Skip to main content

#OKCinfo is a 2015 civil parties initiatives to revive a 18 years long inquiry trial and bring Ogyen Kunzang Choling/Spatz to Justice for 170 charges | Spatzism is not #Buddhism!

twitter.com/OKCinformation

tiny.cc/OKCinfoPublicFiles

www.facebook.com/OKCinformation

plus.google.com/+OKCInfo

www.reddit.com/user/OKCinfo/

#OKCinfo

We need help to reach out more more people out there to support our legal crowdfunding : https://www.gofundme.com/okcinfo

#OKCinfo

#OKCinfo

Breaking the Silence on Sexual Misconduct in Buddhist cults (read Sexual Abuses)
https://www.lionsroar.com/breaking-the-silence-on-sexual-misconduct/

#OKCinfo

Presse : OKC Pas « d’organisation criminelle » Jugement en Septembre 2018 ! #secte #toxique #PN

2 min read

Pas « d’organisation criminelle » Lors de son réquisitoire, l’avocat général Jean-François Godbille a renoncé à la prévention « d’organisation criminelle », jusqu’alors considérée comme la principale piste de l’accusation dans le procès de la secte bouddhiste OKC. Le magistrat s’en est expliqué pour éviter un écueil judiciaire. En effet, ...

Lors de son réquisitoire, l’avocat général Jean-François Godbille a renoncé à la prévention « d’organisation criminelle », jusqu’alors considérée comme la principale piste de l’accusation dans le procès de la secte bouddhiste OKC. Le magistrat s’en est expliqué pour éviter un écueil judiciaire. En effet, il y avait un risque, selon lui, de voir tout le dossier s’écrouler et reprendre à zéro. Ce qui aurait hypothéqué l’enjeu financier, colossal. M. Godbille a en effet demandé la confiscation du Château de Soleils ainsi que du patrimoine privé de Robert Spatz (yachts, villas en Espagne), mais aussi les biens immobiliers bruxellois liés à l’OKC. Et surtout, en plus de ces biens, il a réclamé la confiscation d’une somme dépassant huit millions d’euros contre Spatz. Au-delà des affaires de mœurs sordides, la bataille judiciaire se joue aussi dans les porte-monnaie.

O.Ml

Source LeSoir 4 mai 2018 page 10

#OKCinfo

Le gourou de la #secte OKC sera fixé en septembre #culte #secte #abussexuels #endoctrinement

5 min read

Source : le Soir 

Ven. 04 Mai 2018, Page 10

Après trois mois d’audience et une impression de sérénité tranchant avec la tension du premier procès, la cour d’appel a clos les débats dans la tentaculaire affaire de la secte OKC. Décision en septembre pour le gourou Robert Spatz, qui pourrait se faire confisquer des millions d’euros.

On en était resté à un premier procès de bruit et de fureur, théâtre d’un affrontement terrible entre parties civiles nouvellement constituées et avocats de la défense décidés à ne céder aucun pouce de terrain. Et l’on quitte le procès en appel avec un sentiment diffus de paix et, osons-le, de réconciliation. Ce jeudi matin s’est achevé le procès en appel de la secte bouddhiste OKC (Ogyen Kunzang Chöling) et de son gourou Robert Spatz, 74 ans. Et chacun, au palais de justice, savait que l’on marchait sur des braises lors de ce procès tenu devant une chambre spéciale de la cour. C’est Luc Maes, le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, qui avait souhaité assurer la direction des débats, secondé par une présidente de cour d’assises et une présidente de cour du travail : pas des débutants.

La semaine dernière, l’avocat général Jean-François Godbille a requis une peine « d’au moins » quatre ans de prison à l’encontre de Robert Spatz, soit la confirmation de la peine infligée lors du premier procès, très inférieure aux réquisitions d’alors (treize ans ferme). Spatz est poursuivi pour viols, escroquerie et blanchiment. Le ministère public a également requis la confiscation de tous les biens immobiliers de l’ASBL OKC et de Robert Spatz, estimant qu’ils ont été acquis à la suite d’infractions financières.

Jeudi matin, M e Inès Wouters, avocate de l’ASBL OKC, a demandé l’acquittement pur et simple de sa cliente . « Nous sommes face à une

organisation qui poursuit un authentique but spirituel et qui n’avait pas l’objectif de commettre des infractions » , a-t-elle pointé, effectuant le parallèle avec le dossier de l’église belge de la Scientologie, victime d’un spectaculaire crash judiciaire en mars 2016 à Bruxelles.

La veille et l’avant-veille, son confrère M e Quentin Wauters, avocat d’un Robert Spatz absent sur certificat médical durant tout le procès, avait assuré une plaidoirie marathon longue de treize heures. Le pénaliste a insisté sur le fait que son client était un authentique lama dont le maître fut celui du dalaï-lama en personne. Il a également fustigé le rôle de parties civiles qui auraient cherché à décrédibiliser la communauté, mais aussi nié tout « lavage de cerveau » orchestré par Spatz, le gourou de l’OKC. Les faits de viol sont également niés, l’avocat évoquant des rituels tantriques acceptés par une femme adulte et consentante.

 

Témoignages sidérants

Une version complètement rejetée par les parties civiles, représentées par M e Dimitri de Béco et à l’origine du retentissement autour de ce procès. En effet, c’est sous l’impulsion d’une des victimes que des dizaines d’autres, venues de plusieurs continents, se sont rendues à Bruxelles afin de se constituer partie civile à l’audience et de déposer des témoignages pour certains complètement sidérants, racontant à quel point l’OKC fut la proie d’une dérive sectaire gravissime, sous l’autorité d’un gourou qui utilisait, selon eux et les premiers juges, son emprise pour assouvir ses appétits sexuels en dépit des règles de droit. Certaines victimes présumées ont vécu toute leur vie au sein de la secte.

L’OKC a été créée par Spatz en 1972 et a fait vivre des dizaines de familles dans des communautés réduites, au Portugal et dans le sud de la France (château de Soleils, à la Castellane). A un moment, tous les enfants nés au sein des communautés vivaient en complète autarcie tandis que leurs parents travaillaient au noir dans les restaurants de la secte, à Bruxelles. Aujourd’hui encore, un magasin de la rue de Stassart, à Ixelles, vend les produits « bios » issus des travaux des derniers membres de l’OKC.

Après des centaines d’heures d’auditions, de plaidoiries et de réquisitoire, ainsi que plus de mille pages de conclusions d’avocats, la cour d’appel aura fort à faire durant tout l’été avant de rendre sa décision, le 18 septembre.

 

OCTAVE MOREL

robert Spatz aka Lama kunzang

#OKCinfo

Presse : Le conseil de Robert Spatz, le gourou de la secte OKC, plaide l’acquittement

5 min read

Il va sans dire que les éluqubrations de Wauters et la quasi conversion des avocats Spatz à la doctrine de celui ci est un des aspects le plus troublant de ce procès, alors oui d'aucun dirait : mais il ne fait "que son travail", "il ne fait que représenter son client", oui en effet, mais encore faut il écouter ce qui sort de la bouche de ses avocats, les abberations, les mensonges, les détournements de fait et d'époque pour justifier et présenter une toute autre réalité, laisserais t'on un avocat "défendre" un terroriste en stygmatisant les victimes en toute impunité dans un tribunal dans un état de droit ? 
Pas n'importe comment, pas n'importe quoi, hors ici, des avocats défendent un pédophile récidiviste, un pervers narcissique dangereux (possiblement encore entrain de commettre des crimes similaires à l'heure ou ses lignes sont écrites) en le présentant comme un "bon père de famille" - ce qu'il n'a jamais été, même pour ses propres enfants - les "arguments" utilisés sont de l'ordre du débile, projetant toute sorte de fantasme sur des enfants, des jeunes filles, directement abusées par le seul être en qui elle plaçait toute leur confiance, parfois même leur vie de par l'endoctrinement et le lavage de cerveau généralisé qui prévalait dans la OKC au point d'en devenir une norme. 

Sans parler même de l'utilisation du monastère de Sechen, du nom de Mathieu Ricard et des "Maîtres" Tibétains en général pour asseoir la pseudo légitimité de la OKC, d'ailleur si Mathieu Ricard avait la moindre notion que son nom et celui de Sechen était utilisé par la OKC dans un tribunal, celui ci, peut être, prendrait officiellemnt ses distances mais surtout ce dernier ne resterait pas dans ses montagnes alors qu'en tant que réprésentant (qu'il le veuille ou pas, c'est un fait) du Bouddhisme en France mais plus généralement en Occident, il sortirait sur le devant de la scène pour néttoyer l'abcès et courageusement être en accord avec ce qu'il pense depuis plus de 20 ans à propos de la OKC mais principalement de Robert Spatz. En fin de compte c'est toujours plus facile de parler que de faire et encore plus quand cela concerne le travail de toute une vie, c'est valide pour MR ou la OKC ou l'UBB qui aura pris 20 ans à se distancier officiellement de la OKC. à bon entendeur salut !

Paru dans la DH, Mai 2018

L’avocat de Robert Spatz, fondateur de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), a contesté, mercredi devant la cour d’appel de Bruxelles, les accusations portées à l’encontre de son client pour des abus sexuels.

Dans ce dossier, l’OKC, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d’enfants.

Me Quentin Wauters a contesté les affirmations de femmes constituées partie civile au procès qui ont déclaré avoir été abusées sexuellement au sein de l’OKC par son client.

L’avocat a tout d’abord soutenu que certains faits étaient prescrits. Il a ensuite estimé que les récits des plaignantes ne tenaient pas la route, parlant de "frustrations d’adolescentes", celles-ci étant mineures à l’époque des faits, entre la fin des années 1980 et le début des années 1990.

Concernant une autre femme, ancienne membre de l’OKC, qui a affirmé avoir subi des attouchements de Robert Spatz lors d’un rituel et avoir ainsi été victime d’attentat à la pudeur, l’avocat de la défense a également plaidé l’acquittement.

Dans ce cas, M. Spatz reconnaît avoir initié la plaignante à des rituels tantriques, acceptés dans le bouddhisme selon l’avocat. Mais il conteste avoir voulu attenter à la pudeur de cette femme, affirmant qu’elle était adulte et consentante. La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses responsables sont prévenus devant la cour d’appel de Bruxelles pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail ainsi que pour des faits de prise en otage d’enfants. Robert Spatz est en outre prévenu pour abus sexuels.

 

#OKCinfo

Presse : Robert Spatz, «un imposteur, un escroc, un esclavagiste des temps modernes et un violeur»

7 min read

Paru dans l'Avenir 25 Avril 2018

La culpabilité de Robert Spatz, chef spirituel de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), a été requise en appel. Le «gourou» des années 80 est menacé de 4 ans de prison «minimum» pour des faits d’escroquerie, blanchiment d’argent et viol.

L’avocat général Jean-François Godbille a requis, mardi après-midi, la culpabilité du chef spirituel de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), Robert Spatz, pour des faits d’escroquerie, de blanchiment d’argent et de viol. Il a estimé que la peine de 4 ans de prison prononcée en première instance devait au minimum être confirmée, voire aggravée d’un an supplémentaire. Dans ce dossier, l’OKC, quelques-uns de ses membres et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour prise en otage d’enfants.

L’avocat général Jean-François Godbille a requis, au terme d’un réquisitoire de 6 heures, la culpabilité de Robert Spatz pour diverses préventions touchant à la manière dont il a géré l’OKC, une communauté religieuse qu’il avait fondée dans les années 1970 à Bruxelles.

L’avocat général a décrit l’intéressé comme le gourou d’une secte, comme «un imposteur, un escroc, un esclavagiste des temps modernes et un violeur».

Il a soutenu que cet homme avait soutiré des sommes d’argent importantes aux adeptes de l’OKC et avait ensuite blanchi cet argent. Il a aussi considéré qu’il avait contraint les adeptes à travailler bénévolement dans des restaurants et des magasins qui généraient des bénéfices importants.

L’avocat général a également requis une peine de 2 ans de prison avec sursis à l’encontre de Jeanne B., qui a secondé Robert Spatz dans ses activités, et notamment dans ses opérations financières.

Il a ensuite requis la suspension du prononcé concernant l’épouse et le fils de Robert Spatz ainsi qu’un membre de l’OKC qui avait agi comme comptable au sein de celle-ci.

Enfin, l’avocat général a requis la confiscation de tous les biens immobiliers de l’ASBL OKC et de Robert Spatz, estimant qu’ils ont été acquis grâce à des fonds issus d’infractions.

Selon le ministère public, sur le plan des infractions à la législation du travail, il apparaît clairement des rapports d’enquête que les différentes sociétés qui géraient les restaurants et les magasins avaient été créées pour permettre à l’ASBL OKC d’avoir des activités lucratives.

Selon lui, les personnes qui travaillaient dans ces établissements auraient dû être soumises à la législation du travail. Elles auraient dû agir dans le cadre de contrats, bénéficier d’un salaire et d’une assurance maladie-invalidité, car tout montre qu’elles y travaillaient sous les ordres de quelqu’un, «quitte à reverser ensuite une partie de leur salaire sous forme de dons à la communauté OKC», a ajouté l’avocat général.

«Cette façon d’arracher des enfants à leurs parents est d’une violence morale totale»

Le représentant du ministère public a également demandé de déclarer la prévention de prise en otage d’enfants entre 1999 et 2009 établie à charge de l’ASBL OKC, ainsi que celle d’organisation criminelle.

«Cette façon d’arracher des enfants à leurs parents est d’une violence morale totale! On a trompé ces parents, ces adeptes de l’OKC qui auraient tout fait plutôt que perdre leur vie spirituelle. On a abusé de leur crédulité», a-t-il dit.

Enfin, l’avocat général a requis la culpabilité de Robert Spatz pour le viol d’une jeune femme de la communauté OKC. Même si celle-ci s’est par la suite rétractée, affirmant qu’elle était amoureuse de Robert Spatz et qu’elle avait déposé plainte sous le coup de la colère et de la frustration, le contexte de dévoilement des faits est clair, d’après le ministère public.

Le rappel des faits

La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses membres sont prévenus devant la cour d’appel de Bruxelles pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d’enfants.

Le second est également prévenu pour abus sexuels sur des filles et des femmes qui faisaient partie de l’OKC.

Cette communauté avait été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz, appelé le Lama Kunzang Dorjé. Cet homme charismatique avait réuni autour de lui de nombreuses personnes en quête de spiritualité, notamment des couples avec enfants, séduits par l’idée d’une vie en communauté.

Malnutrition

Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres avaient été envoyés dans des propriétés de l’OKC au Portugal et en France, notamment au domaine Château-de-Soleils à Castellane en Provence. Certains, constitués partie civile au procès, disent y avoir subi des actes de maltraitance et y avoir souffert de malnutrition.

Pendant ce temps, les parents, eux, travaillaient à Bruxelles dans des restaurants et des magasins de l’OKC sans être payés, selon l’enquête.

Enfin, en 1995, une jeune femme de cette communauté avait affirmé avoir été victime d’abus sexuels du «lama», Robert Spatz. D’autres femmes (mineurs au moment des faits) avaient ensuite dit avoir également été abusées sexuellement par celui-ci.

En 1997, une opération franco-belge avait mené des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane. Une enquête appronfondie avait ainsi été entamée pour diverses infractions supposées, du délit financier aux faits de moeurs, et avait débouché sur un renvoi en correctionnelle de la communauté et de certains de ses responsables.

#OKCinfo

Presse : OKC: organisation criminelle ou association de malfaiteurs? @ogyenkun #secte #nuisible #bouddhisme

5 min read

Il va s'en dire que les arguments avancés par Godin, même si bien construit sont une avalanche de mensonges et de détournements de faits et de vérités dans le but unique de dédouaner la OKC, ses responsables et ses membres de la dérive grave entreprise par eux et laissé faire par les parents/membres d'OKC depuis sa constitution jusqu'au perquisition de 1997. Godin aura fait un bon travail, sur le tard pour dissocier OKC de Robert Spatz, mais faisant appel avec RS et ne prenenant ces distances que tardivement il est très clair pour nous que ce stratagème n'a pour but que de donner l'illusion que OKC est hors de l'emprise de son fondateur et créateur: Robert Spatz aka Lama Kunzang. 

Paru dans l'Avenir du 28 Avril 2018

Dans le dossier de la secte, le procureur général a renoncé à plusieurs préventions relatives à une organisation criminelle.

L’enquête sur la secte OKC a commencé en 1997 et ceux, parmi les lecteurs, qui ont perdu le fil, se souviennent peut-être des images spectaculaires de l’assaut donné par une centaine de CRS qui ont escaladé les murs de l’enceinte de l’impressionnant «Château de Soleils», à Castellane, dans le sud de la France. Cette immense propriété appartenait en nom personnel à Robert Spatz, le gourou de la secte, âgé aujourd’hui de 74 ans. Pas moins de 51 enfants sont passés par ce centre de (ré) éducation.

Ce qui vaut à la secte des poursuites du chef de prise d’otages. Car les parents travaillaient bénévolement à Bruxelles dans des restaurants végétariens, ainsi que dans une épicerie, tandis que l’éducation et l’enseignement de leurs enfants étaient pris en charge par les lieutenants de Robert Spatz.

Un empire financier

Derrière les activités visibles de cette communauté, se dissimulait aussi un empire financier et immobilier. D’ailleurs, des ouvriers/employés d’OKC étaient également affectés à l’entretien, à la restauration, voire à la rénovation des immeubles du cheptel immobilier du gourou. Et c’est à travers cet enchevêtrement de sociétés, dont certaines sont logées dans des paradis fiscaux, que le procureur général, Jean-François Godbille, a cru débusquer un gang de loubards financiers, soit, plus juridiquement, une organisation criminelle.

Avec la grande humanité qui le caractérise, le représentant du ministère public a annoncé qu’il ne souhaitait pas mettre à terre les petites gens qui vivent dans cette communauté. De sorte qu’il a conclu à l’acquittement des personnes morales – les entreprises – du chef d’organisation criminelle et qu’il ne requiert pas de confiscations de ce chef-là. C’est un bon point pour la défense, sinon qu’au lieu de se défendre du chef d’organisation criminelle, les plaideurs devront argumenter sur le terrain de l’association de malfaiteurs… Bref, du côté de la défense, Me Luc Godin a plaidé le dépassement du délai raisonnable endéans lequel tout suspect a le droit d’être jugé. De faire valoir qu’à trois reprises, des chambres des mises en accusation ont décrété le non-lieu pour cette raison.

Des chiffres fous!

« Nous sommes 20 ans après les premières inculpations. L’instruction a duré 13 ans. La période infractionnelle s’étend sur 30 ans. Des chiffres fous », a souligné Me Godin. Le plaideur a conclu sur l’inégalité des armes entre les parties poursuivantes et la défense. En effet, au début du procès devant le premier juge, quantité de personnes inconnues sont venues se constituer parties civiles et livrer des récits dantesques à propos de ce qu’ils ont vécu. Par contre, la plupart des témoins réclamés par les prévenus n’ont pas pu être entendus. En conséquence, Me Godin a estimé que le procès était inéquitable…

 

#OKCinfo

TV : Les dérives sectaires : "Dans les griffes du gourou"
https://www.youtube.com/watch?v=vn03iTuvBho
Julie Denayer et son équipe de journalistes infiltrés nous emmènent dans un monde secret, celui des dérives sectaires. Pour affronter la fin du monde ou la société, des gourous n'hésitent pas à manipuler les hommes, les femmes et même les enfants. Au cœur de Bruxelles, un Pasteur annonce des miracles, alors que d'autres prétendent guérir les maladies les plus graves comme le cancer en excluant les médicaments. L'équipe de "Face Cachée" s'est immiscée au cœur de ces mouvements bien présents chez nous en Belgique pour y découvrir à Liège, Charleroi ou encore Bruxelles, des pratiques choquantes, dangereuses, coûteuses ou pire mortelles. Cette nouvelle enquête dévoile des pratiques insoupçonnées en Belgique mais aussi des témoignages poignants.

Sur RTL TVI Vendredi 01 déc. 2017 à 19:45 - 40min