard je me suis inscrit dans un club d’arts martiaux à Bruxelles je faisais peur aux hommes. “Es-tu folle?” criaient ils. “Tu veux tuer quelqu’un? On n’est pas en guerre!” Je n’y comprenait rien.

Borges: Chaque enfant a reçu une formation en karaté. Nous avons pratiqué dans la neige, la pluie et le soleil. A chacun de nos anniversaires nous avions droit à la “moulinette” et on devait se battre tout à tour avec les 24 autres. Selon Spatz nous devions nous défendre contre le monde extérieur. Il mettait tous les soirs quelqu'un pour faire la garde avec un pistolet à air comprimé.

Le monastère Mu ressemblait à un camp d'entraînement militaire. Plutôt que de travailler tous ensemble contre lui, nous avons été manipulés et mis les uns contre les autres.

Peten: Quand les tensions étaient trop élevés, il organisait une fête avec des flots d'alcool pour détendre l'atmosphère. Tous les enfants entre 12 et 24 ans recevaient une grande coupe avec du Jack Daniels ou de la vodka. Chaque fois que Spatz criait “à la familia, a la nostra " nous devions boire cul sec.

Cela durait toute la nuit. Le matin les adultes mettaient les enfants ivres morts dans un tracteur et les ont transportaient au dortoir.

Personne ne s’est jamais révolté?

Peten: C’était impensable. Tout le monde était libre de partir, mais pour aller où? La distance avec le monde réel été tout simplement trop grande.

Borges: C’est comme si tu étais né sur Mars et que quelqu’un te dit: “Voilà la planète terre. Tu peux aller y habiter.” En 1997 la première bombe a explosé. Pendant l’opération Soleil 130 agents belges et 300 agents français ont perquisitionnés dans les diverses communautés OKC. Robert Spatz et certains de ses acolytes ont passé six mois en prison.

Peten: Ce fut un choc énorme. En même temps, nous étions prêts parce Spatz nous avait toujours prédit que le monde extérieur ne nous attaquer.

Borges: La police pensait trouver de la drogues et des armes, mais ils ont étés accueillis avec du thé. Lors des interrogatoires ils ont reçus des dizaines de fois la même réponse: nous sommes heureux, OKC est un endroit agréable.

Plus tard une commission d’enquête en France a établi que OKC était une institution louable. Mais les conclusions de l’inspection au Château de Soleils étaient basées sur les déclarations des enfants endoctrinés. J’ai relu tous les témoignages de cette époque.Tout le monde déclarait exactement la même chose!

Quand avez vous soupçonné que quelque chose clochait dans OKC?

Peten: Après l'opération Soleil je suis allé travailler à Bruxelles. L'organisation y avait été durement touchée. Le nombre d'adeptes avait considérablement diminué, mais les entreprises ont dû continuer à fonctionner. Pendant huit ans, je travaillais 16 heures par jour pour 125 euros par mois. En même temps je découvrait la vie nocturne de Bruxelles. La confrontation entre ces deux mondes extrêmes m'a chamboulée. Tous les principes qui m’avaient été inculqués dès mon âge précoce, semblaient sans valeurs. Je n'avais aucune personnalité et devait toujours agir dans l'intérêt de l'autre. Je ne savais pas comment me comporter en public, comment marcher dans la rue, où regarder. Naïve et inconsciente des dangers dans le monde normal, j’était une proie facile pour toutes sortes de profiteurs.

Borges: J'ai vécu quelques mois avec ma grand-mère à Lisbonne, ai ouvert un restaurant végétarien en l'Algarve pour OKC et finalement je suis retourné à Bruxelles pour connaître ma mère, que je n'avais plus vu depuis huit ans. Les difficultés sociales étaient énormes: J’était incapable de parler avec personne de sujets comme la musique, la politique ou le sport. Prendre les transports en commun, acheter un billet ou d'ouvrir un compte bancaire: je ne savais pas faire ces choses là. Grâce à mon premier ordinateur et ma connexion Internet j’ai appris à connaître le monde réel.

Je commençais à m’intéresser beaucoup aux droits de l'homme et de l'activisme social. Je me suis aperçu que je ne pouvais continuer ma vie, que quand j’aurais fermé le chapitre OKC . J’ai cherché un avocat et j’ai contacté les anciens membres comme Sophie pour nous organiser contre Spatz. La réponse a été énorme. Des ex-disciples de tous les coins d'Europe étaient disposés à coopérer. L’état Belge se concentrait principalement sur la partie financière de l'enquête. Nous avons ajouté un dossier moeurs considérable, et avons réunis 21 parties civiles.

Robert Spatz suit le procès de l’Espagne suite à des problèmes de santé. Comment pensez-vous qu’il vive cette période?

Peten: Il se sent toujours intouchable. Un de ses trente disciples restants nous a dit qu'il est en bonne santé et donne encore des séminaires. Le procureur a indiqué lors de sa plaidoirie le grand risque que, aujourd'hui, il peut abuser des enfants en Espagne.

Borges: Il essaie de manipuler le procès, comme d’habitude. Il fait payer ses avocats couteux par ses victimes, c’est à dire la communauté OKC. Je peux juste espérer que justice soit faite. Il faut stopper Robert Spatz.

Une interview signé TVS

Source NL


#OKCinfo

Témoignage d'une partie civile #okcproces #okcinfo

17 min read

Ceci est le texte de préparation que j'ai utilisé pour apporter mon témoignage au tribunal, lors des audiences en janvier 2016. Il parle de la manière dont j'ai vécu mon enfance dans Ogyen Kunzang Choling(OKC) et de comment j'ai décidé de partir de ce que je qualifie actuellement comme une secte, même si je n'ai pas utilisé ce mot ci-dessous.

Si pour parler de mon texte, ou pour toute autre raison vous souhaitiez me contacter, je vous invite à envoyer un email à okcinfor@gmail.com qui me fera parvenir votre message.

//

Ce que je retiens principalement de mon enfance, au-delà de la violence et de la maltraitance certaines (on a déjà parlé des punitions comme être mis dans le noir dans la "chambre à chaussures" parfois pendant des heures, au Mât Nord pied nu dans le gel et dans la nuit, des coups de bâtons, des oreilles en sang, des privations des repas, entre autres), c'est l'environnement totalement sous l'emprise d'une personne, Robert Spatz (RS), que je souhaite montrer avec mon témoignage. Je vais donc illustrer avec quelques éléments de mon enfance la manipulation et l'emprise psychologique dont on faisait l'objet.

RS était présent dans notre vie à chaque étape de la journée. Avant les cours ou avant toute activité (aller chercher du bois en forêt, avant un voyage, etc.) on récitait un mantra qui lui était dédié et qu'il avait composé lui-même. OM SAMANTABHADRA DHARMA VAJRA HUNG. Ayant fréquenté d'autres maîtres bouddhistes, je ne me souviens pas d'une telle pratique ailleurs.

De la même façon, à chaque fois qu'on faisait une session de prières, il y avait toujours à la fin une récitation de sa prière de longue vie à 3 reprises, là où par exemple la prière de longue vie du Dalai Lama et d'autres maîtres de la lignée n'était récité qu'une unique fois. Quelque part, lorsque RS nous disait être omniprésent, je pense que c'était une réalité, mais pas dans le sens où il l’entendait. Je me souviens également que RS disait que lorsqu'on était dans un moment difficile ou avant de s'endormir, il fallait l'imaginer comme une énergie lumineuse, une boule de lumière qui nous entourait de sa compassion.

Notre vie était rythmée par l’aspect religieux, et de ce fait, l’ensemble de notre vie était régie par RS : c’est lui qui décidait des prières, de leur fréquence et de leur nombre. Dans mon cas, à partir de 10 ans j’ai dû aller au temple le matin à 6h, à grand renfort de prières et de prosternations, souvent comme punition. Un éducateur a par exemple décidé à un moment que pour chaque minute de retard, on ferait 108 prosternations. A plusieurs reprises, RS a amendé, remplacé et allongé les prières à faire le matin et soir, parfois de 20 minutes, ce qui ne faisait qu’empirer les problèmes de sommeil, et donc la quantité de punitions qui en découlaient.

C’est aussi RS qui a fait venir un professeur de tibétain du Népal, longtemps promis et attendu comme le messie et finalement arrivé quelques temps après les perquisitions, ce qui fait que je connais des rudiments de tibétain, mais pas un traître mot de la langue maternelle de ma mère qui ne trouvait pas grâce aux yeux de RS. RS disait même que cette langue, le néerlandais, déformait le visage de ceux qui la parlaient. Je ne suis pas objectif, mais je peux vous assurer que ma maman est très belle.

Cette ingérence dans la vie de ses adeptes, on la retrouvait partout, jusque dans les détails les plus intimes de la vie familiale. C’est RS qui a décidé de mon nom tibétain et lui a donné comme traduction “essence du coeur”. Or un maître tibétain lui-même m’a confirmé que ce n’était pas un nom tibétain, et que ça n’avait aucun sens en tibétain. En cherchant sur Google, j’ai découvert que c’était le nom d’un village au Tibet. Par ailleurs, c’est aussi RS qui m’a donné un prénom portugais; à ce sujet, ma mère m’a rapporté que RS comptait m’appeler Joao à la base, et qu’à ce moment-là, quelqu’un avec un autre prénom est passé dans son champ de vision et qu’il a dit qu’en fait, j’allais porter ce prénom-là.

 

RS décide également de qui habite où et quand, mes parents ont régulièrement déménagé entre la France, le Portugal où je suis né et la Belgique, avant ma naissance et ce pour toute mon enfance. Je sais que ça a été le cas pour d’autres membres de OKC. Dans la Règle d’Or de Soleils (ROS), on voit bien que c’est uniquement lui qui décide qui peut vivre ou non à Nyima Dzong (ND), puisque finalement tout le monde enfreint fatalement  une des règles, édictées je vous le rappelle sur base de ce que les bouddhistes appellent les “10 actes nuisibles”, qui est en fait une liste exhaustive des actes entraînant un mauvais karma. Étant humain, tout le monde finit forcément par en commettre, et ça me fait penser au vieil adage qui dit que tout le monde est coupable de quelque chose, pour peu qu’on creuse suffisamment.

Non content de faire vivre enfants et adultes dans le péché, RS culpabilise tout le monde de simplement vivre. Je voudrais préciser que dans le bouddhisme, les 10 actes négatifs sont toujours accompagnés des 10 actes positifs dont on ne trouve nulle trace dans le texte : la seule solution proposée par RS pour absoudre ces péchés, ce sont des jeûnes, des retraites isolées, des pratiques intensives qu’il choisit, ainsi qu’une confession publique qui rappelle plus une humiliation publique.

Je me souviens entendre RS se moquer souvent du point de vue “judéo-chrétien” et pourtant son système est basé sur la culpabilité, pas celle de faire souffrir Jésus, mais celle de chaque disciple envers sa personne, lui qui se démenait tant pour ses enfants qu’il appelait à souhait ses “fils et filles de noble famille”. C’est encore avec la culpabilité, que je me souviens enfant de passer des heures à prier pour lui, son éternelle mauvaise santé trouvant évidemment sa source dans le fait que nous ne priions pas assez.

Je voudrais revenir sur la manière dont je percevais enfant la ROS : tous les enfants ensemble, tous groupes d’âges confondus, devions nous lever à chaque fois que nous nous reconnaissions dans un des dix actes nuisibles. On se levait, on se prosternait devant le livre et finalement on se rasseyait devant tous pour réciter à haute voix le chapitre en question. On se jugeait tous, on était punis mais on se surveillait également, “untel a fait ceci et ne s’est pas levé” et ce qui revenait souvent, c’était le vol. Plus précisément le vol de nourriture. Je me souviens que pour ne pas me faire attraper par un responsable, je me levais pour le mensonge et pas pour le vol ! Évidemment aucun enfant ne se levait pour l’inconduite sexuelle ou les vues fausses -douter de RS et de ses enseignements- car c’était des choses que nous ne comprenions pas. 

Mais il y a des exemples bien plus extrêmes d’application de cette ROS directement par RS : un jour, 3 des enfants les plus âgés à ND ont fait une fugue qui a duré plusieurs jours, et lorsqu’ils ont été retrouvés dans le village voisin, RS a demandé qu’ils fassent 1000 prosternations par jour pendant près d’un mois. En plus de cela ils devaient jeûner la plupart du temps et se sont aussi fait raser le crâne.

 

Quand je parle d’humiliation publique, j’en ai aussi été victime moi-même, lorsque par exemple à 10 ans, j’ai été exclu du groupe et mis à l’écart dans une tente pendant plusieurs semaines car mon éducateur, se retrouvant face à ses limites pédagogiques, a refusé de continuer de s’occuper de moi dans son groupe. J’y étais avec mon seul livre de prières, hors de la vue du monastère, ayant peur du noir et simplement d’être seul en forêt, avec un seul repas apporté quotidiennement à l’orée du bois. Les autres enfants ne pouvaient pas s’approcher de moi sous peine d’être punis. C’est en fait mon père qui avait pris cette initiative et il y a eu des échos de ceci jusqu’à Bruxelles où ma soeur s’en est offusquée, je suppose donc que tout le monde était au courant.

On a déjà parlé de la manière dont RS a géré le fait qu’une flèche ait été tirée sur un sanglier. Chaque jeudi durant près d’un an à ND, on devait se servir son repas puis le jeter dans des seaux qui étaient ensuite apportés aux sangliers, ce qui a eu pour effet pervers d’attirer encore plus les sangliers près des habitations et des enfants.

RS avait également écrit ce qui était appelé la “Prière au Guru Racine”, que je qualifierais d’ode narcissique à lui-même, puisqu’il était le seul lama racine, imposé à tous. Ce qui entre en contradiction avec la définition même d’un lama racine. En effet c’est quelque chose qui demande l’analyse du maître par le disciple et réciproquement, ceci sur une longue période. Ce qui devient alors un non-sens pour nous, enfants, loin de pouvoir réaliser quoique ce soit. On récitait ce texte en alternant chaque jour de la semaine avec d’autres textes de son cru. On peut dès lors dire qu’en sus du culte de la personnalité, il y avait un lavage cerveau quotidien avec ses prières dédiées à lui-même, la ROS et ses autres textes.

Je voudrais revenir sur un extrait de cette “Prière au Guru Racine” où RS met en scène un disciple qui s’adresse à son guru, donc à RS lui-même.

ô Guru fils des vainqueurs
Regarde ma blessure millénaire
chaque jour nourrie du fiel malin
jamais elle ne se referme
et nos propres liquides purulents
sont boissons qui désaltèrent nos enfants

Je tiens à rappeler que c'est extrait d'un texte qu'on lisait chaque semaine, depuis notre arrivée à ND jusqu'à ce qu'on en parte. Ce qu'il écrit dans ce texte sur le rapport parent/enfant correspond entièrement à ce qu'il a depuis le départ instauré : une déresponsabilisation totale des parents sur l'éducation de leurs enfants, une infantilisation de ceux-ci et une démonisation de la structure familiale à son propre profit.

RS commençait systématiquement ses enseignements par "fils et filles de noble famille", famille dont il était le patriarche incontestable pour chacun de ses membres. RS était Dieu le père de sa "familia", il décidait qui entrait et qui était éjecté, stigmatisait ceux qui n'en faisaient pas ou plus partie, de cette "famille", l'extérieur et ses ignorants, et ce faisant nous coupait de toute possibilité de comparer. Il ne restait plus que sa parole pour faire loi.

C'est comme ça que, à onze ans, j'ai eu ma première gueule de bois, je me souviens qu'il y avait une de ces nombreuses fêtes de la Familia Rue de Dublin, 13, RS servait indistinctement et sans aucune mesure aux parents et enfants son vin espagnol favori, la manzanilla. C'est apparemment ma soeur qui l'a supplié d'arrêter de me servir, m'évitant probablement ainsi un coma éthylique, mais pas mon premier trou noir.

 

Pour en revenir à la séparation des enfants de leurs parents, et finalement des parents de leurs enfants, je dois parler de ce qui me fait encore le plus mal. RS a mis ma mère en retraite pendant 6 mois dans le cabanon de gardiennage de sa résidence secondaire pas loin de ND. Je me souviens de devoir aller la voir les dimanches, je ne sais pas pourquoi c’était quelque chose que je devais faire, mais je le ressentais comme une obligation. C’était ambigu pour moi, parce que même si j’étais content de la voir, je ratais systématiquement les projections de film qui avaient lieu parfois le dimanche après-midi. 

Avec le recul, ça me paraît risible, mais pour moi c’était autant une souffrance, car je pense que déjà à ce moment-là, et comme beaucoup d’enfants, j’avais de manière forcée, accepté et intégré tant bien que mal l’absence parentale. J’ai toujours le souvenir des larmes versées à chaque séparation gravé dans ma mémoire et mon coeur.

Et puis soudainement après ces 6 mois, j’avais 9 ans, ma mère est partie en retraite de 3 ans sur suggestion de RS. RS lui a intimé l'ordre de se décider en un jour et je ne l’ai plus revue pendant 4 ans. Je le soupçonne d’avoir voulu l’écarter de la OKC, car elle ne supportait plus la souffrance de la séparation de ses enfants, et même si elle se sentait impuissante face à cette situation, elle devait sûrement être de plus en plus vocale.

Le fait qu’à cet âge ma mère soit partie a causé dans notre relation des déchirures dont on commence à peine à guérir. Lorsque ma mère est sortie de sa retraite, chacune de nos rencontres étaient difficile, emplie de cris et de larmes : je la rejetais, et disais n’avoir plus besoin de mère. Encore aujourd’hui, je considère ma soeur comme étant plus ma mère à certains égards que ma mère elle-même. 

En éclatant ma famille, et le concept même de famille, RS a créé une distance qui ne sera jamais comblée. Je suis également coupé de ma famille élargie, que je n’ai connue que par obligation et il n’y a plus vraiment de lien entre nous. Suite à la lettre menaçant RS s’il ne renvoyait pas les filles habitant dans sa maison dans leur famille en 2010, mon père a choisi entre sa foi et ses enfants. Il habite actuellement auprès de lui en Espagne, je n’ai plus aucune nouvelle de lui depuis 2 ans.

 

J’ai oublié de dire que RS a emprunté à l’idéologie “judéo-chrétienne” -qu’il aimait rabaisser- les péchés et leur absolution. RS parlait de brûler son mauvais karma et détruire l’égo. S’absoudre, c’était s’infliger de la douleur et accepter des mauvais traitements. C’était ici une reformulation de l’idée de châtier le corps, flétrir la chair pour élever l’âme.

C’est ainsi que RS conseille dans la ROS de chercher en hiver les cellules froides et humides, et en été les cellules chaudes et sèches. RS nous disait qu’il fallait toujours mettre les autres avant soi, de considérer toutes mes envies comme l’expression de mon égo et tout ce qui était difficile comme l’expiation de notre mauvais karma.

J’ai pensé vers mes 16 ans que j’avais vaincu mes émotions car j’avais l’impression de ne plus rien ressentir, en fait je m’étais fermé émotionnellement pour surmonter toute cette souffrance. Il m’a fallu des années (et un passage en call center) ne serait-ce que pour passer un coup de fil sans angoisser ou comprendre comment faire des démarches administratives. A mon arrivée à Bruxelles vers mes 20 ans, une fois les humanités/baccalauréat terminés, je n’avais plus l’impression d’exister. Tout me semblait égal et je me sentais à la dérive, nulle part à ma place. Je voyais autour de moi les gens prendre leur vie en main, et j’ai essayé pendant 3 années d’étudier à l’université, dans 3 domaines différents sans réussite aucune. Je me sentais être un échec.

C’est seulement maintenant que je me rends compte que je n’avais alors aucune capacité à rêver, à me projeter dans ma vie et que j’étais en fait en dépression.

#OKCinfo

Pour comprendre la manipulation il faut imaginer un arbre, ou chaque branche est persuadé d'avoir eu son vécu, chaque branche persuadé d'avoir vécu LA vie de l'arbre. l'unique. la seule qui se raconte.

Hors dans cet histoire qui est la nôtre, l'arbre est multiples, il a même plusieurs troncs, plusieurs réalités en simultané.

tout comme le parcours du fleuve et ses branches qui se déversent dans d'autre petite rivières, l'histoire de la OKC est une multitude de branches et d'expériences.

C'est ce qui donne cette impression, non cette certitude pardon, d'avoir vécu quelques chose de totalement et radicalement différents de tout ce qui est exposé depuis le début du procès, mais aussi depuis 2010 et les lettres à Spatz et même encore avant pour les anciens.

Entretenir un système qui permet une multitude de réalité similaires, parallèles, simultanément est forcément être et vivre dans un mensonge grandeur nature.

et pourtant, tout paraît normal.. chaque expérience est persuadé d'avoir été légitime.. tant que le secret n'est pas déversé sur d'autre branche. tant que les secrets ne sortent pas de la boîte de pandore pour contagier tout l'arbre, la manipulation est possible.

pour continuer l'exemple de l'arbre.. aujourd'hui des branches, des vécus, se dispute la réalité de l'arbre.. et disent mais non c'était pas comme ça.. Ou bien c'était plutôt comme ça.. et chacun tire d'un côté ou de l'autre.. s'assoit sur un banc à gauche ou à droite.. tout en voulant être assis au milieu : comme si l'on pouvait être neutre face à un viol.

neutre face à la violence systémique et systématique. comme ci il s'agissait d'avoir raison ou tord.. On en vient presque à se demander quel est la nature de l'arbre...

Mais ce faisant c'est toute la réalité qui se remet en question.. chaque branche se demandant : est ce que j'ai vraiment vécu dans le même arbre que les autres? ces branches qui crient leur non-reconnaissance ont elle vraiment vécu une autre réalité alors que nous étions tous dans le même arbre ?

comment est ce possible ?

d'après mes observations le jour où les secrets se partage, ou l'information reprend le dessus sur les croyances et les rumeurs et les dogmes, alors la manipulation s'effrite pour inexorablement s'effondrer.

l'arbre alors à la chance unique de pouvoir prendre conscience du vécu de chacune de ses branches et intégrer ses multiples vies de branches à son tronc tout entier et alors le mythe s'effondre définitivement.

« La vérité n'a qu'une couleur, le mensonge en a plusieurs. »
Proverbe sanskrit

#OKCinfo

OKC: Les enfants oubliés #ddeRTBF #OKCinfo

« Nous sommes une génération sacrifiée, nous avons vécu toute notre enfance séparés de nos parents. Des parents manipulés par un homme : Robert Spatz »

Location: RTBF TV

Ces phrases sont celles de jeunes adultes nés au sein de la communauté Ogyen Kunzang Chöling (OKC) au début des années 80. Une communauté qui se présente comme un centre d'étude du bouddhisme tibétain. Un centre implanté à Bruxelles depuis le début des années 70, avec pour objectif la transmission de la pensée bouddhiste en Occident.

les deux "Devoir d'enquête" : Les réseaux asociaux" et l'histoire d' "OKC : les enfants oubliés" ‪#‎ddertbf‬

Dans quelques jours, cette communauté et son gourou, Robert Spatz, vont se retrouver devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. A leur charge : plus d'une centaine de préventions et un dossier épais de quelques 50 cartons... A l'intérieur des plaintes pour extorsions, escroqueries, fraudes, faux et usage de faux, mais aussi séquestrations, tortures corporelles, viols et abus sexuels sur mineurs et des personnes sur lesquelles le gourou exerçait et abusait de son autorité.

Devoir d'Enquête a voulu comprendre comment un 'maître' qui prône sagesse, bonté et toutes les valeurs du bouddhisme, se retrouve au coeur d'une enquête pénale qui dure depuis 18 ans !

Nos recherches vont nous emmener dans un monde insoupçonné... révélé par ceux qui se nomment, eux-mêmes : les enfants oubliés d'OKC. Des enfants pris au piège d'un jeu de grands... jusqu'à perdre tous leurs repères. 

Pour la première fois, ces enfants -devenus de jeunes adultes- ont accepté de témoigner. A visage découvert, ils parlent de manipulation, de manque d'affectation, de rupture avec le monde, mais aussi de maltraitance et d'abus sexuels...

Comme leurs parents, ils n'avaient qu'un 'maître' : Robert Spatz. Pour eux, pas d'autres choix que de le respecter et de le suivre. Aujourd'hui, ils ont décidé de rompre leurs chaînes et de crier leur vérité !

 

une enquête signée Malika Attar et Jean-Michel Dehon 

 

source - http://bit.ly/1RFvxmk

rediffusion  : 08:15 - Samedi 19 décembre http://bit.ly/1jONd12

#OKCinfo

Dites! et si vous oubliez vos peurs rien qu’un instant, pour considérer ce que nous avons à vous dire?!! #okcinfo

13 min read

enfants ND

Cette lettre s’adresse à tous ceux qui vivent ou ont vécu dans la communauté OKC.

A tous ceux qui considèrent Spatz comme étant un faux ou vrai Maître spirituel.

J’aimerais réagir et répondre à ce qui est écrit sur le site okc-net.org  site officiel nouvellement reconstruit avec stratégie à l’approche du procès.

Dans tous ces commentaires enthousiastes et pleins de vigueur, on voit une multitude de sentiments merveilleux, de lumière, de rayons de soleil, d’attitudes irréprochables et exemplaires, des ambiances sereines et chaleureuses,  extrêmement positives, de gens équilibrés, …

Il faut croire que nous n’avons pas tous la même vue sur la situation, ce qui est tout compte fait très rassurant. On lit beaucoup de : «  Oui je fréquente depuis x temps… » ou "J’y ai vécu quelques années etc... » Tout cela me semble déplacé, mais bon, à chacun ses expériences. Il est frappant de constater que bon nombre de ceux qui ont mis ces commentaires ne partagent  plus cette expérience pourtant si extraordinaire, semble-t-il, que serait cette communauté. Pourquoi l’avoir quittée alors ?! Ça me fait sourire quand ces quelques mêmes personnes sont principalement celles qui se sont enfuies juste après les perquisitions. Pas la peine de vous critiquer, chacun a ses consciences pour en discuter.

Il semblerait également que dans l’intimité de Spatz et dans ses  périodes expérimentales, c’est à dire avec les enfants dans les monastères et les méthodes tantriques pénétrantes, cet enthousiasme ne soit pas partagé.   

Le but est de, nous aussi, vous apporter quelques « lumières ».

En tout  premier, expliquer quelle est notre position dans tout cela.

Tout le monde doit le savoir, c’est fini les petits complots de mauvais village, le pouvoir de la manipulation aux mains de quelques dirigeants, conspirateurs intéressés, les versions édulcorées.

Je vous souhaite au moins de pouvoir ouvrir vos yeux et vos oreilles dans une direction différente, de vous tourner vers vos enfants.  En tant que personnes issues de la même famille, en tant que parents et surtout en tant que responsables.

Rappelez-vous qui nous sommes …  Que vous êtes aussi des pères et des mères .

L’amour, la responsabilité sont aussi des valeurs altruistes…

Vous êtes-vous demandé ce que ces enfants d’OKC, devenus des  adultes à présent, pensaient de tout cela ? Alors que nous n’avions même pas eu le choix, que nous avons du suivre le vôtre ? Que même une fois partis, on était encore là, de toute façon pour aller où ? Nous ne connaissions rien d’autres et n’avions rien à nous.

Qu’avons-nous dans nos cœurs ? Savez-vous réellement, et j’insiste sur ce mot, ce que nous avons réellement vécu pendant toutes ces années où vous travailliez intensément et pratiquiez ? Ces années où vous nous voyiez dans le meilleur des cas 3 fois par an, autrement 1 à 2 fois par an ( et encore, car certaines années vous ne pouviez nous rendre visite car le monastère était  parait-il en retraite, fermé à toute entrée venant de” l’extérieur!!”), allant même pour certains jusqu'à ne pas voir leurs enfants pendant plusieurs années?

Oui, peut- être aviez-vous fait vos choix et sans doute était-ce pour un bien infini, vous a-t-on dit…

Il est  vrai que pour vous, pauvres  parents et adultes de cette époque, il était déjà trop tard pour atteindre le précieux éveil dans cette incarnation !!! On  vous disait que vous transportiez votre EGO sur vos épaules, le chouchoutiez, que vous étiez pétris de « LA MAL  EDUCATION » fardeau génétique  pétri d’émotion et de concepts d’une longue lignée de géniteurs tout aussi abrutis que vous. On vous disait que le mieux qu’il vous restait à faire, c’était encore de pouvoir sauver vos enfants de tout ce samsara que vous trimbaliez et de nous offrir à nous, vases précieux et encore vierges à ce merveilleux Lama Kunzang , loin de toutes votre néfaste influence. Tout ça par amour pour nous.  Hummm pas mal !!!

C’est choquant ?! Pourtant c’est bien ce que  vous entendiez (nous entendions) lors de ces  enseignements donnés par Spatz lui-même.

Et nous alors ?!

Finalement, c’est quoi un enfant ?

Vous les pères et mères, vous  rappelez-vous la toute première fois que vous nous avez serrés dans vos bras, vagissant et recherchant votre chaleur ? C’est magique n’est-ce pas ? Il n’y a rien de comparable à ce que l’on ressent à ce moment là.  Et alors dans une spontanéité toute naturelle, dans un débordement d’amour infini, on fait le vœu de protéger son enfant envers et contre tout.  

De lui offrir le meilleur. On dit même qu’une femme peut devenir une vraie tigresse pour défendre son enfant : c’est à croire que Spatz est un si bon magicien qu’il peut transformer ces tigresses en lapins… pardon, en moutons.

De lui offrir le meilleurs, oui mais à quel prix ??!!!

Qu’est-ce qui fait que vous continuez à fermer vos yeux et vos oreilles ? À tel point que vous nous croyez pas, vous ne réagissez pas lorsque nous venons vous dire ce que nous avons enduré et ce dont nous souffrons encore.

Des punitions abusives, et là je peux vous en citer jusqu’à la fin de la page ! ( pas de souci, chaque chose en son temps), de la désinformation visant toutes sortes de buts mais surtout pas dans un but d'amour, ou alors un amour extrêmement intéressé et décalé : lire notre courrier ou ne pas nous le remettre, ne pas l’envoyer, nous conditionner au téléphone entouré par deux éducateurs nous forçant à dire ce qu’ils veulent et écoutant  tout ce que l’on avait à dire,  des tripotages sexuels  par des éducateurs, des responsables de monastères également  ou d’hommes frustrés ( on se demande pourquoi d’ailleurs, si ce monde était si merveilleux). Petite anecdote :  en me rendant chaque matin la première à mon  travail dit le« karmayoga », je subissais des attouchements d’un frère ( disons un père) membre de la communauté. Peu après c’était d’un autre. Après en avoir parlé ouvertement à quelqu’un, cette même personne m’a répondu : «  Mais tu sais chou, il faut les comprendre, ils ont tellement de frustration, ce n’est pas facile pour eux. Faut avoir de la compassion… »

Je me retiens de vous sortir quelque chose de désobligeant : encore une fois je vous laisse réfléchir…

Mais bon, il parait que tout ce qui ne tue pas rend plus fort… D'ailleurs quoi de plus naturel que toutes ces difficultés, après tout il fallait s’endurcir : nous étions les futurs sauveurs du monde ( ou alors  que tout cela n’était qu’une illusion etc…ha oui!! :)) Au plus on souffre dans cette vie-ci, au plus on brûle son mauvais karma, ou encore il faut aimer celui qui vous fait du mal ( et le remercier) car il vous permet de vous améliorer… blabla)

Nous étions une « élite », vous étiez les abrutis qui faisaient beaucoup d’efforts pour s’en sortir et deviez brûler votre mauvais karma, parait-il.

Lorsque vous veniez nous voir, ou plutôt pour les enseignements estivaux, on nous demandait de ne rien dire de tout ça, «  ils ne comprendraient pas, les pauvres ont déjà si dur ! Ne les faites pas souffrir d’avantage. » Et nous, dans un souci de pitié et de compassion Et de parce qu'on vous aimait tant, on vous épargnait nos " mésaventures". J’ose penser que si vous ne leviez pas le petit doigt c’est que l’on vous a extrêmement bien voilé la vérité.

Voilà, c’est nous : cette soixantaine d’enfants dans ces lieux magnifiques ( je parle de la nature…) tout habillés  de fringues des années 70 , la morve au nez et espérant gagner un supplément de la croûte du riz complet et de gomasio ;)) , jouant au moine et au lama dans le bac à sable, se faufilant dans les rochers magiques pour trouver les lutins,  fiers et orgueilleux ( nous croyions être des êtres purs, futurs bodhisattvas), stoïques, vous aimant désespérément...

Je ne parviens pas à comprendre que vous vous conduisiez comme si de rien n’était.  Quand j’entends le témoignage de mes frères et sœurs de ma génération sur ce qu’ils ont vécus, j’ai mon ventre qui hurle tant ça fait mal.  

Alors je vous pause la question: est-ce que vous trouvez normal que des enfants  se fassent battre en cachette dans des situations dégradantes avec un mouchoir plein de morve dans la bouche? Ligotés et menottés à un arbre parce que soi-disant on ne sait pas les gérer?!!  enfermés dans des pièces du château  pendant des jours, voire des semaines ( à 8, 9, 10 ans) ?

Est-ce que vous trouvez normal que des filles, des enfants, choisies pour ” leur énergie très spéciale” soient retirées  dans les appartements privés de Spatz et en ressortent perturbées, bousillées mentalement?

Et est-ce encore normal que dans toutes leur détresse, leurs attitudes désespérées, elles essaient de vous dire  qu’elles ont subi des attouchements, des pénétrations et bien d’autres choses encore, et que personne ne les écoute ni ne les croie? Ha oui pardon, peut-être n’ont elles pas été à la hauteur de l’initiation exceptionnelle que Spatz leur a offert…

 

Dites-moi... est-ce que votre confort communautaire et votre marche vers l’éveil sont tellement plus importants ? Votre dévotion et vos sacrifices sont- ils si grands que vous préfériez détourner la tête  et ne pas les croire? J’avais toujours gardé espoir qu’une mère choisirait son enfant… Mais bon, quelques belles promesses ou quelques visions futuristes  et apocalyptiques qui comme par hasard tombent à pic, ou encore un peu d’argent, ont l’air plus convaincants.

Et bien sûr quelques peurs aussi, des peurs  bien légitimes. Car oui c’est extrêmement déstabilisant, effrayant. Cependant ces peurs ne doivent nous tétaniser ni nous empêcher de comprendre toutes les réalités.

 

Alors cette lettre a pour but de vous informer  que nous  tenons à votre disposition toutes sortes d’informations et éléments très instructifsqui je pense mériteraient de s’y attarder quelque peu. Infos dites taboues, étouffées par le zèle extraordinaire d’une poignée de disciples visant à protéger le soi-disant bien communautaire et surtout son soi-disant Maître.

Après vous ferez comme bon vous semble.

Elle a pour but également de vous prévenir que nous ne voulons pas « shooter » dans  la communauté, que tout ceci n’est pas fait dans un esprit de haine ou de vengeance comme le sous-entendent certains, mais dans un esprit de réveil de vos consciences et de vos yeux sur un esprit Abominable, Manipulateur, et Malade.

Si vous saviez comme chacun de nous éprouve malgré tout de la tendresse pour la plupart d’entre vous… Vous êtes notre famille, nous avons grandi avec et parmi vous.  

Par contre il nous est impossible, et ça reste très clair, il nous est impossible de laisser un soi-disant père de famille abuser de ces soi-disant droits sur nos frères et sœurs !!

Je souhaite ardemment qu’avant de nous ranger du coté ”des gens médiocres”, des ” êtres malveillants” ,vous preniez le temps de nous écouter, que  vous  puissiez nous dire “Nous ne savions pas, ou n’osions pas nous avouer notre grave et terrible erreur, nous sommes désolés, nous vous aimons”, car en fait, tout ceci n’est qu’un cri de vérité et d’amour de nous, vos enfants, envers vous ! Je souhaite ardemment que nous ne formions pas une séparation mais une unité constructive basée sur un monde sain et positif tout en extrayant un cancer malsain trop nourri  à mon goût.

Ceci est mon message du cœur.