Skip to main content

#OKCinfo

Nouvelles poursuites contre le gourou d’OKC [ FR/EN ] #okcinfo #procesOKC #sectes

5 min read

Le parquet de Bruxelles a ouvert une nouvelle notice pour blanchiment à l’encontre de Robert Spatz, le gourou de la secte bouddhiste OKC, a-t-on appris auprès de plusieurs avocats lors du procès qui s’est clôturé mardi sur une irrecevabilité totale des poursuites. Selon M e Quentin Wauters, l’avocat de Robert Spatz, son client, qui vit en Espagne depuis des années, doit être entendu le 1 er octobre par la police espagnole dans le cadre d’une demande d’entraide formulée par la justice belge.

La somme de 272.000 euros, issue de ventes de biens, a par ailleurs été saisie sur les comptes de cet homme de 74 ans. Le parquet bruxellois a également demandé à Robert Spatz un examen médical pour justifier son absence lors des deux procès belges de 2016 et 2018. Le gourou n’avait assisté à aucune audience, prétextant un état de santé déficient.

Ces faits étant liés à ceux qui viennent d’être jugés, ils sont fortement contestés par la défense. En effet, la loi veut que l’on ne puisse être jugé deux fois pour les mêmes faits. Les faits nouvellement reprochés portent aussi sur des soupçons de blanchiment portant sur les années 2017 et 2018. Cette notice de blanchiment a été ouverte en 2016, peu après la fin du premier procès ayant mené à la condamnation de Robert Spatz à une peine de quatre ans de prison ferme.

Aujourd’hui ni acquitté ni condamné, Robert Spatz a bénéficié mardi, comme tous les autres prévenus, de l’irrecevabilité des poursuites. La cour d’appel de Bruxelles a estimé qu’à la suite d’erreurs commises par un expert judiciaire, un substitut du procureur et le juge du premier procès, il y a eu « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » . L’enquête judiciaire, ouverte à la fin des années 90, avait démontré des soupçons de faits de mœurs commis sur des membres de la communauté sectaire ainsi que toute une série de délits économiques et financiers.

Durant le résumé de l’arrêt, lu pendant 1h30 par le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, Luc Maes, il n’a pas été question une seule fois des victimes qui se retrouvent dépourvues 21 ans après le début de l’affaire.

OCTAVE MOREL

source : LeSoir


English translation : 

The Brussels Public Prosecutor's Office has opened a new notice for money laundering against Robert Spatz, the guru of the Buddhist sect OKC, it was reported to several lawyers during the trial which ended on Tuesday on a total inadmissibility of the proceedings. According to Quentin Wauters, Robert Spatz's lawyer, his client, who has lived in Spain for years, is to be heard on 1 October by the Spanish police as part of a request for mutual assistance from the Belgian justice system.

The sum of 272,000 euros, resulting from the sale of property, was also seized from the accounts of this 74-year-old man. The Brussels public prosecutor's office also asked Robert Spatz for a medical examination to justify his absence from the two Belgian trials in 2016 and 2018. The guru had not attended any hearings, claiming that he was in poor health.

As these facts are linked to those just tried, they are strongly contested by the defence. Indeed, the law requires that one cannot be tried twice for the same facts. The newly accused facts also concern suspicions of money laundering for the years 2017 and 2018. This money laundering notice was opened in 2016, shortly after the end of the first trial that led to Robert Spatz's conviction to four years in prison.

Now neither acquitted nor convicted, Robert Spatz, like all the other defendants, benefited on Tuesday from the inadmissibility of the proceedings. The Brussels Court of Appeal ruled that following errors made by a judicial expert, a prosecutor's deputy and the judge at the first trial, there had been an "irremediable infringement of the rights of the defence". The judicial inquiry, opened at the end of the 1990s, revealed suspicions of morals committed against members of the sectarian community as well as a whole series of economic and financial crimes.

During the summary of the judgment, read for 1h30 by the first president of the Brussels Court of Appeal, Luc Maes, there was not a single mention of the victims who find themselves deprived 21 years after the case began.

Wanted, Robert Spatz aka Lama Kunzang

#OKCinfo

The OKC cult case ends with another fiasco for the Belgian Justice system #okcinfo #belgium #cults

4 min read

23 victims had filed civil claims for rape, sexual assault and financial crimes. The public prosecutor, the first judge and a judicial expert take it for their rank.

Would it be good to live in Belgium for cults? Two and a half years after the spectacular end of the Scientology trial in Brussels, the OKC Buddhist sect's trial ended on Tuesday morning in the same way: a fiasco.

On the front line, as defense counsel in these two of the thickest cases known in the country in recent years, Ms. Quentin Wauters, counsel for Guru Robert Spatz, said he was "relieved that the Court of Appeal is enforcing the rules of the rule of law when the entire proceedings have been violated. Every citizen must be satisfied with it. Laurent Kennes, who defends companies linked to the OKC, welcomes "a very good ruling".

Beautiful and severe: on Tuesday, the first president of the Brussels Court of Appeal, Luc Maes, delivered a particularly cruel judgment against three characters, the judicial expert Bruno Morselli, Judge Jean-Luc Vander Goten and the deputy prosecutor of King Thibaut Radar. He concluded by saying: "Respect for the right to a fair trial has been irreparably damaged by multiple and diverse violations of the presumption of innocence and reasonable time. "During the summary of the judgment, read for 1h30 by Mr Maes, there was no mention once of the victims who now find themselves deprived, 21 years after the case began.

"Failure to exercise the duty of independence"

OKC (Ogyen Kunzang Chöling) was founded in 1972 by the then 28-year-old Belgian Robert Spatz. Dozens of families have lived in properties in Brussels, southern France and Portugal, in a quasi-autarcy.

And so dozens of children were born in this context, knowing nothing about the outside world until they came of age. About ten facts of sexual abuses were reported.

At the end of the 1990s, the Belgian and French courts became interested in the phenomenon and seized a whole series of assets.

But the case quickly took a turn for the worse with the first of the four serious offences identified by the Court of Appeal. The legal expert in charge of the investigation into the cult's accounts, Bruno Morselli, produced ten reports filled with "personal feelings". He "failed in his duty of independence and impartiality and took on the role of investigator, even judge," the court accused the court. As a result, "no evidence of guilt can be drawn from his work".

"Hijacked" criminal procedure

The second serious offence was committed in 2006 when the prosecutor Thibaut Radar, in charge of the prosecution, launched new searches on OKC properties, "under the cover of a social inspection investigation (...). It is knowingly that the King's Prosecutor violated his duty of loyalty by "secretly misappropriating criminal proceedings", President Maes said.

The third serious offence, still attributed to the public prosecutor, was committed at the end of 2015 when the Radar substitute sent a letter to all the alleged victims, offering them the opportunity to file a civil suit and have access to the file. "The prosecution exceeded its functions by sending this letter," the court asserts, allowing "leaks on social networks," which have "considerably reduced the evidence.

The last stage of the rocket to the fiasco: the trial at first instance during which some twenty new victims appeared and were heard while the president of the court, Jean-Luc Vander Goten, prohibited any questioning of the defense and the public prosecutor.

"By systematically refusing in principle the right to ask any questions, the first judge violated the principle of adversarial debate and the rights of the defense were amputated," President Maes concluded. Close the ban.


Home-made translation of this LeSoir article by Octave Morel

#OKCinfo

#OKCinfo

Marteling, gijzeling, misbruik, fraude, maar GOEROE GAAT VRIJUIT #metoo #metooguru

4 min read

Na ruim 20 jaar valt het doek over het proces tegen Brusselaar Robert Spatz (73), de goeroe van de sekte OKC. De rechtbank veroordeelde hem aanvankelijk voor fraude en de gijzeling van tientallen kinderen, die sekteleden verplicht moesten afstaan. Maar het hof van beroep wees op procedure- en onderzoeksfouten en sprak Spatz gisteren vrij. De kinderen van toen, nu dertigers, blijven teleurgesteld achter.

Na het arrest staarde Ricardo Mendes (37) naar de stellingen van het Brusselse justitiepaleis. De troosteloze staat van het gebouw, waar enkele weken geleden nog een deel van het plafond instortte, bleek de ideale metafoor voor de rechtszaak die net verloren ging. “Dit is de schuld van justitie, van de Belgische Staat”, vertelt hij enkele uren later. Aan zijn getuigenis, en die van twintig anderen die opgroeiden in de gemeenschap van Robert Spatz, heeft het volgens hem niet gelegen.

De Brusselaar Spatz moest zich de voorbije jaren verantwoorden voor meer dan 170 klachten, gaande van sociale fraude en valsheid in ­geschrifte tot marteling, opsluiting en seksueel misbruik van minder­jarigen. Het gerechtelijk onderzoek sleepte ruim twintig jaar aan en eindigde gisteren in een vrijspraak. Volgens het hof hebben “onregelmatigheden op een onherroepelijke ­manier het recht van de beklaagden op een eerlijk proces geschaad”.

Quentin Wauters, Spatz' advocaat, somt op: Niet alle verdachten werden verhoord in bijzijn van een advocaat, informatie uit het dossier werd gelekt, de expert die de fraude onderzocht was bevooroordeeld en in eerste aanleg mocht een twintigtal getuigen hun verhaal doen zonder dat de verdediging vragen kon stellen.

Hij heeft een punt, zegt Mendes. “De rechter wou vriendelijk zijn. Veel van ons spraken voor het eerst publiekelijk over het geweld en seksueel misbruik in de commune.” Bij die meelevendheid ligt volgens hem de bron van de gemaakte fouten. ­“Belangrijke mensen, de financieel expert, maar ook de vorige aanklager, raakten te betrokken. Ze hoorden onze verhalen en beeldden zich al die kinderen in. Ze werden bijna activistisch.”

Brussels biowinkeltje

Alles begon in 1972. Spatz, die op dat moment werkte als tv-hersteller, besliste na een reis door India om de boeddhistische gemeenschap Ogyen Kunzang Choling (OKC) te stichten. Hij liet zich door zijn volgelingen vereren en aanspreken als Lama Kunzang. Hij combineerde de sekte met een netwerk van ondernemingen. In Brussel vestigde hij het eerste Belgische biowinkeltje. Zijn volgelingen stonden hun bezittingen af en werkten dag en nacht voor hem. In ruil voor kost en inwoon.

De leider vergaarde zo een fortuin waarmee hij villa's in Zuid-Europa kocht. De opvallendste aankoop was Château de Soleils, een bouwvallig kasteel in het Franse Castellane. Daar groeide Mendes samen met een zestigtal andere kinderen op. Hun ouders, volgelingen van OKC, lieten hen daar achter. “Het domein lijkt idyllisch, maar is het allerminst. We moesten Spatz aanbidden, werden uitgehongerd en ondergingen fysiek geweld. Meisjes getuigden over seksueel misbruik.”

In 1996 begon justitie een onderzoek tegen OKC. Dat resulteerde een jaar later in de eerste huiszoekingen. Spatz werd beschuldigd van bendevorming, witwaspraktijken, afpersing en verschillende inbreuken op de arbeidswetgeving. Hij zat een tijdlang in voorarrest, maar het onderzoek liep vertraging op. Mendes reisde rond die tijd terug naar zijn moeder in Brussel. Het duurde nog jaren voor hij zich losweekte van de sekte. “Ik ben uiteindelijk op zoek gegaan naar andere slachtoffers, sommigen wonen nu in de Verenigde Staten en Nieuw-Zeeland.”

Wordt vervolgd

Spatz zelf woont sinds 2005 in Spanje. Volgens zijn advocaat nam hij twee jaar geleden definitief afstand van OKC. Van zijn sekte blijft vandaag nog weinig over, zegt Mendes. “Enkele oude volgingen houden het nog overeind, maar de opeenvolging van onderzoeken heeft zijn tol geëist.”

Spatz' imperium is misschien ingestort, maar voor Mendes doet de vrijspraak pijn. “Het is allemaal nog vers, maar hier eindigt het voor ons niet. Voor het misbruiken van minderjarigen moet hij worden veroordeeld.”

Source : Het Nieuwsblad Anton Goegebeur

robert spatz lama kunzang ogyen kunzang choling

#OKCinfo

Secte OKC: un vice de procédure #metoo #secte #metooguru

6 min read

C’est la relaxe générale. Les trois magistrats censurent le premier juge, le procureur du roi et un expert judiciaire.

Coup de théâtre à la cour d’appel de Bruxelles! En première instance, le tribunal avait condamné la plupart des dirigeants de la secte OKC (Ogyen Kunzang Choling) et, notamment, le gourou Robert Spatz – âgé actuellement de 74 ans – qui avait écopé de 4 ans d’emprisonnement ferme. Dans ce dossier se mêlaient des accusations de pédophilie, de viols de femmes majeures, de séquestrations de dizaines d’enfants, de prises d’otages, d’exploitation éhontée de la main d’œuvre très souvent bénévole, d’organisation criminelle, de blanchiment, d’évasion fiscale, d’escroqueries, de faux en pagaille…

Acquittement technique

Depuis ce mardi, tout est à l’eau! Et Dieu sait si le parquet général ira en cassation…

Aux yeux de la cour, cet acquittement technique est inévitable, en raison de dérapages de l’expert financier désigné par le juge d’instruction, de missions sans mandat de la part du substitut à l’origine des poursuites et encore de procès inéquitable devant le premier juge. Les trois magistrats ont, en effet, pointé du doigt les commentaires hors de propos de l’expert judiciaire qui doit être impartial et indépendant. Or, il y a eu confusion des rôles puisque ce dernier parle d’infractions commises par des prévenus, constate des infractions et se permet des remarques sur le travail des enquêteurs, des magistrats et même des journalistes!

L’intéressé observe des extorsions de fonds et se prononce clairement sur la culpabilité d’inculpés qu’il condamne avant procès! La cour de déplorer que cet expert soit parti d’un postulat de départ, à savoir qu’il allait examiner le dossier de coupables. Robert Spatz est notamment désigné comme dirigeant occulte de certaines sociétés commerciales ou ASBL. Il n’y a donc pas eu de présomption d’innocence mais une présomption de culpabilité.

Perquisitions sans mandat

Le substitut du procureur du roi est également passé à la moulinette puisqu’il a fait procéder à des perquisitions sans mandat du juge d’instruction, dans le cadre d’une information ouverte par le parquet et portant sur les mêmes faits que ceux dont était saisi le magistrat instructeur.

Constatant encore qu’une partie du dossier était disponible sur le net, la cour d’appel censure le jugement du tribunal correctionnel qui n’a pas accordé aux prévenus un procès équitable. Les trois magistrats ont souligné que le premier juge n’a pas accepté que la défense pose des questions à des témoins et a refusé à celle-ci le droit de faire entendre d’autres témoins! Et voilà pourquoi votre fille est muette…

En un mot comme en cent, les fautes soulevées ont causé un tort irrémédiable à l’ensemble de la procédure et tout le dossier s’effondre. Et il n’y aura plus jamais moyen de le récupérer.

Et pourtant…

Une enquête qui débute en 1997 par des assauts policiers spectaculaires à Bruxelles et dans le sud de la France. Vingt et un ans de méandres judiciaires pour un dossier qui paraissait aussi criminel que tentaculaire. Les pages les plus féroces du réquisitoire d’accusation visaient l’enlèvement et la prise en otages de nombreux enfants séquestrés dès l’âge de 4 ans à Castellane, dans le sud de la France, dans une propriété privée du patron.

Pis, cet Ixellois, né en 1944, aurait abusé de deux mineures, perpétré un viol avec tortures corporelles sur une femme majeure et attouché avec violences une quatrième victime. Dans un registre plus conventionnel au rayon des sectes, mais qui n’en reste pas moins sauvage, il y aurait un recours généralisé à des bénévoles, exploités de leur plein gré dans des conditions de semi-esclavage. Telle était, en tout cas, la conviction du parquet de Bruxelles qui visait une période infractionnelle s’étalant de 1975 à 2008! Au départ, Robert Spatz était un modeste réparateur de téléviseurs, un admirateur de Johnny Smet qui avait à peine de quoi se payer un concert de Johnny Hallyday qu’il lui plaisait d’imiter souvent, avec ses moyens à lui.

Puis, les voyages l’ont aidé à voir plus clair et plus grand aussi. Disons même qu’il a été saisi par la suprême illumination en découvrant la sagesse du grand maître, le Dalaï Lama, et des moines tibétains en général. De quoi lui donner plein d’idées pour instruire les masses sur le sens de la vie et du bien-être dans son corps et son esprit. Ses magasins et restos bio-végétariens bien connus des Bruxellois, La Tsampa entre autres, sont nés au début des années 70, dans la commune de son enfance, Ixelles.

Après son arrestation en 1997, Spatz s’était clandestinement installé à Aiseau-Presles avec ses proches. Et, selon le parquet, il y aurait encore commis des viols sur une mineure. De toutes ces accusations, il ne reste aujourd’hui que de la poussière.

robert spatz aka lama kunzang ogyen kunzang choling

#OKCinfo

Les 36 victimes de la secte OKC laissées sur le carreau #secte #belgique #france

4 min read

C’est une fois de plus un important dossier de droit pénal social et financier qui n’a pas tenu le choc devant la cour d’appel de Bruxelles.

La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling, qui avait été répertoriée comme secte, était poursuivie pour de nombreuses infractions allant du faux, de l’extorsion et du blanchiment à la prise en otage d’enfants et aux abus sexuels.

Verdict : irrecevabilité des poursuites ! Des années d’enquête et de procédure judiciaire que la cour a balayées d’un revers de la main. Les témoignages, que ces personnes ayant grandi au sein de la secte ont livré après de gros efforts pour surmonter leurs émotions, n’auront finalement même pas été examinés.

Pas plus que ceux de ces anciens membres de l’OKC qui ont travaillé dans les restaurants sans toucher salaire. Pas plus encore que celui des parents d’une jeune membre qui disait avoir été violée par Robert Spatz, le gourou… “Je suis scandalisé ! C’est profondément révoltant” , a déclaré l’un d’eux, qui a passé sa jeunesse au domaine Château-de-Soleils à Castellane en Provence.

C’est là-bas que les enfants de l’OKC étaient élevés, globalement entre 1980 et 2000, coupés de leurs parents, qui, eux, étaient mis à contribution dans les restaurants et les magasins de l’OKC à Bruxelles.

Du côté du ministère public, c’est aussi la désolation. La confiscation de la totalité des biens immobiliers de l’OKC et de Robert Spatz, estimée à des dizaines de millions d’euros, avait été requise. L’avocat général Jean-François Godbille avait en effet estimé, au terme d’un solide réquisitoire, qu’ils avaient été acquis grâce à des fonds issus d’infractions. Mais il n’en sera rien. Et même, l’État belge va devoir rapidement lever les saisies conservatoires de certaines habitations de Spatz et de sa communauté.

Mais si la cour d’appel de Bruxelles a été implacable, sa décision est justifiée. Elle a énuméré une liste d’irrégularités que la défense des prévenus avait habilement relevées, à raison.

La cour s’en est particulièrement prise au procureur en charge du dossier jusqu’au premier procès devant le tribunal. “Il s’est sciemment substitué à un juge d’instruction” , en menant une information judiciaire alors qu’une instruction judiciaire était déjà en cours sur un même dossier, et “a organisé des fuites sur les réseaux sociaux”.

En cela, il a “sciemment et volontairement violé les droits de la défense” , tonne la cour. Malgré ce revers, la partie civile comme le ministère public n’écartent pas la possibilité de se pourvoir en cassation…

Source laDH : G. P.

Robert Spatz, le gourou de la communauté. d.r.

robert spatz okc ogyen kunzang choling

#OKCinfo

L’affaire de la secte OKC s’achève par un nouveau fiasco #justicebelge #procèsOKC

5 min read

23 victimes s’étaient constituées partie civile pour des faits de viol, d’atteinte sexuelle et de délits financiers. Le parquet, le premier juge et un expert judiciaire en prennent pour leur grade.

Ferait-il bon vivre en Belgique pour les sectes ? Deux ans et demi après la spectaculaire fin du procès de la scientologie à Bruxelles, celui de la secte bouddhiste OKC s’est achevé, mardi matin, de la même manière : un fiasco.

En première ligne, en tant qu’avocat de la défense dans ces deux dossiers parmi les plus épais connus dans le pays ces dernières années, M e Quentin Wauters, conseil du gourou Robert Spatz, s’est déclaré « soulagé que la cour d’appel fasse respecter les règles de l’Etat de droit alors que l’ensemble de la procédure a été violé. Chaque citoyen doit en être satisfait ». M e Laurent Kennes, qui défend les sociétés liées à l’OKC, salue « un très bel arrêt ».

Beau et sévère : ce mardi, le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, Luc Maes, a prononcé un arrêt particulièrement cruel à l’encontre de trois personnages, l’expert judiciaire Bruno Morselli, le juge Jean-Luc Vander Goten et le substitut du procureur du Roi Thibaut Radar. Et a conclu par ces mots : « Le respect du droit à un procès équitable a été irrémédiablement endommagé par des violations multiples et diverses à la présomption d’innocence et au délai raisonnable. » Durant le résumé de l’arrêt, lu pendant 1h30 par M. Maes, il n’a pas été question une fois des victimes qui se retrouvent aujourd’hui dépourvues, 21 ans après le début de l’affaire.

« Manque au devoir d’indépendance »

L’OKC (Ogyen Kunzang Chöling) avait été créée en 1972 par le Belge Robert Spatz, alors âgé de 28 ans. Des dizaines de famille ont ainsi vécu dans des propriétés à Bruxelles, dans le sud de la France et au Portugal, dans une quasi-autarcie.

Et c’est ainsi que des dizaines d’enfants sont nés dans ce contexte, ne connaissant rien du monde extérieur jusqu’à leur majorité. Une dizaine de faits de mœurs ont été dénoncés.

A la fin des années 1990, les justices belge et française se sont intéressées au phénomène et ont saisi toute une série de biens.

Mais l’affaire prend vite un mauvais tour avec la première des quatre fautes graves recensées par la cour d’appel. L’expert judiciaire chargé de l’enquête sur les comptes de la secte, Bruno Morselli, a réalisé dix rapports remplis de « ressentis personnels ». Il a « manqué à son devoir d’indépendance et d’impartialité et s’est arrogé un rôle d’enquêteur, voire de juge », accuse la cour. Résultat : de ses travaux, « on ne peut tirer le moindre indice de culpabilité ».

Procédure pénale « détournée »

La seconde faute grave est commise en 2006 quand le substitut du procureur Thibaut Radar, en charge de l’accusation, lance de nouvelles perquisitions au sein des propriétés de l’OKC, « sous couvert d’une enquête de l’inspection sociale (…). C’est sciemment que le procureur du Roi a violé son devoir de loyauté » en « détournant la procédure pénale de manière secrète », tance le président Maes.

La troisième faute grave, toujours imputée au parquet, est commise fin 2015 quand le substitut Radar envoie un courrier à toutes les victimes présumées, leur proposant de se constituer partie civile et d’avoir accès au dossier. « Le ministère public a outrepassé ses fonctions en envoyant cette lettre », assène la cour, permettant des « fuites sur les réseaux sociaux » qui ont « considérablement réduit les éléments de preuve ».

Dernier étage de la fusée vers le fiasco : le procès en première instance durant lequel une vingtaine de nouvelles victimes se sont manifestées et ont été entendues pendant que le président du tribunal, Jean-Luc Vander Goten, interdisait toute question à la défense et au ministère public.

« En refusant par principe et de manière systématique le droit de poser la moindre question, le premier juge a violé le principe du débat contradictoire et les droits de la défense ont été amputés », achève le président Maes. Fermez le ban.

Source LeSoir : OCTAVE MOREL

OKC Spatz

#OKCinfo

Verdict du Procès-Appel OKC-Spatz 2018 #metoo #metooguru #sexualabuses #balancetonporc

5 min read

Après 18 ans d'instructions, procédures et tentatives de délayer (avec succès) le déroulement du procès dans le chef de la OKC et Robert Spatz, voici que le couperet est tombé : irreçevabilité des poursuites. 

Tout le procès est donc tombé à l'eau : La cour d’appel de Bruxelles a estimé qu’à la suite d’erreurs commises par un expert judiciaire, un substitut du procureur et le juge du premier procès, il y a eu « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » . 

Tous ont commis d'une façon ou d'une autre, consciemment ou pas des erreurs de procédures.

Déjà le premier procès c'était une mauvaise tentative de clôturer un procès qui ne pouvait pas être clôturé autrement, l'appel en fin de compte aura été un jeu d'enfant pour les avocats de la défense d'un prédateur-pédophile-pervers-narcissique. Tout le procès était intoxiqué depuis le début, évidemment les parties civiles n'en avait pas conscience à quel point autrement on aurait directement oublié la Belgique et préparer une stratégie adaptée et prenant en compte la non-fonctionnement chronique de la Justice Belge. 

 

 (BELGA) = La 16e chambre de la cour d'appel de Bruxelles, présidée par Luc Maes, a déclaré, mardi, les poursuites irrecevables dans le dossier de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC). La communauté religieuse, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz étaient poursuivis entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants.

La cour d'appel a relevé plusieurs irrégularités commises au cours de l'enquête mais aussi au cours de la procédure devant le premier juge, qui ont "atteint de manière irrémédiable le droit des prévenus à un procès équitable". Celle-ci a dès lors déclaré les poursuites irrecevables et débouté chacune des 36 personnes constituées partie civile de leur demande d'indemnités. La cour a tout d'abord considéré que l'expert comptable qui avait été désigné pour analyser les comptes de l'ASBL OKC et des sociétés attachées à celle-ci avait "outrepassé les limites de sa saisine et fait preuve de partialité". Celui-ci avait notamment partagé ses points de vue avec les enquêteurs, travaillé dans les locaux de ceux-ci et s'était permis d'écrire dans ses rapports, concluant à des infractions de faux et de blanchiment, que "Robert Spatz dirigeait OKC de manière occulte". Ensuite, la cour a relevé que plusieurs prévenus avaient été entendus durant l'enquête en violation totale de l'arrêt Salduz, qui impose qu'un suspect soit toujours auditionné en présence d'un avocat. Elle a également sévèrement pointé du doigt le premier procureur chargé du dossier, qui "s'est sciemment substitué à un juge d'instruction" en menant une information judiciaire alors qu'une instruction judiciaire était déjà en cours sur des faits similaires, et qui a "organisé des fuites sur les réseaux sociaux". Par cela, il a "sciemment et volontairement violé les droits de la défense", a établi la cour. Enfin, celle-ci a estimé que le délai raisonnable à être jugé était dépassé, ce qui avait déjà été constaté par la chambre des mises en accusation avant le renvoi devant le tribunal correctionnel. Dans ce dossier, la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses responsables étaient prévenus pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants. Le second était également prévenu pour abus sexuels. Cette communauté avait été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz, appelé le Lama Kunzang Dorjé. Cet homme charismatique avait réuni autour de lui de nombreuses personnes en quête de spiritualité, notamment des couples avec enfants, séduits par l'idée d'une vie en communauté. Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres avaient été envoyés dans des propriétés de l'OKC au Portugal et en France. Certains ont dit y avoir subi des actes de maltraitance. Pendant ce temps, les parents, eux, travaillaient à Bruxelles dans des restaurants et des magasins, gérés par des sociétés liées à l'OKC, sans être payés, selon l'enquête. En 1997, une opération franco-belge avait mené des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane, en France. Une enquête approfondie avait ainsi été entamée pour diverses infractions supposées, du délit financier aux faits de moeurs, et avait débouché sur un renvoi en correctionnelle de la communauté et de certains de ses responsables.

 

Source : Belga

#OKCinfo

L'arrêt dans le dossier de la communauté "bouddhiste" OKC sera prononcé mardi #metoo #metooguru

4 min read

(BELGA) = La cour d'appel de Bruxelles prononcera, mardi matin 11h30, son arrêt dans le vaste dossier impliquant la communauté "bouddhiste" Ogyen Kunzang Choling (OKC). La communauté religieuse, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants.

Robert Spatz aka Lama Kunzang

La cour d'appel de Bruxelles fera connaître, mardi, sa décision dans le dossier OKC, qui recèle diverses préventions, du droit social pénal au crime de viol, en passant par des délits financiers, toutes liées directement ou indirectement à l'OKC.

La cour avait entendu, en février, avril et mai derniers, de nombreux anciens adeptes de la communauté, partie civile dans ce procès, mais aussi les prévenus eux-mêmes, dont certains ont pris de la distance avec l'OKC depuis quelques années.

La défense des prévenus, soit l'ASBL OKC, Robert Spatz, l'épouse et le fils de ce dernier, ainsi que deux membres de cette communauté, a plaidé l'acquittement. Elle a aussi plaidé l'irrecevabilité des poursuites en raison de plusieurs irrégularités dans la procédure.

L'avocat général, lui, a requis la culpabilité de Robert Spatz pour des faits d'escroquerie, de blanchiment d'argent mais aussi de viol. Il a estimé que la peine de 4 ans de prison prononcée en première instance devait au minimum être confirmée, voire aggravée d'un an supplémentaire. Il a également requis une peine de 2 ans de prison avec sursis à l'encontre de Jeanne B., qui a secondé Robert Spatz dans ses opérations financières selon lui, et la suspension du prononcé concernant l'épouse et le fils de Robert Spatz ainsi qu'un membre de l'OKC qui avait agi comme comptable au sein de celle-ci.

Enfin, l'avocat général a requis la confiscation de tous les biens immobiliers de l'ASBL OKC et de Robert Spatz, estimant qu'ils ont été acquis grâce à des fonds issus d'infractions. Dans ce dossier, la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses responsables sont prévenus pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d'enfants. M. Spatz est également prévenu pour abus sexuels.

Cette communauté avait été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz, appelé le Lama Kunzang Dorjé. Cet homme charismatique avait réuni autour de lui de nombreuses personnes en quête de spiritualité, notamment des couples avec enfants, séduits par l'idée d'une vie en communauté.

Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres avaient été envoyés dans des propriétés de l'OKC au Portugal et en France, notamment au domaine Château-de-Soleils à Castellane en Provence. Certains, constitués partie civile au procès, disent y avoir subi des actes de maltraitance et y avoir souffert de malnutrition. Pendant ce temps, les parents, eux, travaillaient à Bruxelles dans des restaurants et des magasins, gérés par des sociétés liées à l'OKC, sans être payés, selon l'enquête.

En 1997, une opération franco-belge avait mené des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane. Une enquête approfondie avait ainsi été entamée pour diverses infractions supposées, du délit financier aux faits de m?urs, et avait débouché sur un renvoi en correctionnelle de la communauté et de certains de ses responsables.

Belga

#OKCinfo

Naming and Shaming : Robert Spatz aka Lama Kunzang currently in trial since 20 Years, They KNOW ! #metooguru @NOS

7 min read

List of Tibetan Teachers being used by @OgyenKun to appear like a legit Buddhist center by using the name and images of known Buddhists teachers. Including the @Dalailama

 

In 2016 and 20 years before the trial all these Tibetans were assembled into one only page now broken so it looks like OKC wants to have the best of both worlds : use the legitimacy of these Tibetan Buddhist figures in court but at the same time appear respectful and prudent by hiding all these pages from public view on their website. in the case they finally remove these figures from their website here is the archive.

But if you know how to use a web browser, here is the full list of Tibetans still on OKC website + respective link to it :

Lama Kunzang Dorje self-assigned guru name of Robert Spatz and his profile page on the OKC website, this page was removed when several cases of sexual abuses surfaced inside OKC in the 2000's, at the time general secretary of OKC was hunting the web to remove any trace of Robert Spatz from the web, even from the organisation-cult he founded but here is the archive.

notice the subtle detail that OKC was using a picture with all the members, all the abused childrens, all the stolen parents to portray the profile page of OKC founder.


it can seems just a detail but it speaks volumes about the mentality inside OKC. On this picture RS is sitting next to Rabjam Rimpoche last visit in OKC before going into "retreat" mode, after having seen perhaps the huge dossier of crimes by Robert Spatz showed to him in France by OKC ex-doctor and personal doctor of Robert Spatz. this person is since 2 decades also a civil party in the trial against Spatz-OKC.

At the end of RS profile page you can read in French that the Lama Kunzang finally got out of retreat and kept teaching under the patronage of Rabjam Rimpoche and Pema Wangyal Rimpoche, the later son of Kangyour Rimpoche (supposedly the root guru of RS) If RS ever try to donate or even transfert OKC assets ownership to "the Tibetans" this is just a clever move to appear disconnected from OKC in the eye of France or Belgian Justice systems but as we have seen in 2016 with the trial and 2018 with the appeal Spatz still controls OKC and he can get majority control or use the organisation status he himself created to avoid consulting members on anything regarding finance or judicial matters. perfect to manipulate the remaining cult adepts to have no other choice but to follow his lead for his reasons. the cult is little but alive. 

Dalai Lama visited OKC Brussels in 1990 and spoke directly to Robert Spatz, gave him blessing and the Kashag authored a "certificate" used by OKC in court to justify they are a legit Buddhist center. Here too, all the pictures of Robert Spatz with the Dalai-Lama have been removed from OKC website but they are still using them in court to "prove" the legitimacy of Robert Spatz. we have those pictures. In court OKC use this document to supposedly display a DL approved endorsement. There is also such document from Penor Rimpoche, another head of Nyigma-Pa lineage, the oldest one, directly and traditionally responsible for the Dzogchen/Vajrayana type of practices at the root of the sexual, spiritual and physical abuses by Tibetan or Non Tibetan Buddhist "teachers" in the West and East. 
This is not a "western only problem". 



Setchen Rabjam Rimpoche : since the pseudo retirement of Robert Spatz either because of a false illness or an illness used to avoid Justice or because again "handling" out the OKC infrastructure is only good to serve the narrative that OKC belong to Tibetan Buddhism, Rabjam Rimpoche is since then the "spiritual director" of OKC, he was also in "retreat" in the last decade so OKC never got to see him much since 2006 but still OKC use this decoration in court to appear like a legit Buddhist center. RR visited OKC countless times being part of the court of Dilgo Kyentse Rimpoche, last visits where 2009 in Nyima-Dzong, 2004 OKC Tahiti "center", 2006 Nyima Dzong and countless other times in Nyima-Dzong when we were kids. Attestation from Rabjam Rimpoche cerca OKC

Yangtsi Rimpoche visited Nyima-Dzong in 2010 and 2014 and Brussels in 2014, meanwhile OKC was in trial since 97 purposedly hiding this information from all the Tibetan teachers invited on OKC properties.

Mingyour Rimpoche visited Nyima-Dzong in 2001, 2003 and 2006, he was in contact with the last generation of OKC youngsters and quite a positive figure to move from a repressive model to teach buddhism to a more joyfull and compassionate and interesting way to teach Buddhism to isolated kids, they all kept a very good memories of this time and it was certainly a change from the brutality of OKC "educators" even after the 97 police raid and subsequent investigation.


Pema Wangyal Rimpoche

Jigme Khyentse Rimpoche

Ringu Tulku Rimpoche

Khentchen Pema Sherab

Jetsun Khandro Rimpoche visited and gave lecture in Nyima-Dzong in 2017 out of "compassion" for the remaining members, unknowingly or not being used by OKC to appear legit.


Khempo Tseten Current Khempo resident at Nyima-Dzong OKC center, supposedly secretly against Spatz, still being paid by OKC-Spatz to be part of the decoration to appear as legit Buddhist center. This Khempo up to 2017 wasn't even able to remove Robert Spatz aka Lama Kunzang picture from INSIDE the Temple, next to Kangyour Rimpoche statue, next to countless Buddhist statues supposed to represent Buddha and other deities. 

The next 3 important Tibetan Buddhist figures had no idea on what they where getting into, the language barrier, the exile, the huge knowledge gap about the West inner working, they could not possibly know they where stepping into a personality cult decorated as a Buddhist center and their venue was a huge stamp of letigimacy to be used by OKC subsequently, and it worked.

Kyabje Kangyour Rimpoche the supposed "root guru" of Robert Spatz aka Lama Kunzang, Kangyour Rimpoche could not even speak English in the 70's when Spatz supposedly visited him and Spatz could not possibly speak a word of Tibetan but the later got "personal instruction" to build Nyima-Dzong and to "propagate" Buddhism in the West. Other testimonies from that time from people present at that time say it is impossible to match the founding myth of OKC with the reality at the time. the most probable is that RS simply invented the whole story and that his gullible followers in Belgium simply took it for granted having absolutely no other way to verify any part of the founding myth of OKC.

Dudjom Rimpoche visited OKC Brussels and OKC Nyima-Dzong in 1976, at the time these visits where seen as very important and ultimate proof that OKC was recognized and was legit. many people even started to follow OKC because of these visits. curiously Robert Spatz have been removed from the original pictures that you can see in OKC website. this is the "accreditation" used by OKC in court in 2018 to supposedly display legitimacy in front of the court, as if this could in any way exonerate OKC and Spatz from the law. 

Dilgo Kyentse Rimpoche : this visit also helped OKC appear and look like a leading Buddhist center in France
the visits took place in Nyima-Dzong in 80-82 and then in 1990. during those periods Nyima-Dzong was populated by at least 60 to 80 childrens all separated from their parents 2000km away in Brussels and these period where the worst for childrens regarding sexual abuse (by another pedophile called Bernard Pombal) but also by Robert Spatz (OKC founder) on at least 3 different girls minor of age at the time. 

 

#OKCinfo

Le Dalai Lama à la rencontre de victimes d'abus sexuels commis par des bouddhistes #metooguru

2 min read

dalai-lama-rotterdam-okcinfo

Le Dalaï-Lama a rencontré vendredi à Rotterdam aux Pays-Bas quatre représentants de victimes d'abus sexuels commis par des enseignants bouddhistes. Il a clairement appelé à dénoncer publiquement ces abus pour faire ressentir le poids de la honte aux auteurs.

Un dossier livrant plus en détail les témoignages de 12 victimes de nationalités diverses lui a été remis. Le Dalaï-Lama s'est engagé à tenir une conférence sur les abus sexuels avec des psychologues et des religieux.

Parmi les quatre représentants de victimes qui se sont entretenus avec lui figurait un jeune adulte, né dans la secte bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC) du gourou belge Robert Spatz, qui parlait au nom de 23 parties civiles.

Ce sont les seules victimes mineures dénoncées à ce jour. Il questionne la possibilité de contrôler les enseignants. En effet, certains d'entre eux s'autoproclament "lamas" et utilisent même le nom du Dalaï-Lama. Parmi eux figure Robert Spatz, malgré les condamnations relatives à ses pratiques sexuelles. Celui-ci se défend en affirmant qu'elles relèvent du bouddhisme.

"Le Dalaï-Lama a été le premier à dénoncer ces abus en 1993", remarque cet ancien membre d'OKC. "Pour l'instant, les organisations bouddhistes se limitent à faire des enquêtes internes et le premier réflexe reste de faire des médiations avec les victimes. Mais ces médiations gardent ces scandales en interne et empêchent qu'ils ne finissent devant la justice." Il est pour lui important que les victimes aillent porter plainte afin d'amener ces affaires devant les tribunaux.

En Belgique, la cour d'appel de Bruxelles rendra mardi son arrêt concernant le gourou Robert Spatz. Il est notamment poursuivi pour abus sexuels et avait été condamné à quatre ans de prison en première instance.

#OKCinfo

Sometimes winning a battle is about knowing when to let it go ! #okcinfo #okcspatz #metooguru #metoo

3 min read

Thanks to all your donations both offline and online, we now reached 4.538€ we still have to top-up with 2000€ to reach the first step of being able to pay the lawyers.

If you can still share this campaign via email, social media or word of mouth please Know that each of these little things help us tremendously reach our general goal.

The Judgement day is approaching soon, many people from different countries will join and be present to the final of this 20 year long trial, the date is 18th of September, Justice Palace of Brussels. Check our out facebook event via the OKCinfo page to make sure to get the latest updates.

For many of us this is the end of a journey that started in 2016 with the first trial where OKC-Spatz got themselves a nice 4 year suspended sentence that they appealed 10 days after the sentence resulting in an appeal court trial in 2018. if there was one image representative enough to speak about the appeal is : Facebook comments & images where the only arguments beside openly lying under oath to counter our arguments and our multi faceted but converging stories depicting the reality inside OKC.

The cult could not do better than what they did to serve our objective : most of the testimonies from cult insiders to counter our arguments displayed either lies, cult conditioning, severe lack of discernment, absurd perjury and the use of Tibetan Buddhist figures to justify the legitimacy of their so called Buddhist center. We hope the Belgian Justice will be able to cut through the bullshit and see OKC and Spatz and the 7 direct accomplice as what they are : criminals that need to face their actions and their utter lack of integrity.

History will always remember the version of the survivors and we'll make sure it stays that way for eons to come: Ogyen Kunzang Choling is dead, Robert Spatz aka Lama Kunzang is just a shadow of psychopathy maintained alive by his utter fear of death and his belief that death is so important moment of life where one's actions are scrutinized, felt and seen by oneself and that on that moment, every pain, every abuse, every torture will be felt thousands of times stronger and for eternity.

That's what await the circle of jerks around RS and that's what await RS/LK and that's what they will get. Karma is a bitch they say, Human Justice may be flawed (flaws used and abused by OKC to last this trial for 20 years is one of their feats certainly) but in the end, even before the judgement day, we already won, we spoke up, we united to fight the only battle worth battling for : ourselves and that along with handling our lives and healing is the best way to celebrate winning with or without a matching human justice system sentence.

May the Light always be !

OKCinfo

OKCinfo

#OKCinfo

Presse : OKC Pas « d’organisation criminelle » Jugement en Septembre 2018 ! #secte #toxique #PN

2 min read

Pas « d’organisation criminelle » Lors de son réquisitoire, l’avocat général Jean-François Godbille a renoncé à la prévention « d’organisation criminelle », jusqu’alors considérée comme la principale piste de l’accusation dans le procès de la secte bouddhiste OKC. Le magistrat s’en est expliqué pour éviter un écueil judiciaire. En effet, ...

Lors de son réquisitoire, l’avocat général Jean-François Godbille a renoncé à la prévention « d’organisation criminelle », jusqu’alors considérée comme la principale piste de l’accusation dans le procès de la secte bouddhiste OKC. Le magistrat s’en est expliqué pour éviter un écueil judiciaire. En effet, il y avait un risque, selon lui, de voir tout le dossier s’écrouler et reprendre à zéro. Ce qui aurait hypothéqué l’enjeu financier, colossal. M. Godbille a en effet demandé la confiscation du Château de Soleils ainsi que du patrimoine privé de Robert Spatz (yachts, villas en Espagne), mais aussi les biens immobiliers bruxellois liés à l’OKC. Et surtout, en plus de ces biens, il a réclamé la confiscation d’une somme dépassant huit millions d’euros contre Spatz. Au-delà des affaires de mœurs sordides, la bataille judiciaire se joue aussi dans les porte-monnaie.

O.Ml

Source LeSoir 4 mai 2018 page 10

#OKCinfo

Le gourou de la #secte OKC sera fixé en septembre #culte #secte #abussexuels #endoctrinement

5 min read

Source : le Soir 

Ven. 04 Mai 2018, Page 10

Après trois mois d’audience et une impression de sérénité tranchant avec la tension du premier procès, la cour d’appel a clos les débats dans la tentaculaire affaire de la secte OKC. Décision en septembre pour le gourou Robert Spatz, qui pourrait se faire confisquer des millions d’euros.

On en était resté à un premier procès de bruit et de fureur, théâtre d’un affrontement terrible entre parties civiles nouvellement constituées et avocats de la défense décidés à ne céder aucun pouce de terrain. Et l’on quitte le procès en appel avec un sentiment diffus de paix et, osons-le, de réconciliation. Ce jeudi matin s’est achevé le procès en appel de la secte bouddhiste OKC (Ogyen Kunzang Chöling) et de son gourou Robert Spatz, 74 ans. Et chacun, au palais de justice, savait que l’on marchait sur des braises lors de ce procès tenu devant une chambre spéciale de la cour. C’est Luc Maes, le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, qui avait souhaité assurer la direction des débats, secondé par une présidente de cour d’assises et une présidente de cour du travail : pas des débutants.

La semaine dernière, l’avocat général Jean-François Godbille a requis une peine « d’au moins » quatre ans de prison à l’encontre de Robert Spatz, soit la confirmation de la peine infligée lors du premier procès, très inférieure aux réquisitions d’alors (treize ans ferme). Spatz est poursuivi pour viols, escroquerie et blanchiment. Le ministère public a également requis la confiscation de tous les biens immobiliers de l’ASBL OKC et de Robert Spatz, estimant qu’ils ont été acquis à la suite d’infractions financières.

Jeudi matin, M e Inès Wouters, avocate de l’ASBL OKC, a demandé l’acquittement pur et simple de sa cliente . « Nous sommes face à une

organisation qui poursuit un authentique but spirituel et qui n’avait pas l’objectif de commettre des infractions » , a-t-elle pointé, effectuant le parallèle avec le dossier de l’église belge de la Scientologie, victime d’un spectaculaire crash judiciaire en mars 2016 à Bruxelles.

La veille et l’avant-veille, son confrère M e Quentin Wauters, avocat d’un Robert Spatz absent sur certificat médical durant tout le procès, avait assuré une plaidoirie marathon longue de treize heures. Le pénaliste a insisté sur le fait que son client était un authentique lama dont le maître fut celui du dalaï-lama en personne. Il a également fustigé le rôle de parties civiles qui auraient cherché à décrédibiliser la communauté, mais aussi nié tout « lavage de cerveau » orchestré par Spatz, le gourou de l’OKC. Les faits de viol sont également niés, l’avocat évoquant des rituels tantriques acceptés par une femme adulte et consentante.

 

Témoignages sidérants

Une version complètement rejetée par les parties civiles, représentées par M e Dimitri de Béco et à l’origine du retentissement autour de ce procès. En effet, c’est sous l’impulsion d’une des victimes que des dizaines d’autres, venues de plusieurs continents, se sont rendues à Bruxelles afin de se constituer partie civile à l’audience et de déposer des témoignages pour certains complètement sidérants, racontant à quel point l’OKC fut la proie d’une dérive sectaire gravissime, sous l’autorité d’un gourou qui utilisait, selon eux et les premiers juges, son emprise pour assouvir ses appétits sexuels en dépit des règles de droit. Certaines victimes présumées ont vécu toute leur vie au sein de la secte.

L’OKC a été créée par Spatz en 1972 et a fait vivre des dizaines de familles dans des communautés réduites, au Portugal et dans le sud de la France (château de Soleils, à la Castellane). A un moment, tous les enfants nés au sein des communautés vivaient en complète autarcie tandis que leurs parents travaillaient au noir dans les restaurants de la secte, à Bruxelles. Aujourd’hui encore, un magasin de la rue de Stassart, à Ixelles, vend les produits « bios » issus des travaux des derniers membres de l’OKC.

Après des centaines d’heures d’auditions, de plaidoiries et de réquisitoire, ainsi que plus de mille pages de conclusions d’avocats, la cour d’appel aura fort à faire durant tout l’été avant de rendre sa décision, le 18 septembre.

 

OCTAVE MOREL

robert Spatz aka Lama kunzang

#OKCinfo

Presse : Le conseil de Robert Spatz, le gourou de la secte OKC, plaide l’acquittement

5 min read

Il va sans dire que les éluqubrations de Wauters et la quasi conversion des avocats Spatz à la doctrine de celui ci est un des aspects le plus troublant de ce procès, alors oui d'aucun dirait : mais il ne fait "que son travail", "il ne fait que représenter son client", oui en effet, mais encore faut il écouter ce qui sort de la bouche de ses avocats, les abberations, les mensonges, les détournements de fait et d'époque pour justifier et présenter une toute autre réalité, laisserais t'on un avocat "défendre" un terroriste en stygmatisant les victimes en toute impunité dans un tribunal dans un état de droit ? 
Pas n'importe comment, pas n'importe quoi, hors ici, des avocats défendent un pédophile récidiviste, un pervers narcissique dangereux (possiblement encore entrain de commettre des crimes similaires à l'heure ou ses lignes sont écrites) en le présentant comme un "bon père de famille" - ce qu'il n'a jamais été, même pour ses propres enfants - les "arguments" utilisés sont de l'ordre du débile, projetant toute sorte de fantasme sur des enfants, des jeunes filles, directement abusées par le seul être en qui elle plaçait toute leur confiance, parfois même leur vie de par l'endoctrinement et le lavage de cerveau généralisé qui prévalait dans la OKC au point d'en devenir une norme. 

Sans parler même de l'utilisation du monastère de Sechen, du nom de Mathieu Ricard et des "Maîtres" Tibétains en général pour asseoir la pseudo légitimité de la OKC, d'ailleur si Mathieu Ricard avait la moindre notion que son nom et celui de Sechen était utilisé par la OKC dans un tribunal, celui ci, peut être, prendrait officiellemnt ses distances mais surtout ce dernier ne resterait pas dans ses montagnes alors qu'en tant que réprésentant (qu'il le veuille ou pas, c'est un fait) du Bouddhisme en France mais plus généralement en Occident, il sortirait sur le devant de la scène pour néttoyer l'abcès et courageusement être en accord avec ce qu'il pense depuis plus de 20 ans à propos de la OKC mais principalement de Robert Spatz. En fin de compte c'est toujours plus facile de parler que de faire et encore plus quand cela concerne le travail de toute une vie, c'est valide pour MR ou la OKC ou l'UBB qui aura pris 20 ans à se distancier officiellement de la OKC. à bon entendeur salut !

Paru dans la DH, Mai 2018

L’avocat de Robert Spatz, fondateur de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), a contesté, mercredi devant la cour d’appel de Bruxelles, les accusations portées à l’encontre de son client pour des abus sexuels.

Dans ce dossier, l’OKC, quelques-uns de ses responsables et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d’enfants.

Me Quentin Wauters a contesté les affirmations de femmes constituées partie civile au procès qui ont déclaré avoir été abusées sexuellement au sein de l’OKC par son client.

L’avocat a tout d’abord soutenu que certains faits étaient prescrits. Il a ensuite estimé que les récits des plaignantes ne tenaient pas la route, parlant de "frustrations d’adolescentes", celles-ci étant mineures à l’époque des faits, entre la fin des années 1980 et le début des années 1990.

Concernant une autre femme, ancienne membre de l’OKC, qui a affirmé avoir subi des attouchements de Robert Spatz lors d’un rituel et avoir ainsi été victime d’attentat à la pudeur, l’avocat de la défense a également plaidé l’acquittement.

Dans ce cas, M. Spatz reconnaît avoir initié la plaignante à des rituels tantriques, acceptés dans le bouddhisme selon l’avocat. Mais il conteste avoir voulu attenter à la pudeur de cette femme, affirmant qu’elle était adulte et consentante. La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses responsables sont prévenus devant la cour d’appel de Bruxelles pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail ainsi que pour des faits de prise en otage d’enfants. Robert Spatz est en outre prévenu pour abus sexuels.

 

#OKCinfo

Presse : Robert Spatz, «un imposteur, un escroc, un esclavagiste des temps modernes et un violeur»

7 min read

Paru dans l'Avenir 25 Avril 2018

La culpabilité de Robert Spatz, chef spirituel de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), a été requise en appel. Le «gourou» des années 80 est menacé de 4 ans de prison «minimum» pour des faits d’escroquerie, blanchiment d’argent et viol.

L’avocat général Jean-François Godbille a requis, mardi après-midi, la culpabilité du chef spirituel de la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), Robert Spatz, pour des faits d’escroquerie, de blanchiment d’argent et de viol. Il a estimé que la peine de 4 ans de prison prononcée en première instance devait au minimum être confirmée, voire aggravée d’un an supplémentaire. Dans ce dossier, l’OKC, quelques-uns de ses membres et son chef spirituel Robert Spatz sont prévenus entre autres pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour prise en otage d’enfants.

L’avocat général Jean-François Godbille a requis, au terme d’un réquisitoire de 6 heures, la culpabilité de Robert Spatz pour diverses préventions touchant à la manière dont il a géré l’OKC, une communauté religieuse qu’il avait fondée dans les années 1970 à Bruxelles.

L’avocat général a décrit l’intéressé comme le gourou d’une secte, comme «un imposteur, un escroc, un esclavagiste des temps modernes et un violeur».

Il a soutenu que cet homme avait soutiré des sommes d’argent importantes aux adeptes de l’OKC et avait ensuite blanchi cet argent. Il a aussi considéré qu’il avait contraint les adeptes à travailler bénévolement dans des restaurants et des magasins qui généraient des bénéfices importants.

L’avocat général a également requis une peine de 2 ans de prison avec sursis à l’encontre de Jeanne B., qui a secondé Robert Spatz dans ses activités, et notamment dans ses opérations financières.

Il a ensuite requis la suspension du prononcé concernant l’épouse et le fils de Robert Spatz ainsi qu’un membre de l’OKC qui avait agi comme comptable au sein de celle-ci.

Enfin, l’avocat général a requis la confiscation de tous les biens immobiliers de l’ASBL OKC et de Robert Spatz, estimant qu’ils ont été acquis grâce à des fonds issus d’infractions.

Selon le ministère public, sur le plan des infractions à la législation du travail, il apparaît clairement des rapports d’enquête que les différentes sociétés qui géraient les restaurants et les magasins avaient été créées pour permettre à l’ASBL OKC d’avoir des activités lucratives.

Selon lui, les personnes qui travaillaient dans ces établissements auraient dû être soumises à la législation du travail. Elles auraient dû agir dans le cadre de contrats, bénéficier d’un salaire et d’une assurance maladie-invalidité, car tout montre qu’elles y travaillaient sous les ordres de quelqu’un, «quitte à reverser ensuite une partie de leur salaire sous forme de dons à la communauté OKC», a ajouté l’avocat général.

«Cette façon d’arracher des enfants à leurs parents est d’une violence morale totale»

Le représentant du ministère public a également demandé de déclarer la prévention de prise en otage d’enfants entre 1999 et 2009 établie à charge de l’ASBL OKC, ainsi que celle d’organisation criminelle.

«Cette façon d’arracher des enfants à leurs parents est d’une violence morale totale! On a trompé ces parents, ces adeptes de l’OKC qui auraient tout fait plutôt que perdre leur vie spirituelle. On a abusé de leur crédulité», a-t-il dit.

Enfin, l’avocat général a requis la culpabilité de Robert Spatz pour le viol d’une jeune femme de la communauté OKC. Même si celle-ci s’est par la suite rétractée, affirmant qu’elle était amoureuse de Robert Spatz et qu’elle avait déposé plainte sous le coup de la colère et de la frustration, le contexte de dévoilement des faits est clair, d’après le ministère public.

Le rappel des faits

La communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC), son chef spirituel Robert Spatz et certains de ses membres sont prévenus devant la cour d’appel de Bruxelles pour des délits financiers, des infractions à la législation du travail mais aussi pour des faits de prise en otage d’enfants.

Le second est également prévenu pour abus sexuels sur des filles et des femmes qui faisaient partie de l’OKC.

Cette communauté avait été fondée à Bruxelles en 1972 par Robert Spatz, appelé le Lama Kunzang Dorjé. Cet homme charismatique avait réuni autour de lui de nombreuses personnes en quête de spiritualité, notamment des couples avec enfants, séduits par l’idée d’une vie en communauté.

Malnutrition

Entre les années 1980 et 2000, les enfants des membres avaient été envoyés dans des propriétés de l’OKC au Portugal et en France, notamment au domaine Château-de-Soleils à Castellane en Provence. Certains, constitués partie civile au procès, disent y avoir subi des actes de maltraitance et y avoir souffert de malnutrition.

Pendant ce temps, les parents, eux, travaillaient à Bruxelles dans des restaurants et des magasins de l’OKC sans être payés, selon l’enquête.

Enfin, en 1995, une jeune femme de cette communauté avait affirmé avoir été victime d’abus sexuels du «lama», Robert Spatz. D’autres femmes (mineurs au moment des faits) avaient ensuite dit avoir également été abusées sexuellement par celui-ci.

En 1997, une opération franco-belge avait mené des perquisitions en région bruxelloise et à Castellane. Une enquête appronfondie avait ainsi été entamée pour diverses infractions supposées, du délit financier aux faits de moeurs, et avait débouché sur un renvoi en correctionnelle de la communauté et de certains de ses responsables.

#OKCinfo

Presse : OKC: organisation criminelle ou association de malfaiteurs? @ogyenkun #secte #nuisible #bouddhisme

5 min read

Il va s'en dire que les arguments avancés par Godin, même si bien construit sont une avalanche de mensonges et de détournements de faits et de vérités dans le but unique de dédouaner la OKC, ses responsables et ses membres de la dérive grave entreprise par eux et laissé faire par les parents/membres d'OKC depuis sa constitution jusqu'au perquisition de 1997. Godin aura fait un bon travail, sur le tard pour dissocier OKC de Robert Spatz, mais faisant appel avec RS et ne prenenant ces distances que tardivement il est très clair pour nous que ce stratagème n'a pour but que de donner l'illusion que OKC est hors de l'emprise de son fondateur et créateur: Robert Spatz aka Lama Kunzang. 

Paru dans l'Avenir du 28 Avril 2018

Dans le dossier de la secte, le procureur général a renoncé à plusieurs préventions relatives à une organisation criminelle.

L’enquête sur la secte OKC a commencé en 1997 et ceux, parmi les lecteurs, qui ont perdu le fil, se souviennent peut-être des images spectaculaires de l’assaut donné par une centaine de CRS qui ont escaladé les murs de l’enceinte de l’impressionnant «Château de Soleils», à Castellane, dans le sud de la France. Cette immense propriété appartenait en nom personnel à Robert Spatz, le gourou de la secte, âgé aujourd’hui de 74 ans. Pas moins de 51 enfants sont passés par ce centre de (ré) éducation.

Ce qui vaut à la secte des poursuites du chef de prise d’otages. Car les parents travaillaient bénévolement à Bruxelles dans des restaurants végétariens, ainsi que dans une épicerie, tandis que l’éducation et l’enseignement de leurs enfants étaient pris en charge par les lieutenants de Robert Spatz.

Un empire financier

Derrière les activités visibles de cette communauté, se dissimulait aussi un empire financier et immobilier. D’ailleurs, des ouvriers/employés d’OKC étaient également affectés à l’entretien, à la restauration, voire à la rénovation des immeubles du cheptel immobilier du gourou. Et c’est à travers cet enchevêtrement de sociétés, dont certaines sont logées dans des paradis fiscaux, que le procureur général, Jean-François Godbille, a cru débusquer un gang de loubards financiers, soit, plus juridiquement, une organisation criminelle.

Avec la grande humanité qui le caractérise, le représentant du ministère public a annoncé qu’il ne souhaitait pas mettre à terre les petites gens qui vivent dans cette communauté. De sorte qu’il a conclu à l’acquittement des personnes morales – les entreprises – du chef d’organisation criminelle et qu’il ne requiert pas de confiscations de ce chef-là. C’est un bon point pour la défense, sinon qu’au lieu de se défendre du chef d’organisation criminelle, les plaideurs devront argumenter sur le terrain de l’association de malfaiteurs… Bref, du côté de la défense, Me Luc Godin a plaidé le dépassement du délai raisonnable endéans lequel tout suspect a le droit d’être jugé. De faire valoir qu’à trois reprises, des chambres des mises en accusation ont décrété le non-lieu pour cette raison.

Des chiffres fous!

« Nous sommes 20 ans après les premières inculpations. L’instruction a duré 13 ans. La période infractionnelle s’étend sur 30 ans. Des chiffres fous », a souligné Me Godin. Le plaideur a conclu sur l’inégalité des armes entre les parties poursuivantes et la défense. En effet, au début du procès devant le premier juge, quantité de personnes inconnues sont venues se constituer parties civiles et livrer des récits dantesques à propos de ce qu’ils ont vécu. Par contre, la plupart des témoins réclamés par les prévenus n’ont pas pu être entendus. En conséquence, Me Godin a estimé que le procès était inéquitable…

 

#OKCinfo

Face cachée Les dérives sectaires - Dans les griffes du gourou ‹ + Commentaires

14 min read

Le mois de Novembre à du être encombrant pour RS avec cette petite enquête qui déniche le prédateur de sa cachette secrète à laquelle même ses proches en Espagne à quelques 20 km n'ont pas le droit d'approcher sans sa permission. Le comble du Gourou on va dire...pour l'initiative OKCinfo ce documentaire à été l'occasion d'une belle rigolade, ça reste un énorme plaisir de voir l'abuseur démasqué, dérangé dans sa tanière, hors du contrôle à la minute d'un RS hypcondriaque, parano, malade? non, dangereux? oui, 2 personnes sont encore dans cette maison au minimum et dieu sait ce qu'il peut encore s'y passer depuis toute ces années, malgré le déni formel en 2010 après notre lettre et menace d'aller à la presse.

Dans ce docu on voit pour la première fois vue du ciel la maison personnelle de Robert S. aka Lama Kunzang, accusés de viols et d'abus sexuels sur mineurs, escroquerie, manipulation, plus toute une batteries charges financières et sociales. une affaire qui date de 1997, juste après l'affaire Dutroux pour contextualiser le cadre juridique (ou son délabrement) de l'époque..une instruction de dizaines d'années, bâclée selon notre avis, une procédure judiciaire qui elle même a été largement gérée par RS/OKC d'une manière ou celle ci n'a eu que très peu d'incidence sur ces capacités à lui de vivre dans le luxe et ce documentaire le montre clairement, même avec ces millions gelés RS peut se taper ce train de vie, le tout bâtit sur les avoirs et les valeurs créés par tout les membres passé, présent et absent qui ont croisé la OKC dans le vies.

De plus ce sont les membres qui restent qui ont payé le procè de RS (encore un héritage tiens, et on dit que la OKC a changé?) C'est RS alors ce même soit disant démissionnaire de sa propre ASBL en début 2016 lors du procès qui déclare ne pas contrôler OKC qui va en appel après le procès traînant avec lui les 2 ou 3 fondamentalistes qui manifestement n'ont pas l'intention de rendre à césar ce qui est à césar : c'est à dire, la communauté à la communauté !! et Spatz accusé, condamné, dépossédé, va-nu-pied et condamné selon la loi qu'il a tant appris à contourner, à retarder, à minimiser, à manipuler en fait, très clairement, réussissant sans problème à contourner l'état de siège de la Justice Belge dès 1997 jusqu'à aujourd'hui.

Alors oui, la théorie d'OKC c'est que RS c'est qu'un pauvre érudit moine guerrier fou en mode "crazy wisdom" qui à utiliser sa fortune pour le Bouddhisme en Occident (tout de suite les grands chevaux) un maître qui n'a plus rien, après avoir tout donné. ceci c'est l'apparence financière et digitale, le fingerprint on va dire l'image que RS veut utiliser en appel et à utilisé lors du procès.

La majorité de la fortune de RS est sous forme de cash. elle était détournée des business depuis les années 70, 80, 90, et même après les perquisitions de 1997, en 2003 , le noir partait en douce des business ou du compte interne d'un faux indépendants et après une signature sur un bout de papier, entre deux casseroles de sauces, avant le rush du Midi, hop la signature...ça c'est 2004 ou 2005 même.

Tout ce cash n'a jamais été enregistré dans le circuit financier "normal". Si RS à des fonds sur des comptes en banques, ils proviennent de ces fonds immobiliers, légaux, rentes d'appartements, loyer, etc..le procès à indiqué son compte offshore, son usage de multiples faux noms, ça c'est la façade.

Derrière cela les restaurants, à l'époque, situé entre les années 70 et 2005, le noir sortait des restaurants en cash et après une certaine accumulations se dirigeait vers le sud de l'Espagne, avant même ce palace retrouvé dans ce document vidéo par RTL.

Où que RS passe, des héritages, des donations, des valeurs, des biens se retrouvaient en sa possession et le monsieur à passé 40 ans à exploiter les gens autour de lui. Même son procès est payé par ces victimes. Les parents sont des victimes d'une terrible manipulation, d'un degré tout particulier, touchant toute les sphères de l'individu et même de sa progéniture.

Notre impression est que ces images l'ont dérangé, le dérange encore très probablement, il devrait même déménager prochainement connaissant sa culture du secret. même ces membres en Espagne ne sont pas censé connaître cet endroit, c'est dire du choc et de l’ambiance de la rencontre avec Y. la marâtre, l'ombre ou le trou noir de RS, personne ne le sait ! le fait est que cette femme à assisté et a été présente lors d'abus sexuels perpétrés sur des adolescents, dont des mineurs, et pour certaine d'entre elle, on ne parle pas d'abus sexuels une fois, un viol, un attouchements, on parle de période d'attouchements, de période ou des viols avaient lieux, des périodes, des mois, pendants lesquelles ces abus prenaient places. Et le tout alors que les perquisitions avaient déjà eu lieu..en 98 (c'est pas dans le dossier, mais il récidive déjà) en 2003 il y a l'affaire de Charleroi qui se trouve dans la presse de l'époque..ensuite le monsieur, tranquille, en 2003 alors que peu de temps après en 2005 une nouvelle plainte formelle est posée au dossier, en 2003 donc, RS se barre en Espagne..pepère le mec!

Et la justice belge à ce moment là bhein je comprend pas. j'ai pas de réponse objective. il y a des éléments de réponses technique qui peuvent explique 97-2016 mais c'est complexe. Ce n'est qu'en 2015 qu'on se décide à aller de l'avant et se constituer partie civile en ayant aucune idée de l'implication, la puissance et l'impact par la porte in extremis d'un procès en correctionnels (qui devrait être en assises) 23 jeunes de 2 générations différentes qui rejoignent la dizaine de partie civile de 1997, pour que finalement se tiennent le procès le 4 janvier 2016.

8 mois de procès ( voir menu)

4 ans avec sursis. (une stratégie qui s'est retourné contre la court de justice dans le sens ou au lieux de calmer le pre-weistein RS, mégalo jusqu'au bout celui ci traine la OKC et lui même en appel au lieu de s'incliner et se taire à jamais.

J'espère honnêtement que le prochain juge qui va être chargé de l'appel va faire son travail d'information, de recherche et de jugement au plus haut degré de conscience et d'intégrité parce que si une société ne se protège pas contre ce genre de prédateur, elle peut s'écrouler sous le poids de l"écroulement de la confiance entre les citoyens et les institutions.

On vit une époque sombre dans laquelle des pépites de lumière et d'espoir se manifeste à chaque instant, oui on peut voir la vie en positif mais d'abord il nous faut nettoyer nos démons.

RS doit être condamné, après , après la prise de conscience globale sur la question non seulement de harcèlement sexuel dans le cadre professionnel ou l'abu sexuel; le viol, dans n'importe quel situation doit être traité avec la plus haute importance, alors quand l'abus est perpétré par un prédateur qui détient l'autorité et le rôle de figure affective, spirituelle, même si dévoyé et exploité, l'abus quand il est commis dans ces conditions est d'autant plus graves, d'autant plus révoltants, profonds, jusque dans les fibres les plus intimes de soi même. Se reconstruire, résilience, c'est pas le procès qui résous quelque chose, comme par magie, non, c'est le processus de créer une narrative pour d'abord reconnaître en soi l'abus qui a été commis, d'une forme ou d'une autre. Traces de vies. Travail d'une vie.

C'est inadmissible, 4 ans avec sursis. Dans cette histoire, le temps a été le pire ennemi des victimes, des survivant-e-s et il a été le meilleur ami du prédateur, de l'organisation sous-jacente qui à permis tout cela. 11 viols, c'est pas rien. 1 c'est déjà de trop...en 1997 il y en avait déjà 3. si ma mémoire ne flanche pas..3...alors 11 en tout...dont 3 ou 4 après les perquisitions..dont 1 ou 2 inconnu, donc hors du compte des 11. et puis en fait honnêtement des adultes qui se sont manifesté pendant le procès au moins 2 qui ont aussi subi "une initiation" ou un "moment" avec RS.

Mais ça ne compte pas, parce que ça ne fait pas partie de l'instruction. c'est la pire conclusion qui peut nous tomber dessus lors de l'appel. même alors il en resterait 3 ou 4, et ça ne suffit pas en 2017 ?

Moi je pose la question vraiment au monde politique, judiciaire, policier, fédéral, à tout les niveaux, c'est vraiment normal que ça se passe comme cela un procès, certes complexe, vieux, non-digitalisé pendant la moitié de l'instruction, une enquête qui quand analysée par nos soins démontrent une projection de la réalité de la communauté qui n'est pas très poussée, si ça se trouve Alain L'allemand avait bien plus compris les enjeux et même décris dans une large mesure l'affaire OKC en belgique, à aucun moment la police judiciaire comprend vraiment comment intercepter des enfants issu d'un milieu sectaire.

En fait la génération d'enfant analyser et entendu lors de l'instruction du procès en France, démontre que ceux ci on inconsciemment manipulé les enquêteurs, leur ont vendu une projection, ce qu'il voulait entendre, pas besoin de briefing, la survie du groupe et de la perception qu'il avait de son existence en tant que communauté était en jeu. Aucun enfant ne voulait se retrouver loin de ses amis, ou de sa soeur, les mécanismes de survies sociales et humains en fait se déclenchent et "sauve" l'identité collective au dépend de l'individualité individuelle. c'est un des principes d'une secte.

Mais rien de tout ceci n'est perçu par les enquêteurs, selon eux mon petit frère et ses amis en 1997 sont des enfants sains, en pleine forme, oui ça fait depuis 94-95 au moins que la OKC sait qu'un contrôle est inévitable suite à l'enquête sur les sectes. et donc elle se prépare. un enfant ne comprend pas tout ces enjeux et les quelques adultes sur place avait été isolé des jeunes pour être certains de couper l'influence. c'est bien mais il aurait fallu les rejoindre avec leur parents ou les entourés par des gens qui pouvaient comprendre les besoins de ces enfants ou adolescents. pareils au Portugal ou un policier interroge une partie civile aujourd'hui, mais qui à l'époque n'a jamais été confronté à un policier, à peur pour son logement, son travail, ses études qu'elle fait malgré la pression de RS, bref, juste un scénario qui se trouve être une véritable histoire, la police passe complètement à côté des personnes clefs, à ce moment là hors du contrôle de RS qui ont subi des abus. l'affaire n'est pas européenne, il n'y aucun échange vraiment effectif d'information, en 2016  la police portugaise chargée de l'affaire était consternée d'apprendre que le procès se tenait après 19 ans. L'affaire en France se termine sur un non lieu et les enfants sont même reconnu au dessus de la moyenne en France. le comble.

Personne ne parle de punitions, de jeunes, d'isolement, de manque d'affection, de non-droit pour les enfants, de faim, de punitions, de faim, de froid, pleurer en cachette : parce qu'il faut être fort.

Quand à ma génération, la police ne nous retrouve pas vraiment, confusion de noms tibétains et de noms communs, incapacité de savoir où se trouve le jeune au moments des perquis pour certains, parents qui sur plus de 200 auditions répètent peu ou prou la même chose. Perso je n'arrive qu'en Belgique en 2003, j'arrive à la fin de la période faste de la OKC, au début j'ai aucune idée des abus sexuels, si j'ai subi des maltraitances, de la torture physique et mentale, la séparation, le jeune, le froid, les punitions dans le gel, je n'ai aucune idée des abus sexuels, je veux changer la OKC, en faire une coopérative, je suis jeune, inconscient du nid de vipères qu'est OKC et l'ombre de Spatz et Y en filigrane.

Je suis très mal armé pour changer quoi que ce soit, je connais une partie du monde par mon écran, Internet c'est mon professeur, un ami aussi, c'est la possibilité de créer sans interférence et l'afficher sur les internets pour soi et les autres. c'est une merveilleuse expérience par rapport à mon passé. Je peux apprendre et suivre les tunnels sans fin d'hyperliens et je plonge dans la toile. Dans la ville aussi.

Ce n'est qu'en 2005 que les abus sexuels font scandale dans la OKC. Une partie civile qui à d'abord été stigmatisée, rejetée, oubliée, supporté aussi mais trop peu..l'impact de tout cela n'est pas du tout fini, c'est le présent pour certains et certaines à différents degré, comme pour tout le monde la vie est une épreuve, mais encore plus si les fondements de ta vie sont construit sur des sables mouvants.  

C'est ce qui se passe dans une secte qui débranche le cordon essentiel de l'affection, de la famille, de l'individu au sein d'un tout, et non pas le tout formé d'individu sans le moindre droit d'auto-existence.
 

#OKCinfo

Testimony from an Ogyen Kunzang Choling (OKC) Survivor #sexualabuse #buddhism #rape #meetoo

23 min read

Nyima Dzong in the 80's

The following comment was posted by a Buddhist as a comment after having shared Ben’s powerpoint presentation “40 Years of Abuse in the Name of Dharma by ex-OKC born-kids” on Facebook.

Ben who stands behind this entire thing has a financial interest and is generally against Buddhism. The whole matter is already old and has been judicially negotiated for years. Ben’s goal is to close the center. But the center has nothing more to do with Robert Spatz and has been under the direction of Sechen monastery / Rabjam Rinpoche for years. Pictures of Robert Spatz, his long-life prayers, have long since been removed. Khenpo Tsethen is independent and what is said about him is out of thin air, simply a lie! Have you ever talked with Khenpo, Rabjam Rinpoche or were you in Nyima Dzong? As a monk, would you like to spread lies about Khenpo Tsethen without ever having spoken to him? Do you want to be part of the fact that people, monks lose their homes, and since they have devoted themselves entirely to the Dharma, they do not have a pension and end up in the middle of the age, or end up in the street? You can write about Robert Spatz, but PLEASE leave people out who have nothing to do with him. This article you have posted here contains untruths. Please check it!¹

Here is a response to that comment by a woman who was a child in the OKC.

A little history may help in understanding why this accusation is not only wrong but offensive and hurtful. For the sake of clarity, in this explanation when I speak of the “adults” of OKC I am talking about members who joined the community as adults, of their own free will. When I mention the “children” of OKC, I am referring to those of us who were either born into OKC or brought to the community by our parents when we were small. We are now adults of various ages ranging from the twenties to the forties and doing our best to piece ourselves together while coping with the devastating after-effects of our childhoods in the community. These effects range from trauma to pragmatic issues resulting from a lack of education (most of us were taken out of school at age 14), lack of parental guidance or financial support and difficulties integrating into ordinary society.

OKC was created in 1972 by Robert Spatz and a few others.

Robert Spatz alias Lama Kunzang

Over the next few years it grew into a community with religious centers in several countries. These centers included shops, restaurants and yoga facilities located in cities such as Brussels and Athens and isolated communities such as Nyima-Dzong. At Nyima-Dzong, members lived an alternate lifestyle in isolation from the “outside world” in a group of ancient buildings nestled in a secluded valley in the French Alps. Initially, this was a community of adults, but in the late 70s several families joined the community with small children and the first OKC babies were born on site. Each family was assigned to live in a single room with virtually no furniture other than the ubiquitous little altar bearing a photo of Spatz. We slept on the floor and piled our few belongings in the corners. The community did not have electricity or running water during the early years. We shared communal outhouses and lined up with bowls three times a day for food doled out by the communal kitchen, where food was cooked over a wood-burning stove. For the most part, we ate what we could grow, which meant that most meals consisted of turnips, carrots, and nettles that we picked in the wild, usually boiled without spices or salt. Children took lessons in a one-room schoolhouse tended by one teacher with very limited supplies. We had very little time with our parents, less than when we lived “outside,” because of the rigorous work and prayer schedule that we all followed seven days a week. Meanwhile, Spatz lived in luxury in a huge mansion in Brussels, driving a jaguar from one center to another, and relaxing by drinking wine and listening to Wagner on his yacht. His own children lived in the mansion with him, and were educated in exclusive private schools.

In the early eighties, a new system was announced. Rather than living with their parents, the children would live in dorms. We were triaged into three groups, the “bigs,” who were aged 10-12, the “mediums” who were 5-10, and the “smalls,” who were 2-4. A supervisor was assigned to each group, and there was no need for the parents to interact with their children at all. In fact, parents were under pressure not to interact with their children. Parents were told that they were filled with toxic thoughts and emotions and they were poisoning their children by their presence. If they wanted their children to grow up pure and strong, and to have a chance at enlightenment, it was imperative for them to pull away. Some parents went so far as to turn their heads when encountering a group of children, to avoid crossing eyes with their own child. This burden of becoming the enlightened future of the community fell heavily upon our shoulders as well. As children, we were expected to need nothing, want nothing, to give up our most prized dreams and possessions without complaint, to have no wishes, ambitions, goals, loves or fears. We were supposed to diligently work, study and pray every day without experiencing any emotion or receiving any attention, recognition or approval. However, there were plenty of adults willing to help us get rid of our egos by criticizing, and belittling us, even bullying us and/or taking our possessions. They shut down any complaint with the retort that our egos were talking, always the big egos leading us into shallow and selfish behavior; we should stop with all the self-importance, learn some humility and spend our days praying instead of complaining.

Children at Château de Soleils (Nyima Dzong)

After separating families on site, it was only a small step for Spatz to start literally sending the parents away, usually off to the cities where they could make money for the community by staffing its shops and restaurants, where many of them worked seven days a week without pay. Also, the families already living in Brussels were pressured to send their kids off to live in France. In addition to religious pressure and shaming, Spatz also used tactics such as telling people they were free to leave the community immediately if they were not willing to part from their kids. These were people who had quit their jobs, sold their homes and belongings and severed ties with their families to join the community. They had donated everything they owned and had nowhere to go. One after another, parents made the heartbreaking choice to send their children away to be raised at Nyima-Dzong. Even tiny two and three-years olds fell victim to this forced separation. Parents were only allowed to visit their children at Spatz’s whim. Some parents were allowed to visit twice a year, others once a year, others even less than that. I heard from one girl that she didn’t see her mother for almost three years, so long that she forgot what she looked like and struggled to pick her out in a crowd.

In the 90’s, the number of children living at OKC swelled and the number of adults shrank to just a small group tasked with raising the children. These adults for the most part had no experience with childcare and some of them had mental problems that made them unfit to be trusted with children. These adults were on duty 24 hours a day, seven days a week, with no vacations or holidays, such that even the kindest ones among them were vulnerable to caving under the stress and mistreating children. Also, once Spatz had the parents safely out of the way, he advocated an increasingly harsh lifestyle for the children. The schedule became more rigid, the food sparse to the point where children would steal vegetables from the garden in the dead of night, sitting in the fresh dirt to gobble them down as soon as they pulled them from the ground. Punishments were increasingly harsh. Small children were locked overnight in a shoe closet infested with rats, deprived of food sometimes for multiple days, forced to run endless circles barefoot in the snow and hit with switches. A pedophile ran rampant among the little girls, showering naked with them and slipping his hand under their nightgowns when he put them to bed. Yet another deranged disciple preferred to bully the boys, calling them to his room at night after charging them with small crimes, or sometimes no crime at all, and holding them down after stuffing a dirty handkerchief in their mouth so they wouldn’t make too much noise while he beat them black and blue.

Scenes: Children at Château de Soleils (Nyima Dzong)

When the oldest kids in this group reached their teens and grew rebellious, Spatz separated them from the smaller children and sent them to live in a community in Portugal. In a new twist, he began to include alcohol in his religious ceremonies. Kids were not only invited, but forced to drink, so much that by the end of some prayer sessions there were children throwing up all over the temple and others passed out on the floor who were unceremoniously piled into a cart and dumped in their rooms to recover. These teenagers were taught to fight, and told that they were in training to fight for their lives in an upcoming war that would bring an end to the world as we know it. Around this time Spatz also went through a Gypsy phase, where he traveled cross country in caravans with select members of the community, including teenage girls, partying along the way.

Screenshot from the video: Anniversaire Robert Spatz 13avril2001.mp4
(The children in this image are of another generation than the author of this post.)

As for me, I am one of the older children in the group. My family joined this community in the late 70s, when I was a small child. I was taken out of school at 14 and for the next three years I was routinely sexually abused by Spatz. I want to be clear that this was not a relationship that had even the pretense of being consensual; Spatz procured my obedience with trickery, intimidation and outright threats of harm to both me and members of my family. As a child, I used to look up to Spatz and think of him as a kind, fatherly figure, but during those three years I learned to hate him, so much so that I would feel sick to my stomach at the sound of his car pulling up to the building. In the face of total parental abdication, I had no-one to turn to. Spatz had full control over my fate. For all practical purposes, I was a captive, forbidden to leave the community even for brief visits to family members outside.

In the end, my older brother is the one who offered me a means of escape, when I was 17. I am one of the fortunate few who had some financial support from my family after I got out. Although it wasn’t easy, I managed to go back to school and get a college degree. I wanted to forget what I lived through at Nyima-Dzong and I tried hard to do so, but I found out that something more than willpower is required to heal from such an experience. Also, I was always worried about the children I had left behind, especially the younger girls. I worried that by escaping I had left behind a void that Spatz would simply fill with the next youngest girl. As it turns out, I was only half right – Spatz had already moved on to a couple of the next youngest girls long before I left, after taking the precaution of having his disciples move me away from Nyima-Dzong to a different location, so that I wouldn’t notice what he was doing.

It took me years to break through the spell of secrecy and speak up about Spatz, but I finally brought criminal and civil complaints against him in 1998. I found out later that three other women had done the same. After making these complaints I received a call from a woman in the community that I had loved as a child and for a second I thought she had called to tell me that she was sad or upset to hear about what happened to me. But that wasn’t it at all. She wanted me to drop the charges against Spatz because she was afraid that he would be sent to prison and the community would be shut down. People would be put out on the street, with no money and nowhere to go. What happened to me was in the past, she said, so couldn’t I just let it go instead of moving forward with a lawsuit that might ruin the lives of many innocent people? When I asked about other girls, she glossed over the question. I hung up feeling hurt by her indifference, and also wondering for the first time if the huge secret that I thought I had guarded for years was actually not a secret at all. The thought crossed my mind that perhaps some of Spatz’s disciples didn’t mind offering up a girl to Spatz every now and then in exchange for his continued patronage and support of the community.

I stood firm, but other disciples approached my family with the same logic, asking them to stop me from wreaking havoc on the community, and they fell prey to guilt. My mother pressured me to stop. My brother, who had been my only ally for years, told me that he wished me the best but he could not support what I was doing because he was worried about the fate of friends and family members still in the community. I tried to tell them that this was just a story that the community was using to manipulate them. Personally, I thought it was a little sick for the adults to purchase their religious blessings and financial security at the cost of their children’s suffering. Plus, I never believed that Spatz would support these people in their old age, as they expected him to do. It was because of Spatz that these people were destitute – he was the one who convinced them to donate everything to him and live in poverty while he freely spent the money he gathered. But I realized over time that the two of them were ashamed of my actions and felt guilty by association. They came back from visits to the community acting surprised and grateful that people were willing to talk to them despite what I had done. Ridiculously, it became a situation where my family was persuaded that they needed to protect Spatz and OKC from me, rather than the other way around. My brother eventually succumbed to guilt and wrote a letter to the Belgian police in 1998 suggesting that they ought not believe my story. He didn’t have the courage to tell me about this betrayal – I found out about it at the trial last year when Spatz’s lawyers tried to use it as evidence to discredit me. I know that my mother and brother both love me and that, at the time, they acted out of confusion, and under the influence of religious manipulation. I love them as well, and aside from issues related to OKC they have been the best mother and brother I could wish for. The trial last year stirred up all these issues and precipitated some long discussions among us and I am grateful that they have come to understand the situation more clearly and support me in what I am doing. The point I want to make is not to criticize them, but to show how insidious religious brainwashing can be, to the extent of turning loving family members against each other.

I’m sharing this story not to talk about myself but because it echoes the experience of the other OKC children. This worn out theme has been trotted out over and over again for 20 years now: OKC is a charming community filled with good people who will be provided with financial support and loving care in their elder years – but this wondrous existence is on the brink of being ruined by the selfish headstrong children of OKC who think only about themselves. OKC used this story for years to stop the younger generation of OKC from speaking up. It’s an effective tactic to use on kids who were raised to disregard their own well-being and avoid selfishness like the plague. For the most part, the OKC children who decided to testify at trial went through a very difficult personal struggle because of these accusations, and some of them backed out (despite suffering horrific abuse) because they couldn’t handle the guilt trip or disapproval of their parents. And many of them have family members who fell victim to the same guilt trips as my own family, and made statements to the police or tribunal trying to discredit them. These are family members of abused children! Cousins, uncles, siblings, parents knowingly undermining these children in an effort to protect Spatz and OKC.

 

In truth, Spatz created a network of companies that manage all money, people and assets related to OKC. The Belgian tribunal found that these companies, even the ones styled as non-profits and religious organizations, actually operated for the financial benefit of Spatz, rather than the community or the disciples. Money has been laundered back and forth between these companies over the years to the detriment of the people that they are supposed to benefit. How does one man manage to control the finances of multiple organizations and the lives of multiple people? Through his closest, most loyal disciples, who I think of as his “lieutenants.” During the trial, some of the former OKC disciples tried to seize control of the Belgian OKC organization away from Spatz. They were successful in getting him to retire as officer of the company, but his lieutenants then intimidated the group into submitting to Spatz’s continued control. Spatz’s lieutenants are the officers of some of the other OKC-related organizations. They still live in his centers – I know of at least one who still lives at Nyima-Dzong.

I don’t know anything about the Kenpo, but I assume he is financed by OKC Belgium or OKC France, both of which are still controlled by Spatz most loyal disciples. And, while OKC may have removed Spatz’ photo from their website, the photo still sits on its throne in the temple at Nyima-Dzong.

Circling back to the original accusation, I am troubled by the premise that the members of OKC should be protected because they have “nothing to do” with the wrongs perpetrated by Spatz. This is a fiction that lives on in part because, contrary to accusations, the OKC children are absurdly compassionate and forgiving. Most of the OKC disciples were complicit in one way or another in the abuse and neglect of the community’s children. Those that were not complicit are at the very least guilty of turning a blind eye in a situation where a compassionate human would ordinarily be expected to lend a hand. We (the OKC children) know that the adults were deceived and indoctrinated by Spatz and we know that he had a terrible way of twisting the truth and the religion, making acts of kindness seem like crimes, and crimes like acts of kindness. So we forgive the people who beat, neglected and mistreated us, or led us to his bedroom in the dead of night, choosing instead to focus on Spatz as the ultimate cause of the harm.

It is one thing to forgive the adults; it is quite another thing to engage in the pretense that they are innocent, and yet another thing entirely to attack the children who suffered a lifetime of abuse and accuse these children of selfishness! Make no mistake, some of these adults did terrible things. To give one example among many: one girl testified at trial that when she was 12 Spatz “gave” her as a girlfriend to a young man that he favored, and sent them off to travel with his gypsy caravan. One night, this older boy drank too much while partying with the adults and hauled the girl into his caravan, where he raped her. When he passed out she emerged from the caravan crying and went to sit by the campfire where she announced “I’ve just been raped, does anyone even care?” There was an awkward pause, and that’s the end of the story. No-one did a thing. This girl brought charges against Spatz for sexually assaulting her a year later, but insisted that she did not want to bring charges against the boy who raped her because she felt that he had been twisted and abused by Spatz as well and he had suffered enough. She also forgave the adults who allowed the boy to get drunk and haul her into a caravan, and who took no action after finding out about the rape – going so far as to refuse to disclose their names in order to protect them. Why? Because she feels pity for them, because she knows as we all do that Spatz hurt and controlled everyone. The boys chose to forgive the sick, twisted individual who came up with pretenses to beat them violently. And all the children have forgiven the parents who neglected and abandoned them.

Since there have also been accusations directly against Ben, I feel the need to point out that he is acting on behalf of a group of 25-30 former OKC kids, many of whom are still Buddhists themselves, and most of whom were plaintiffs in the trial against OKC. Any attack on Ben is, practically speaking, an attack on all of the OKC children. Speaking for the younger generation, right now what the children need is a little compassion and support from the world in light of the traumas that they have lived through and the life challenges that they currently face. To continue to attack them is simply cruel. Many of these kids have a parent who is still in OKC, or halfway in. And all of the kids are concerned about the financial well-being of the remaining members. No-one wants to see these people on the street! But most of these children believe, like I do, that Spatz has no intent to provide for his disciples in their old age. Spatz has sucked people dry over the years, to the point of half-starving children and depriving even terminally ill disciples of medical care. Anyone who believes that Spatz will generously take care of his disciples once they have nothing more to give him is sadly naïve. If Spatz was truly concerned, he could take action right now by setting up individual pensions for his disciples using the money he has hoarded for himself all of these years. Why focus the blame on the children instead of on Spatz, who has been found guilty of violating employment laws and appropriating the community’s money for his personal use?

In fact, the OKC children have had endless discussions about how to deal with the problem of elders aging in the community with no savings or accumulated social security. For this reason, we all supported the people trying to take OKC away from Spatz and hoped they would be successful. And if they had been successful and OKC was truly and irrevocably free from Spatz and his lieutenants, we would support OKC. I believe that most of us would like nothing more than to see Spatz’s disciples recreate a Buddhist community independent of Spatz and make it thrive. But we will not support an OKC that continues to dominate and mistreat people, and funnel money to Spatz.

Incidentally, the tribunal appeared to be concerned for the well-being of aging disciples as well. The court’s solution was to seize Spatz’s assets and create a fund to use as an alternative to social security for all of the adults who worked undeclared and without pay for OKC for most of their lives. That solution in my opinion is also better than letting things rock on as they are, which will result in financial hardship to everyone but Spatz and his most loyal lieutenants in the end. My only fear (which I believe is shared by some of the other children) is that there are adults so deeply entranced by Spatz that they will turn around and give the money right back to him.

The 20-year-old lawsuit against Spatz is not over. The case finally went to trial in 2016, and now it is on appeal, and we are all still holding our breath waiting for the final outcome. Nothing is over or resolved – not yet.


¹ Ben made clear that his goal is not to close the center. He is the spokes person of 23 civil parties, some of the older generations of youngsters (now adults) from OKC. There are now 170 charges against OKC by the Belgian Justice system. Eleven sexual abuse cases were presented in front of the court. In total there are 46 civil parties, some from the 1997 inquiry and all the others from the trial in 2016. A detailed clarification by Ben will be posted soon on this blog.

If you want to financially support the court case of the victims against Robert Spatz, you can donate via the Aide aux victimes de Robert Spatz GoFundMe Campaign.

 

#OKCinfo

Guru et disciple dans le vajrayana - Par Dzongsar Jamyang Khyentse

76 min read

OKCinfo does not endorse, support or agree with this article, it is the sole opinion of DJKR, we are rather ignoring the Vajrayana word-salad & instead reproduce this text here so that everyone can make his own opinion on how so called Buddhist "masters" manage their crisis communication by protecting the abuser and blaming the victims.


source : Dzongsar Jamyang Khyentse
traduction : MC

J’ai écrit le texte suivant en réponse à nombre de sollicitations, incluant celles de la presse, de mon opinion sur la situation actuelle de la sangha de Rigpa à propos de la conduite de Sogyal Rinpoche.

Je n’ai répondu à aucune des questions posées par la presse jusqu’à maintenant, car ce que je veux dire ne peut être publié ou altéré de quelque façon que ce soit. Malheureusement les journalistes coupent toujours les textes, puis sélectionnent et choisissent des bouts qui s’intègrent à leurs idées préconçues. Si vous ne me croyez pas, passez juste 5 minutes à regarder CNN, Fox News, Al-Jazeera, le New York Times, le Guardian ou le Breitbart News network. Vous découvrirez rapidement la nature de la « liberté d’expression » dans notre société moderne. Malheureusement, la plupart des magazines et bulletins bouddhistes ne sont guère différents.

Donc, voici ce que je veux dire, non coupé et inédit.

Veuillez SVP, vous munir de patience et lire le texte en entier du début à la fin ; ce texte doit être lu dans son intégralité et non par morceaux.

En premier lieu, cependant, je sens que je me dois de signaler que ce que je veux vous dire concerne la relation, entre un guru et un élève, spécifique au vajrayana. Car cette sorte de relation est un phénomène vajrayana, j’aimerais pouvoir dire que si vous n’êtes pas un élève du vajrayana, vous n’avez pas à vous préoccuper ni à vous soucier de ce qui suit. Mais je ne le peux. Pourquoi ? Parce que, que vous le vouliez ou pas, le vajrayana est associé au bouddhisme, et en abordant une situation du vajrayana, je ne peux éviter de parler du bouddhisme et de son futur.

Ceci étant dit, je suis sûr que les bouddhistes du Theravada et du Mahayana qui ont été entrainés dans ce débat public par simple association, doivent s’arracher les cheveux de frustration. Je ressens de l’empathie, à votre place, je ressentirais la même chose.

Mais il ya- une chose sur laquelle nous devons être clairs. Il y-a une claire différence entre le rôle de Sogyal Rinpoche en qualité de maître vajrayana et son rôle en tant qu’enseignant bouddhiste public et dirigeant d’une organisation à but non lucratif. Les maîtres vajrayana ne sont pas forcément des personnages publics. Beaucoup ne sont même pas connus comme étant des enseignants bouddhistes- dans le passé, certains maîtres vajrayana gagnaient leur vie comme prostitués ou pêcheurs. Mais à la différence de la relation maitre-disciple d’autres traditions, dans le vajrayana, la connexion entre le guru et l’élève est quelquefois plus personnelle et constante qu’une relation familiale.

Le plus souvent, le contraire est vrai pour les enseignants qui présentent le bouddhisme de manière plus générale. Ces enseignants sont souvent des personnages publics. Dans la plupart des cas, ils ont beaucoup de disciples, et ils sont ainsi que leurs enseignements largement disponibles. Ils peuvent aussi être à la tête de nombre de monastères et d’organisations non lucratives.

Ainsi guru vajrayana et enseignant bouddhiste sont en fait des rôles totalement différents- même quand ces rôles sont tenus par une seule personne. Le sujet de cette discussion est le rôle du maître vajrayana et le rôle de Sogyal Rinpoche en tant que maitre vajrayana et non le rôle de SR directeur spirituel de Rigpa et enseignant bouddhiste public.

La distinction est importante car beaucoup de bouddhistes se demandent comment expliquer ce genre de scandales à leurs amis et proches. Comment parler de ça avec votre petite sœur qui va dans un collège chrétien ? ou avec votre nouveau petit ami non bouddhiste, à qui vous voulez vraiment faire bonne impression mais qui pense déjà que votre ardeur à faire tout ce que ce guru vous demande est étrange. Donc c’est un problème qui devrait être considéré et traité séparément, spécialement à la lumière de la couverture médiatique croissante que la conduite de SR va susciter.

Rien de ce que je vais dire sur le vajrayana en particulier n’est facile à expliquer. En fait, je suis un peu préoccupé par le fait que je vais soulever plus de questions que je n’apporterai de réponses. Et je suis également certain que mes mots seront mal interprétés. Mais j’ai décidé d’essayer d’écrire ceci de toute façon, car il y-a beaucoup de pratiquants du vajrayana qui luttent pour savoir comment considérer la situation actuelle et qui aimeraient examiner les questions que je souhaite soulever.

La relation Maître-disciple

L’université de Nalanda en Inde était une des plus anciennes universités du monde. C’est à Nalanda que, il y-a 1400 ans, les savants confirmèrent qu’il n’existe pas une chose telle que l’atome, ou une particule la plus petite, ou un dieu qui aurait une existence inhérente ; et ces savants auraient éclaté de rire devant les théories actuelles du Big Bang et de la démocratie. Ce que je veux mettre en évidence c’est qu’à l’Université de Nalanda il n’y avait pas de place pour le sentiment ou la dévotion aveugle ou la croyance aveugle.

Narpa était le doyen de cette grande université. Ses accomplissements académiques étaient remarquables mais le laissaient insatisfait. Alors il renonça à son poste prestigieux et se mit en quête d’un maître dont la sagesse outrepasserait sa propre érudition et tout ce qu’il connaissait. Finalement, il rencontra Tilopa, un pêcheur, et cette rencontre marque le début d’un voyage risqué et extrêmement imprévisible.

Parmi maintes tâches inexplicables, Tilopa demanda à Naropa de pincer les fesses d’une princesse en public et de voler de la soupe, ce qui eut pour résultat que Naropa fut passé à tabac. Et pourtant Naropa- bien entraîné au scepticisme- fit de bon cœur tout ce que Tilopa lui demanda sans poser une seule question. Sa récompense fut l’enseignement du Mahamudra, qu’il transmit à ses propres disciples, qui eux-mêmes le transmirent. A travers les siècles, les enseignements du Mahamoudra de la lignée de Naropa ont continué à libérer d’innombrables êtres humains.

Les gens qui chérissent le mahamoudra ne sont pas stupides, ils ne sont ni des flagorneurs, ni sujets à l’idolâtrie.  La lignée Mahamudra de Naropa s’est largement répandue- pas juste auprès de hippies sans emploi, marginaux, asociaux et rebelles, mais aussi à quelques uns des plus grands empereurs du monde. Et le récit de la manière dont Tilopa a donné son enseignement à Naropa a été conté et re-conté. Non comme quelque sorte de légende, mais comme un enseignement et un exemple-un exemple que la plupart des pratiquants vajrayana en herbe désirent imiter. 

La lignée mahamudra de Naropa continue jusqu’à nos jours grâce à de grands marchands Mahamudra de l’extrême Orient, comme Chogyam Trungpa Rinpoche, qui l’a même transporté dans l’Ouest sauvage de l’Amérique.

Il y-a plus de 30 ans, Trungpa Rinpoche ordonnait à ses élèves, incluant d’éminents avocats et dentistes de Boulder, Colorado, de déménager pour l’endroit le plus lugubre de la planète : Halifax, Nova Scotia. Et ils le firent. Dans les temps modernes, un tel ordre équivaut à ordonner à Tilopa de voler de la soupe. Incroyablement, des décades après le décès de Trungpa Rinpoche, ces dentistes et avocats obéissants vivent toujours à Halifax et ont réussi à produire une troisième génération de pratiquants.

Au fait, si jamais vous vous trouvéz entourés de quelques uns de ces pratiquants, ils vous parleront des splendeurs de Trungpa Rinpoche à vous en rabattre les oreilles.

Ce genre de récit- du temps de Naropa à Trungpa Rinpoche au 20ème siècle- est un exemple de la relation guru-disciple dont dépend entièrement la transmission du Mahamudra.

Sogyal Rinpoche a-t-il « mal » agi ?

Récemment, certains élèves de SR, qui se considèrent eux-mêmes comme des pratiquants de la tradition vajrayana, ont prétendu que SR considérait les comportements injurieux comme « moyens habiles » ou « compassion courroucée » dans la tradition de la « folle sagesse ».

De quelque manière que l’on décrive le style d’enseignement de SR, le point clé est que si ses élèves avaient reçu une initiation vajrayana, si au moment où ils l’ont reçue ils étaient complètement conscients que c’était une initiation vajrayana, et si SR s’était assuré qu’ils avaient accompli et adhéraient aux pré-requis nécessaires, alors du point de vue du vajrayana, il n’y-a rien de mal dans les actions ultérieures de SR. (Au fait, initiation comprend l’instruction de pointing out (introduction à la nature de l’esprit) qui est l’initiation vajrayana la plus haute, connue sous le nom de quatrième abisheka)

Franchement, pour un élève de SR qui a reçu abisheka en toute conscience et donc est entré et a cheminé sur la voie du vajrayana, penser à étiqueter les actions de SR comme injurieuses ou critiquer un maitre vajrayana même en privé, sans parler de publiquement et dans la presse, ou simplement révéler que de telles méthodes existent, est une rupture de samaya.

Cela ne veut pas dire, comme cela a été suggéré, que le tantra fournit aux maitres une liste des manières dont les maitres peuvent circonvenir leurs élèves, sexuellement, émotionnellement et financièrement- vous ne trouverez une telle liste dans aucun des tantras. En même temps, un maitre vajrayana utilisera tout moyen pour défier et aller contre l’ego, l’orgueil, l’auto-chérissement et l’esprit dualistique de chaque élève, et pourrait bien terminer par dire à un homme vicieux et obsédé sexuel de se faire moine.

Je suis désolé, mais nous ne pouvons pas contourner les règles sur ce point. Quand à la fois le donneur et le receveur d’une initiation vajrayana sont totalement conscients et clairs sur ce qui se passe, ils doivent tous les deux accepter que la perception pure est la vue et la pratique principale de la voie du vajrayana. Il n’y-a pas la moindre place pour même une once de perception impure.

Mais qu’est ce que la perception pure ? En fin de compte selon le vajrayana, la pratique de la perception pure ne signifie pas seulement voir le guru comme un dieu, ni même comme une déité tantrique. Bien que le vajrayana comprenne notoirement des techniques de visualisation non seulement du guru mais de chaque être sur cette planète et de l’univers comme une déité, le point clé de la perception pure est d’aller totalement au-delà de la perception dualistique et de réaliser l’union de la vacuité et de l’apparence.

Pour dire les choses simplement, la perception pure est la forme la plus élevée de l’entrainement de l’esprit-dag nam byang en tibétain. Dag signifies pur, nang perception et byang entrainer ou s’habituer à.

Ainsi comment fonctionne la perception pure ? En tant qu’élève du vajrayana, si vous regardez SR et pensez qu’il est en surpoids, c’est de la perception impure. Pour essayer de corriger votre perception impure, vous pourriez alors essayer de le visualiser avec le corps de Tom Cruise, mais c’est toujours de la perception impure. Une méthode parmi l’infinité des « méthodes habiles » du vajrayana qui sont utilisées pour déconstruire et démanteler la perception impure, est de visualiser SR avec une tête de cheval, mille bras et 4 jambes. Mais même cette technique doit en fin de compte être transcendée afin de réaliser la perception pure.

En gros, tandis que la perception des élèves demeure impure, le guru qu’ils voient sera une projection basée sur leur projections impures, et donc elle ne peut être qu’imparfaite. La seule manière de changer notre perception impure et de voir le guru comme un être éveillé est par l’entrainement de nos esprits, en utilisant les pratiques de visualisation fournies par la voie du vajrayana.

Aucun enseignement vajrayana ou maitre vajrayana qualifié ne s’attend à ce que les perceptions d’un élève soient complètement pures au moment de son entrée dans la voie du vajrayana. C’est pourquoi les techniques utilisées s’appellent entrainement-et même le mot anglais « entrainement » implique que les erreurs sont inévitables. Mais il ya- un moyen très simple de vérifier vos progrès dans cette pratique. Dans le vajrayana, vous êtes supposé voir non seulement le guru mais vous-mêmes comme une déité. Donc, si, juste après avoir été instruit de votre état de déité, vous sautez le déjeuner et avez faim, cela signifie que votre entrainement est incomplet. Vous serez parfaitement accompli dans votre entrainement à la perception pure une fois que vous aurez réalisé l’union de l’apparence et de la vacuité.

Donc si un élève de SR devait le voir flottant au milieu d’un lac et sur la base de sa perception impure, projeter l’idée qu’il semble se noyer, ce ne serait probablement pas une bonne idée pour cet élève de penser : « Rinpoche est un être éveillé et devrait pouvoir marcher sur l’eau ». Une meilleure pensée serait : « Ceci est ma perception impure ! Rinpoche se manifeste en personne se noyant pour que je puisse accumuler le mérite de le secourir ».

Au fur et à mesure que votre pratique s’améliore, votre perception du guru ne sera plus liée ou limitée par les causes, conditions et résultats qui vous ont fait penser une fois qu’il se noyait. Ceci est l’étape de votre développement spirituel quand vous verrez véritablement le guru extérieur comme le Buddha et serez aussi capable de voir votre propre guru intérieur.

Jusque là, quand votre guru préside un conseil d’administration et qu’il devient évident qu’il n’a aucune information sur un problème, vous ne devriez pas hésiter an tant que membre prudent de ce conseil à lui fournir toutes les informations dont il a besoin. En même temps, en tant qu’élève du vajrayana, vous devez habilement vous rappeler que le guru ne parait inconscient à vos yeux que du fait de votre perception impure, et que en  paraissant nécessiter votre assistance, le guru est en réalité en train de vous donner une opportunité d’accumuler des mérites.

Nous avons tous des habitudes, et c’est l’habitude qui rend inévitable la perception impure. Dès le moment où nous entrons sur le chemin du vajrayana, nous commençons à rompre les samayas-qui sont nos vœux de maintenir une perception pure. C’est pourquoi l’hypothèse que tous les pratiquants vajrayana feront des erreurs fait partie intégrante du chemin du vajrayana. La voie du pratiquant est alors de se confesser immédiatement, exposer et réparer toute perception impure au moment où elle s’élève, et de continuellement aspirer à faire de moins en moins d’erreurs.

C’est cela que signifie garder les vœux de samaya. En fait la pratique du vajrayana ne peut être séparée de garder le samaya/ Il n’y-a pas une chose telle que « gardons nos vœux de samaya et pratiquons donc ».

En fin de compte, une fois  transcendées les possibilités de faire des erreurs et de rompre le samaya, même penser que quelque chose est à confesser ou qu’il existe un confesseur est une rupture de samaya. Dans le Buddhadharma, pas juste le vajrayana, le seul moyen pour chacun de nous de garder tous les samayas, est par la réalisation d’une compréhension parfaite de shunyata.

Si une perception impure-telle que la critique de son guru- est faite de manière délibérée et consciemment, et si cela devient une discussion publique bien organisée et chorégraphiée avec aucune place pour le changement ou la correction, cela constitue une rupture totale de samaya.

Une fois qu’une initiation a été donnée et reçue, ni le guru ni l’élève ne peut continuer à s’analyser réciproquement,- le guru ne peut analyser l’élève et l’élève ne peut analyser le guru. Une fois l’initiation donnée, le guru doit accepter cette personne comme son élève et s’en occuper comme de son propre enfant-même plus (que son propre enfant), en fait, peu importe combien l’élève est énervant, têtu, névrosé ou même criminel. Je sais que vous ne voulez pas entendre ça mais c’est la vue du vajrayana et c’est ce qui est enseigné dans les tantras.

C’est une grosse erreur de spéculer sur la possibilité de continuer à analyser et critiquer le guru après avoir reçu une initiation majeure-en fait c’est une totale erreur. Nous ne pouvons changer la vue fondamentale du vajrayana juste parce que cela ne convient pas aux esprits de quelques activistes libéraux, abrahamiques puritains ou individualistes.

Si vous trouvez que cette vision ne vous convient pas, mais que vous voulez quand même suivre le chemin du Bouddha, vous pouvez essayer plutôt les chemins du Mahayana ou du Sravakayana. Si aucune de ces voies ne marchent pour vous-si vous n’êtes pas confortables avec l’absence de fondement non duelle du bouddhisme-vous feriez aussi bien de suivre une des religions abrahamiques. Ce sont les religions qui suivent un chemin avec une base clairement dualiste et qui disent des choses comme « ne mangez pas de porc, mangez du poisson, et les femmes portent des burqas ». Si l’étiquette « religion » est vraiment trop embarrassante pour vos esprits élitistes et dits progressistes, vous pourriez essayer un genre de sécularisme quasi athéiste, habillé d’éthiques moralistes et gonflé de pharisianisme dogmatique libéral. Ou vous pourriez aveuglément vous autoriser à être avalé par l’angoisse existentialiste, et ensuite être agacé par ceux qui sont égarés par l’espoir.

Et encore, il y en a peut-être parmi vous qui désirent ardemment des enseignements tantriques parce que vous voulez obtenir toutes les réalisations possibles, mais sans souffrir aucune douleur ; ou parce que vous êtes le genre de personne qui a un sens fort de vos prérogatives et aimez éviter les pratiques préliminaires. Ou vous pourriez être très intelligent et vouloir suivre le chemin le plus simple qui amène les résultats les plus rapidement, donc vous essayerez peut-être de contourner le système en coupant dans les virages pour arriver aux plus hauts niveaux d’enseignement du Dzogchen et du Mahamudra plus vite. Ou vous pourriez être un de ceux qui gémissent amèrement quand le guru dit que ce n’est pas le bon moment pour de tels enseignements et alors utilisent le chantage émotionnel intense pour obtenir ce que vous voulez. Si vous tombez dans une de ces catégories, la relation maitre-disciple tout ou rien est ce que vous obtiendrez. Je suis désolé, mais c’est comme ça que les choses sont et je n’y peux rien.

Nous ne pouvons pas modifier la vue du vajrayana ou en inventer une version « modérée » juste pour convenir aux mentalités du 21ème siècle. Si nous le faisions, ce serait comme affirmer qu’en ces temps modernes, nous devrions dire que certains phénomènes composés sont permanents et certains phénomènes ont une existence inhérente- mais nous ne le pouvons pas non plus. La vue est fondamentale au Bouddhadharma et donc à la voie du vajrayana.

Dans le bouddhisme, l’idée générale est que nous entraînons nos esprits pour réaliser la non dualité. Le tantra nous offre la voie la plus profonde pour réaliser la non-dualité à travers la pratique de la pure perception, et dans le vajrayana nous essentialisons ( def : donner une essence) cette pratique en maintenant une perception pure du guru.

En fin de compte, en tant que pratiquants du vajrayana, nous devons exercer la perception pure envers tous les êtres sans exception, ce qui signifie que nous devons l’exercer également à l’égard de Donald Trump et même Hitler. Mais nous ne serons en mesure d’exercer une pure perception de chacun et chaque chose que si nous pouvons d’abord maintenir une pure perception de notre guru. Si vous essayez de conserver l’option de remettre en question, critiquer et analyser-en d’autres mots si vous conservez un peu de perception impure sélective comme une police d’assurance qui vous permet de mettre en doute votre voie même- alors comment réaliserez-vous la cessation de l’esprit dualiste ? Comment sera réalisé le « goût unique » ? Comment réaliserez-vous l’union du samsara et du nirvana ?

Une des pratiques fondamentales du Bouddhisme est de travailler avec nos propres projections. C’est une pratique sur laquelle l’accent est particulièrement mis dans le vajrayana. Je sais que nombre d’entre vous vont faire des yeux ronds et m’accuser de me défiler quand je dis ça, mais tout ce dont ses étudiants critiques accusent Sogyal Rinpoche est basé sur leurs projections. Je sais que c’est difficile à accepter, je sais que cela semble très réel, et même si ce l’est, c’est une projection.

Le point essentiel est ceci : si à la fois disciple et guru sont en toute connaissance conscients de la théorie et pratique du vajrayana, je ne vois rien de mal dans ce que SR a fait à ses soi-disant disciples du vajrayana- spécialement ceux qui sont restés avec lui de nombreuses années. Ces étudiants sont entrés dans la voir du vajrayana volontairement, c’est un périple qu’ils ont choisi d’entreprendre. Du moins, je présume que c’est le cas.

Est ce que des aspects de ce périple vont à l’encontre de règles communément acceptées ? C’est possible. Sont-ils en contradiction avec la manière de penser des humains modernes du 21ème siècle ? Oui. D’un point de vue mondain, une grosse partie du vajrayana est inenvisageable, peut être même criminelle. Si Tilopa vivait de nos jours, il aurait été enfermé depuis belle lurette. Quand on y pense, quelle nation ou culture occidentale se vanterait dans sa littérature de Marpa rossant Milarepa ?  Pourtant, les Tibétains glorifient cette histoire, la tenant pour un des plus glorieux exemples d’une vraie relation de guru à disciple.

Je suppose aussi que ces étudiants critiques de SR ne sont pas allés vers lui en quête de conseils pour atteindre des succès mondains ou pour des thérapies, mais pour trouver comment transcender le monde ordinaire-ce qui implique nécessairement d’aller au-delà de toutes sortes de valeurs mondaines telles que la moralité, le joug de la loi, la responsabilité, la transparence et ainsi de suite. Vous ne pouvez pas laisser un pied fermement ancré dans vos ambitions et zones de confort mondain et vous attendre à être capable de les transcender.

Voici la véritable raison pour laquelle il est dit que le vajrayana est exclusivement pour les disciples de « facultés supérieures »-ce qui dans le contexte, n’a rien à voir avec l’intelligence requise pour obtenir une bourse de Rhodes ou pour être diplômé de Stanford. Une personne avec des « facultés supérieures » est totalement dégouté de la dualité du samsara et du nirvana, rejette les idées de fondamentalisme et de modération, est révolté par l’anarchisme et la moralité, et résolu et sincère dans sa dévotion et la transcendance de la dualité. Et c’est pourquoi les élèves reçoivent tant d’avertissements avant de recevoir des enseignements du vajrayana.

Les disciples de SR étaient-ils avertis ? Les bases nécessaires à l’entrée dans le vajrayana avaient-elles été posées ?

Quiconque avec une once de bon sens sait qu’un avertissement doit être donné avant, et non après l’incident. C’est donc le devoir d’un maitre vajrayana d’avertir les aspirants disciples  de manière répétée et bien en amont de ce dans quoi ils s’engagent. Les élèves doivent être informés de ce qu’ils sont en train d’entreprendre- le schéma complet, pas juste les points forts.

Si SR avait donné ces avertissements, si il avait posé convenablement les bases en enseignant les fondamentaux du bouddhisme, s’il s’était assuré que ses élèves avaient construit une base solide par leurs études et pratiques, et si, avant qu’ils reçoivent leur initiation et enseignement, il les avait informé de la nature du sentier du vajrayana et des conséquences en cas de rupture du samaya, il y-a des chances que cette situation actuelle ne se serait jamais présentée.

Mais je suspecte que ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé. Sur quoi est ce que je fonde mes soupçons ? En partie sur ma connaissance des habitudes tibétaines d’enseignement et aussi sur le peu que je connais des méthodes d’enseignement de SR.

Tout d’abord, de nombreux enseignants tibétains ont encore coutume d’enseigner à des non-tibétains comme s’ils s’adressaient à des tibétains. Au Tibet, le vajrayana n’est pas enseigné de manière aussi secrète qu’en Inde, où l’on insistait de manière répétée sur la nécessité de conserver le secret absolu sur les enseignements et même l’identité du maitre. Même les initiations étaient données en secret, souvent dans des lieux inhabitables comme des cimetières ou des sommets montagneux. C’est tout à fait à l’opposé de la manière dont les lamas tibétains-qui habituellement s’assoient sur d’immenses trônes en face de milliers de personnes- donnent des initiations. 

En Inde, nos prédécesseurs tantriques étaient déjà extrêmement bien informés-Naropa par exemple, savait exactement ce dans quoi il s’engageait. Ce n’était pas le cas la plupart du temps dans l’histoire bouddhiste tibétaine.

L’ironie de l’histoire, c’est que de nos jours les étudiants occidentaux soient si désireux d’imiter les façons de faire tibétaines-habitudes qui, de toute façon ne valent vraiment pas le coût d’être prisées. Deux millénaires avant que la Renaissance européenne amène une nouvelle culture de  questionnement et d’investigation dans le monde moderne, le Bouddha avait déjà mis l’accent et insisté sur le rôle vital que joue l’analyse dans la découverte de la nature de l’esprit. Plus de deux millénaires avant la chute de l’autoritarisme en occident, le Bouddha enseignait : « Vous êtes votre propre maître. Nul n’est votre maître ». Aucun de ces conseils n’a jamais été pris au sérieux au Tibet. Ne pas prendre de tels enseignements au sérieux est une très mauvaise coutume et il n’y-a certainement pas de quoi en être fier.

Les lamas tibétains utilisent souvent des rituels tantriques comme part de manifestations publiques locales, ce qui signifie que les initiations vajrayana côtoient les levages de drapeaux et coupures de rubans (inaugurations). Chez les prédécesseurs du bouddhisme tibétain en Inde, on n’a jamais entendu parler de cette utilisation du tantra ; là-bas, aucune trace de transmission ou de rituel ne pouvait être entrevue avant, pendant ou après leur discrète exécution. Les lamas tibétains se vantent aussi publiquement de leurs gurus, comme s’ils dévoilaient une plaque commémorative. Mais je serais extrêmement surpris d’apprendre que Naropa ait pris quelque effort pour élaborer son CV, ou qu’il ait jamais annoncé publiquement que son guru tantrique était Tilopa.

Il peut être possible de donner des initiations et enseignements vajrayana ouvertement et publiquement en des lieux où les initiés sont totalement dévots, largement analphabètes et n’ont aucune formation académique ou usage de l’analyse. Mais c’est difficile de trouver ce genre de personne dans un monde rempli voire débordant de petits malins. Aussi de nos jours, quand les lamas tibétains pratiquent leur habitude de donner ouvertement des enseignements vajrayana à des non tibétains-en particulier aux occidentaux- mais oublient qu’ils offrent ces disciplines à des lecteurs du New York Times, élevés dans l’analyse critique, entrainés à chérir l’analyse et l’observation, et acclamés pour leur rébellion contre les conventions, il est inévitable que les choses s’effondrent.

En contraste absolu avec les caractéristiques qui marquent les étudiants modernes occidentaux du Dharma, la majorité des disciples tibétains sont culturellement forcés de recevoir des initiations et enseignements comme part de leur mode de vie traditionnel. Peu de tibétains approchent le vajrayana avec la moindre idée de mettre en pratique les analyses correctes et recommandées, et au lieu de cela, s’en remettent à la dévotion aveugle. A ce jour, beaucoup d’entre nous, pas juste SR, nous en tenons à nos usages traditionnels et par conséquent consacrons très peu de temps à donner aux étudiants les avertissements appropriés et à poser les bases nécessaires avant de leur donner initiations et enseignements.

Je connais un peu SR car j’ai visité des centres Rigpa et ai été témoin de leur première installation. Pour être franc, je n’ai vu aucun signe me permettant de penser que les avertissements appropriés aient été donnés, ou que les bases adéquates aient été posées, ou que les enseignements de base aient été donnés convenablement. A plusieurs occasions, il m’a semblé que certains étudiants étaient chrétiens jusqu’à peut-être la veille du jour où ils ont assisté à l’enseignement puis soudain 24 heures après, ils entendaient parler de la dévotion au guru, recevaient des instructions précises et pratiquaient le yoga du guru- c’était aussi extrême que cela.

Si c’est comme cela que cela se passait – si aucun avertissement et aucun entrainement de base n’étaient donnés avant l’enseignement du vajrayana- alors SR est encore plus dans le faux que ses étudiants critiques. Pourquoi ? Parce qu’il est de sa responsabilité de préparer le terrain en accord avec les enseignements et la pratique de base prescrits et bien établis du Vajrayana. Il n’y-a aucun doute que la personne qui a le plus de connaissance, pouvoir et donc responsabilité est aussi la plus coupable quand les obligations ne sont pas respectées.

Comment réagissent les élèves occidentaux

Mais il y-a une chose dans tout cela qui m’interpelle. Les étudiants qui critiquent SR semblent être supérieurement intelligents. Pourquoi donc, n’étaient-ils pas assez intelligents pour examiner et analyser le maître avant de s’engager ? Comment se sont-ils laisser emporter par l’expérience Rigpa, ces brochures en papier glacé et bien élaborées et tout ce tralala ? Et je ne comprends vraiment pas pourquoi ils ont attendu 10 ou même 30 ans avant de dire quoi que ce soit ? Comment se fait-il qu’ils n’aient pas entrevu ces problèmes leur première ou seconde année avec SR ?

Je devrais dire que mon étonnement est mélangé à de la sympathie, car nous humains ne sommes pas seulement sujets de nos intellects, nous sommes remués par nos sentiments. Je peux seulement supposer que ces étudiants étaient peut-être émus et même impressionnés par tout ce qu’ils voyaient à Rigpa ? Peut-être que les brochures en papier glacé, l’encens, les trônes et les chants ont fait leur boulot ? Et bien sur, Rigpa a accueilli de nombreux lamas grandement respectés et illustres, y compris le plus grand d’entre eux, ce qui a scellé la vénération et le respect que ces étudiants ressentaient non seulement pour la tradition globalement, mais pour SR lui-même. En conséquence de l’explosion de sentiments pieux qu’ils ont expérimentée, il a du y avoir peu de place dans leurs esprits pour plus d’analyse, car émotionnellement, ils voulaient juste « faire le saut ». A partir de ce que j’ai vu dans Rigpa, cela pourrait bien être ce qui s’est passé.

Hélas le karma joue aussi un rôle dans tout ceci, n’est ce pas ? Et maintenant que j’ai parlé de karma, je suis sur que certains d’entre vous vont m’accuser de me défiler à nouveau. Néanmoins, la réalité est que tomber amoureux de brochures de papier glacé et du bazar tibétain, être inspiré et touché par l’exotisme tibétain et les espèces en voie de disparition tibétaines, et tout autre chose qui surgit de nos esprits, tout survient des causes et conditions qui sont l’essence du karma.

C’est ainsi et tout ce que je peux faire est de vous encourager à accumuler plus de bon karma pour que nous n’ayons plus à faire face à ce genre de situation dans nos vies. Les sentiments sont karmiques. Et je crains que cette situation ne soit pas réglée tant que le karma n’est pas épuisé.

Si un maitre ou un disciple vajrayana chute, quelles sont les conséquences ?

Si le maître et l’élève ont atteint une réelle compréhension de la voie pratiquée et si les bases nécessaires et appropriées ont été posées et qu’une claire idée des conséquences possibles a été transmise, mais l’élève a toujours une vue erronée et agit en disant du mal et critiquant le maitre, alors, selon le tantra, l’élève subira des conséquences graves et inimaginables.

Mais les mêmes conséquences s’appliquent au maitre. En fait, si le maitre n’a pas posé les bases convenables, si le maitre profite de l’élève physiquement, émotionnellement ou financièrement, et si le maitre donne les plus hauts enseignement du yoga tantrique à ceux qui n’ont pas acquis les bases appropriées et que le résultat est qu’un élève immature rompe les racines du samaya les plus fondamentales, alors le maitre souffrira des conséquences extrêmement graves-conséquences même plus graves et terribles que celles de l’élève.

Si les bases appropriées ont été posées mais que les actions du guru-physiques, verbales, émotionnelles, etc.- n’amènent pas l’élève un chouya plus près de l’éveil, et si les actions du  maitre sont orientées vers le profit personnel, sexe, pouvoir ou la complaisance envers lui-même, il est clair qu’il ne sait pas ce qu’il fait. Il n’est en conséquence et de manière évidente pas un maitre vajrayana, ni même un mahasiddha. Et il devra en subir les graves conséquences.

Quand je dis conséquences graves, Je ne veux pas dire l’étalement dans les médias, ou d’avoir son image ruinée par le scandale, ni même d’être arrêté ou emprisonné. Ce n’est rien ! Les conséquences pour le maître sont bien pires qu’une simple humiliation au sens propre : il terminera dans les enfers vajra. Qu’est ce que l’enfer vajra ?  Il ne s’agit pas simplement d’être ébouillanté avec du fer fondu ou frit par les gardiens de l’enfer- ce qui en fait apparait plutôt confortable en comparaison. Le caractère insupportablement horrible de l’enfer vajra est qu’une fois là, vous  n’entendrez jamais parler des enseignements sur la cause et les conditions interdépendantes, shunyata et le reste, pendant des éons, des éons et des éons. Un millier de Bouddhas pourront apparaitre et disparaitre, mais dans l’enfer vajra, vous n’en entendrez jamais parler, ni de leurs enseignements.

Si l’action d’un maître abime l’image du Buddhadharma, ou gâche l’appétit de dharma d’un étudiant débutant, ou si la graine de l’aspiration qui guide juste une personne à suivre le dharma est irrévocablement détruite, les conséquences en sont si terribles qu’elles sont inexprimables.

Peu de gens semblent savoir comme il est difficile d’être un disciple du vajrayana, mais presque personne ne sait qu’il est encore plus difficile d’être un maitre du vajrayana. Je pense que l’ignorance affligeante et largement répandue de ces conséquences est la raison pour laquelle tant de gens se lancent dans le job de guru-même les sécularistes non-religieux. Mais quand l’occasion se présente, ces soi-disant gurus servent l’indignité de la même manière que les personnes ordinaires. Si les gens savaient à quel point le job de guru est précaire et dangereux en réalité, je doute que quiconque en voudrait. 

Le prestige même d’un guru et tous les avantages dont il jouit apparemment, sont à la mesure du grand nombre d’occasions pour le guru de tromper et d’être trompé en comparaison de celles des élèves. Comme Parul Rinpoche le dit dans « The words of my perfect teacher », quand un élève offre un simple centime ou fait n’importe quel effort, aussi petit soit-il, pour montrer du respect au maitre-en se levant quand le maitre entre dans une pièce, ou en s’inclinant devant lui, ou en le laissant passer-il y-a des résultats ; et si le soi-disant maitre vajrayana n’est pas éveillé, il ou elle n’est pas au-dessus des dettes karmiques que ces offrandes créent.

Bien sur, idéalement, un maitre vajrayana devrait être un être éveillé. Mais la réalité est que de nombreux  maitres vajrayana pourraient ne pas l’être, et cependant pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le profit personnel, la célébrité et le pouvoir, ils prennent ce rôle. Certains l’assument par nécessité. Ou quand les enseignements doivent être maintenus sinon la lignée risque d’être interrompue, ils acceptent  le rôle de maitre vajrayana par amour pour les enseignements eux-mêmes. A la base, s’ils se trouvent sans autre choix que de transmettre ces précieux enseignements, alors avec une réelle réticence, ils deviennent maitres vajrayana.

Donc un maitre éveillé devrait être libre d’illusions. Il doit savoir en lui-même qu’il n’est pas éveillé, et il ne devrait jamais se mentir en clamant qu’il l’est. En tant qu’élève cependant, vous devez voir votre maitre vajrayana comme un être éveillé. Ceci est le choix que vous devez faire. Mais cela ne contredit-il pas les paroles du Bouddha quand il dit : «  Vous êtes votre propre maître ; Nul autre n’est votre maître » ? Non, car vous êtes celui qui fait ce choix.

Un maitre vajrayana n’est absolument pas un mahasiddha s’il est touché par le scandale, s’il craint la honte publique et a peur d’être jeté en prison. Il n’est pas non plus un mahasiddha s’il craint de perdre des disciples. Un véritable mahasiddha, comme Marpa ou Tilopa, ne s’en préoccuperait pas le moins du monde, ni n’accorderait une pensée à l’idée d’être jeté en prison. Et un mahasiddha n’éprouverait certainement jamais le besoin de s’excuser pour aucune de ses actions, car tout ce qu’il fait l’est par compassion.

D’un autre côté, si votre maitre vajrayana n’est pas un mahasiddha et non seulement il bat ses propres élèves mais aussi des personnes au hasard dans la rue, préfère la merde à la nourriture gastronomique, déchire les billets de 100$, porte une valise pleine de ballons de foot ou de sable, est allumé aussi bien par un mec ou une femme rock et sexy, parle charabia, et ne vous guide pas sur une voie qui possède une vue, méditation et action ou une base, voie et accomplissement, alors il est tout simplement fou à lier.

Mais que faire si un maitre vajrayana n’est ni un mahasidddha ni un fou, que devrait-il faire ? Il devrait se comporter « de manière décente ».

Eveillé ou pas, un maitre vajrayana aura étudié de nombreux enseignements et techniques, précieux et profonds. A présent enseignant, il peut partager ce qu’il a appris avec des élèves sincères et dévots. Il sait qu’en utilisant ces enseignements et techniques transmises par ses maitres, il y-a toute possibilité que ses disciples atteignent l’éveil avant lui. Donc il a de bonnes raisons de se comporter décemment et de ne pas profiter de ceux qui ont tout remis entre ses mains. Quoique ses élèves aient sacrifié et offert -temps, argent, offrandes, respect, peu importe- il doit l’utiliser pour les aider. S’il allume une lampe en face d’une statue d’un Bouddha avec de réelles aspirations pour ses élèves, cela fera l’affaire.

Être décent signifie aussi que le maitre vajrayana doit connaitre les limites de ses étudiants – ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas supporter. Pour ce faire, il doit simplement utiliser son bon sens et se demander quelles sont ses propres limites. Que lui aurait demandé par exemple son propre maitre vajrayana de faire ? Si le maitre vajrayana de SR lui avait demandé de prendre des vœux de célibat, l’aurait-il fait ?

Toujours obéir aux ordres du guru est difficile. Par chance, aucun de mes maitres vajrayana ne m’a jamais demandé de faire quelque chose que j’aurais trouvé difficile à réaliser – je suis pratiquement certain qu’ils savaient qu’il me manquait la capacité de faire absolument tout ce qu’ils me demandaient.

Tout au moins, un maitre vajrayana doit toujours évaluer les conséquences de ses actions. En particulier, il devrait se demander si ses actions pourraient détourner des personnes du Bouddadharma en général et du vajrayana en particulier. Et un maitre vajrayana éveillé mais décent doit toujours se rappeler de faire la différence entre l’absence de peur de la « folle sagesse » et la stupidité de « on ne m’attrapera jamais » !

Perdu dans les traductions : Mauvaise interprétation des signes culturels

De mon propre point de vue limité, et d’après mon expérience de la proximité d’amis occidentaux depuis plusieurs décades, je dirais qu’un seul lama a vraiment compris la culture occidentale et agi sur elle de manière appropriée, Chogyam Trungpa Rinpoche.

La plupart des lamas tibétains, comme je l’ai dit plus tôt, enseignent aux non-tibétains de la même manière qu’ils le feraient avec des tibétains. Dans ce processus, ils essaient de faire l’impossible en transformant des élèves occidentaux en tibétains. Croyez le ou pas, j’ai rencontré des gens qui croient véritablement que la seule manière d’étudier et pratiquer le dharma est en apprenant le tibétain, en chantant à la manière tibétaine, en disant les prières en tibétain, et même en portant des habits traditionnels tibétains.

J’ai aussi remarqué que des lamas tibétains passaient beaucoup de temps à apprendre à leurs élèves des traditions tibétaines qui n’ont rien à voir avec le dharma. Je ne serais pas surpris si, ce faisant, certains lamas avaient conduit leurs élèves occidentaux à croire qu’ils ne pouvaient atteindre l’éveil qu’en étant tibétain.

Si le bouddhadharma en général et le vajrayana en particulier doivent être transmis et enseignés à des non-tibétains, il est important qu’il y-ait une compréhension culturelle appropriée entre l’enseignant et l’élève qui permette une transmission exacte et précise du véritable dharma. Ceci est difficile mais absolument nécessaire.

La culture après tout, ce n’est qu’une habitude et les habitudes sont la manifestation fondamentale de l’ignorance. Il est donc totalement injuste de blâmer le système vajrayana lorsque lamas et étudiants ne suivent pas les procédures vajrayana, parce qu’ils préfèrent s’appuyer sur leurs présomptions et habitudes culturelles- ce qui je le crains, est le cas de la plupart des lamas.

Le système Vajrayana lui-même établit très clairement toutes les procédures nécessaires. Presque toutes les initiations importantes- même la première des 4 initiations habituelles- sont précédées d’au moins 6 avertissements. Ces avertissements comprennent des instructions à à-propos du lama montrant le vajra, donnant l’eau du serment, et plus. Mais lequel d’entre nous lamas soulignons ces avertissements ?

Quand les lamas tibétains donnent des initiations aux tibétains et bhoutanais, la plupart des récipiendaires n’ont aucune idée de ce qui se passe, et très peu s’en préoccupent. Dans l’ensemble, les lamas tibétains considèrent comme acquis que les étudiants occidentaux ont la même attitude. Ces lamas donnent quelquefois des initiations à des milliers d’élèves en même temps, mais trop souvent les élèves ne savent pas ce qu’ils reçoivent, encore moins ce que le rituel signifie, car les avertissements vajrayana sont simplement lus à voix haute et laissés sans explication.

Pour être honnête, une part de responsabilité en revient aux élèves occidentaux, qui sont quelquefois plus intéressés à paraitre et parler comme des tibétains qu’à pratiquer le dharma. S’ils sont tibétologistes, activistes qui aspirent à être les sauveurs de la culture tibétaine, alors c’est la façon de faire- et je suppose qu’il peut y avoir un intérêt.

Mais nous parlons ici de Bouddhadharma, et le Bouddhadharma est au-delà de la « culture » et du « pays ». Par conséquent si vous vous intéressez à atteindre le soi-disant éveil, si vous voulez être « réveillé » et libéré de toutes les souillures et des effets des souillures, alors il est évident que vous devez aller complètement au-delà de la culture- même les cultures de manger du curry, mâcher de la tsampa et boire du café.

Si nous devons démêler les confusions-qui, comme je l’ai dit, perdureront probablement un moment, des distinctions claires entre Dharma et culture doivent être faites. Quand je considère la génération future de lamas et comment ils se manifestent actuellement, je dois le dire, je ne vois pas la moindre lueur de prise de conscience de ce problème parmi eux.

On m’a dit que Chogyam Trungpa Rinpoche faisait faire des pratiques de méditation assise- shamatha-  pendant plusieurs années Il leur faisait aussi étudier les enseignements du Sravakayana et du Mahayana en détail, les passant des années en préparation avant qu’il leur soit accordé initiations ou instructions précises. Trungpa Rinpoche est allé jusqu’à créer le phénomène Shambhala- enseignement et pratique Shambhala- pour s’assurer que ses étudiants étaient vraiment bien préparés au Bouddhadharma.

Toutes les procédures préparatoires prescrites sont importantes. Rappelez-vous, Naropa était déjà le doyen de l’université Nalanda avant qu’il essaie de trouver son guru- en d’autres mots, il était pleinement préparé.

Avertissements directs qui ont été mal interprétés

Un autre facteur qui rajoute de la complexité à la situation actuelle est que, si familiers que soient les étudiants au conseil qu’ils doivent analyser et tester le guru avant d’être son élève- et même quand les avertissements directs leur sont donnés- une part de l’être humain est que nous ne voulons pas entendre, spécialement quand nous avons été atteints par la flèche de l’inspiration. Cela signifie qu’en pratique, dans les rares occasions où les avertissements convenables sont donnés, la plupart des gens n’écoutent pas. Quelques uns n’entendent même pas  les mots d’avertissement. Pour la plupart d’entre nous, humains, la capacité d’écouter et d’entendre véritablement n’est pas facile à acquérir.

Malheureusement, avertir les personnes de danger ou trouble potentiel  peut aboutir à créer encore plus de problèmes. J’ai été très franc avec une jeune femme fraichement débarquée dans le dharma et suggéré qu’elle évite un jeune lama en particulier à cause du peu que je savais de lui. Mon conseil était sincère et désintéressé. Je n’étais pas seulement préoccupé pour elle mais aussi pour le jeune Rinpoche et pour le Bouddhadharma. Mais elle ne prit pas bien mon conseil- en fait, elle le prit très mal. A ses yeux, j’étais dominateur, possessif et jaloux. Bien sur, beaucoup de jeunes gens ont une nature rebelle et souvent font le contraire  de ce que vous leur suggérez. Mais dans ce cas-ci, elle  répéta tout au jeune lama, et le résultat fut la rupture des relations entre le lama et moi. Ceci est très regrettable.

Quelque chose de similaire m’est arrivé quand un élève s’est plaint auprès de mi de la manière dont son guru lui demandait constamment de lui acheter des choses – montres Rolex très chères, voitures, antiquités etc. Au moment où elle est venue me voir, elle lui avait déjà acheté plein de choses, mais maintenant, disait-elle, elle ne pouvait tenir le coup à cause de ses obligations financières envers sa famille. Je répondis, que de manière générale, si en sa qualité d’étudiant, elle voulait vraiment offrir des cadeaux onéreux à son maitre, elle devrait en faire autant qu’elle pouvait, aussi longtemps que possible. Mais que si elle ressentait le moindre embarras dans ce qu’elle faisait, elle devrait s’adresser directement à son guru pour lui faire part de son souci plutôt qu’à moi. Ainsi elle en parla à son maitre. Malheureusement, elle mentionna aussi que j’étais celui qui lui avait conseillé de s’adresser directement à lui et depuis ce jour, on ne s’est plus adressé la parole. Donner des conseils est risqué.

Qu’en serait-il si, des années de cela, j’avais averti les étudiants de Rigpa à l’origine de la lettre critiquant SR, d’examiner et d’analyser soigneusement leur maitre avant de devenir ses disciples. M’auraient-ils écouté ? J’en doute. Au pire, un avertissement franc aurait abouti à des incompréhensions majeures  et de graves conflits-  ce qu’en tant qu’être humain, je désire surement éviter. Je me rappelle aussi de réactions très sur la défensive d’élèves Rigpa après une plaisanterie que j’ai faite sur  l’attirail tibétain excessif que j’ai vu dans les centres Rigpa.

Mais qu’en serait-il si je m’étais fait l’avocat du diable ? Si j’avais non seulement conseillé à ces étudiants  de tester et analyser leur guru, mais si j’étais allé plus loin et dit : « SR vous a présenté tant de véritables grands maitres du Vajrayana. Pourquoi avez-vous  choisi de continuer à le suivre  plutôt qu’un de ces grands maitres ? »

Qu’en serait-il si j’avais posé la question : « A part ce que SR vous en a dit, quelle preuve avez-vous qu’il soit totalement et convenablement qualifié ? Il n’était qu’un enfant quand il a reçu des enseignements de Jamyang Khyentse Chökyi Lodro- le saviez-vous ? Saviez-vous qu’il n’avait que 10 ou 12 ans quand Jamyang Khyentse Chökyi Lodro est décédé ? Saviez-vous qu’il est allé dans une école catholique à Kalimpong et ensuite à l’université de Delhi ? Alors quand a t-il réalisé sa formation ?

Et si j’avais demandé : « Avez-vous vu des tibétains s’agglutiner aux enseignements de SR ? Les Tibétains sont toujours très polis en face mais savez-vous ce qu’ils pensent réellement ? Peut-être qu’en dépit du fait qu’ils savent que SR n’a pas été convenablement qualifié, ils sont polis avec SR parce qu’ils suivent les coutumes tibétaines »

Et si j’avais soulevé de telles questions ? Les étudiants présentement si critiques à l’égard de SR m’auraient-ils écouté ? Je ne parle pas que de SR. Et si j’avais soulevé de telles questions à propos d’autres lamas, rinpoches et khenpos ?

Le karma fait si souvent que l’on sape l’analyse et néglige les avertissements. Et bien sur, les liens et dettes karmiques jouent leur rôle, incluant les  erreurs d’interprétations continuelles des signes culturels- par exemple, quoique les tibétains pensent les uns des autres, ils se comportent toujours publiquement poliment, ce que de nombreux occidentaux confondent avec une confirmation de grande considération.

Les Tibétains et les Bhoutanais – et moi-même je suis un hybride tibétain-bouthanais- ont complètement mariné dans beaucoup d’habitudes culturelles. Je dois admettre, que le plus souvent, quand il s’agit de discuter franchement et honnêtement de ces importants problèmes, ces habitudes  sont vraiment gênantes. Les gens comme moi pensent que nous devons agir de manière humble et ne faisons pas souvent la différence entre être humble et ne pas être franc. Mais l’habitude de l’humilité sert souvent un but et peut, par exemple éviter des disputes inutiles. Personnellement, je conserverais cette approche, en partie par habitude et en partie pour éviter les ennuis- et en tant qu’êtres humains, la plupart d’entre nous essaieraient d’éviter les ennuis si nous le pouvons.

Bien sur, les lamas souvent ne disent pas ouvertement certaines choses car leurs mots ont été dans le passé mal rapportés, mal cités et coupés et publiés pour signifier totalement autre chose- les lamas sont souvent mal présentés de différents manières. Donc pouvoir dire réellement ce qu’ils pensent peut être problématique.

Fondamentalement, comme je l’ai dit plus haut, prévenir les gens de la manière de choisir leur guru est une des choses  les plus difficiles qu’un lama puisse faire. Mais si nous nous retenons d’avertir ouvertement les étudiants, comment en éviter les conséquences ?

A périodes différents, défis différents

J’ai reçu les abishekas d’environ 30 lamas, mais je ne peux pas me vanter de les avoir tous complètement analysés. Pour être totalement honnête, je suis un de ces tibétains qui sautent sur les initiations sans prendre le temps de bien examiner l’instructeur. Mais avant que de me décider à recevoir une initiation ou enseignement particulier d’un lama, je me rappelle fermement d’utiliser mon bon sens.

Une méthode que vous pouvez utiliser pour choisir de quels lamas recevoir les initiations est très semblable à la manière que vous utilisez, par exemple, pour trouver des bonnes pâtes en Italie. Nous supposons que les endroits où mangent les autochtones italiens sont bons, puisque les italiens connaissent les pâtes. Sur la base de ce bons sens, j’évite les enseignements de certains lamas.

Orgyen Tobgyal Rinpoche m’a jadis dit que lorsque Kyabje Dilgo Khyentse Rinpoche visita la France pour la première fois, presque personne n’allait à ses enseignements, mais aussitôt que les gens entendaient parler d’enseignements par Sogyal Rinpoche, tous allaient l’écouter. Bien sur je comprends que les gens s’attroupent pour écouter SR, il parle anglais et a de l’humour, les étudiants peuvent se lier à lui – ils se sentent connectés. Nous êtres humains, avons tendance à choisir la facilité quand nous pouvons, donc cela peut être un facteur.

Je dois dire qu’aucun des maitres dont j’ai reçu des initiations et enseignements n’a profité de moi, financièrement, sexuellement, physiquement ou émotionnellement. Mais je dois admettre, et je suppose aussi, qu’ils ne feraient jamais une telle chose- ce qui est une erreur de ma part. Une fois que vous avez décidé de prendre un enseignant comme votre guru, vous n’êtes pas supposé faire des hypothèses sur s’il vous traitera bien ou pas, car l’important est d’avoir le courage de tout lâcher avant de s’embarquer dans ce voyage inconnu et imprévisible du vajrayana. Et en tant qu’étudiant du vajrayana, j’aime émettre le vœu que dans mes futures vies, je pourrai maintenir une perception pure de mon guru et avoir la capacité de faire tout ce qu’il me demande, sans poser de questions.

Toutefois, la méthode de bon sens dont j’ai parlé pour choisir son guru comme les pâtes a ses limites. Je suis pratiquement sûr que beaucoup s’entichent d’un guru parce qu’il ou elle est l’élève d’un grand maitre, ou parce qu’il a été publiquement traité de manière affectueuse par de nombreux  grands gurus. Ma propre expérience m’a appris que cette approche ne marche pas toujours.

Kyabje Dilgo Khyentse Rinpoche vénérait et respectait tellement Jamyang Khyentse Chökyi Lodrö, Shechen Gyaltsab et Khandro Tsering Chödrön que quiconque lié à eux devenait très précieux pour lui- même leurs chiens. Je ne pouvais pas voir de grandeur particulière dans plusieurs des personnes à qui Kyabje Dilgo Khyentse Rinpoche montrait une telle affection. Quand j’en ai touché un mot à mon précepteur personnel, il me répondit que Kyabje Dilgo Khyentse Rinpoche avait la perception pure parfaite de chacun et de tout, spécialement ceux liés à son propre guru. Il me gronda : « C’est une chose que tu as besoin d’apprendre ». Maintenant je me rends compte combien ce conseil était précieux.

En un mot, pour ceux d’entre nous qui s’engagent dans un voyage spirituel, juger un guru par son CV et les maitres illustres qu’il connait n’est pas toujours une méthode fiable. En fait sur cette voie, l’existence même d’un CV est louche. Naropa n’est pas allé vers Tilopa pour son super CV. Au contraire, Naropa a du le chercher. Personne ne connaissait Tilopa car c’était un pêcheur ordinaire, donc juste le trouver était très difficile.

Test et équilibre (jeu de mot : check and balance - chèque et résultat/solde du compte d’exploitation)

Mettre en place des vérifications et des équilibres dans le monde spirituel n’est pas facile. Comme le Bouddha l’a dit lui-même quelques millénaires avant que la constitution américaine soit adoptée, aucun système n’est parfait. Le Bouddhisme est malgré tout, un système, mais un système qui en fait, ne croit pas au système, et ses vérifications et résultats ultimes sont les causes et conditions karmiques. Le Bouddhisme reconnait aussi que seul un être éveille peut dire si une autre personne est parfaite ou pas.

Certains d’entre vous sont actuellement en train d’essayer de tout faire pour vous assurer que les lamas qui se sont mal comportés ne soient pas laissés impunis. Votre motivation est peut-être bonne : vous voulez peut-être épargner à d’autres êtres innocents la souffrance causée par ce genre de comportement, et vous ne voudriez pas voir d’autres personnes détournées du Dharma à cause de cela.

Mon sentiment personnel est que de nos jours, il y-a très peu d’êtres humains dans le monde qui soient honnêtes, compassionnés, aimables, attentionnés et non corrompus- le genre de personnes pour lesquelles nous ressentons instantanément une crainte révérencielle quand nous les rencontrons. Et comme la mentalité « chacun pour soi » grandit de jour en jour, les rares personnes honnêtes qui restent sur cette planète disparaissent rapidement. Peut-être qu’en montrant publiquement les fautes comme ceci, dans les réseaux sociaux et ailleurs, dissuadera les autres d’agir mal ? Peut-être est ce le mieux que nous puissions faire en cette époque et âge dégénérés. Au moins, quelques lamas, particulièrement la jeune génération, recevront le puissant message qu’ils ne peuvent pas s’en sortir avec ce genre de comportement. Donc dans une période où le pouvoir et le prestige sont si enivrants que certains lamas se considèrent intouchables et oublient qu’on pourrait leur demander des comptes, peut-être est ce nécessaire ? Mais je ne crois vraiment pas que l’humiliation publique ou les sanctions légales soient la réponse, ou que cela résoudra le problème.

Beaucoup semblent être si désillusionnés par la situation actuelle qu’ils pensent avoir atteint un moment décisif qui signifie le début du déclin et la disparition finale du Bouddhadharma. Malheureusement, certains pourraient être si désillusionnés qu’il n’ya plus pour eux de retour en arrière.

J’ai peur qu’il n’y ait aucun doute là-dessus : le Bouddhisme est en déclin dans ce monde. Je suis certain que les doutes que les gens ont sur les dépositaires principaux du Bouddhadharma- comme les Rinpoche tibétains qui devraient être investis de l’intérêt de la survie du Bouddhisme- est une des raisons pour lesquelles tant de personnes se sentent découragées.

Alors que le Bouddhisme a toujours affronté des obstacles extérieurs – comme les invasions, conversion forcée par l’Islam, conversion sournoise par le christianisme, assimilation condescendante par l’hindouisme, etc ;- son principal obstacle est interne et les germes d’attitudes sectaires. Aujourd’hui, la plupart d’entre nous en sommes à peine conscients, alors même que c’est l’une des plus grandes menaces auxquelles le Bouddhisme doit faire face.

Il y-a beaucoup de facteurs contributifs à la dégénérescence du Bouddhadharma. Sous la bannière de l’objectivité rationnelle par opposition à la superstition, et habillés de libéralisme soi-disant non dogmatique, nombreux parmi l’élite Bouddhiste européenne et américaine font la promotion d’une version du bouddhisme qui fait disparaitre la réincarnation. Leur campagne a le potentiel de détruire le bouddhisme bien plus surement que n’importe quel scandale interne. Après tout, le scandale actuel ne concerne qu’une seule personne, alors que la tendance pernicieuse et apparemment contagieuse de mal présenter le dharma- ce qui est en train d’être effectué par beaucoup et en affecte même plus- se répand si vite que c’est beaucoup plus insidieux et destructeur.

De plus, il y-a un grand groupe d’enseignants respectables d’art de vivre qui collectent et plagient les idées Bouddhistes sans scrupule. Ils vendent leur approche sous l’étiquette « pleine conscience » et « éthiques laïques », mais prennent soin de mettre de côté tout terme, expression ou jargon qui paraitrait le moins du monde religieux, au prétexte de rendre les idées du Bouddha accessibles aux gens modernes. Ils n’ont même pas l’honnêteté de reconnaitre l’auteur initial des idées et pratiques dont ils font commerce, et au lieu de cela essaient souvent d’insinuer qu’ils les ont découvertes par eux-mêmes. Pour moi, c’est du vol pur et simple. J’aurais pensé que les occidentaux, qui chérissent les notions de propriété intellectuelle et dont les pays imposent des règles de copyright strictes pour la protection des écrivains et institutions, se conduiraient mieux.

Encore plus dangereux sont les self-made gurus qui utilisent la pleine conscience et d’autres pratiques bouddhistes pour transformer l’essence de la voie bouddhiste en techniques pour accroitre notre amour du samsara. Ce faisant, ils détruisent complètement le but même du Bouddhadharma, qui est de libérer les êtres de la souffrance du samsara. Si la perversion des enseignements du Bouddha n’est pas démoniaque – le diable incarné, comme diraient les chrétiens- qu’est ce qui l’est ?

A l’autre extrême, le Bouddhisme est aussi miné par la tendance envahissante au Sikkim, Népal et Bhoutan de préserver la soi-disant précieuse culture et tradition antique à tout prix. En essayant d’embaumer leurs traditions, ils détournent le Bouddhisme et le dépouillent de toute signification et pertinence pour cet âge moderne.

La conduite de SR est peut-être sa ruine et malheureusement, peut-être celle de ses disciples. Mais les tendances de loin plus destructives à l‘intérieur du Bouddhadharma ont le pouvoir d’affecter des millions et en fin de compte détruire le Bouddhisme bien plus totalement que ce scandale actuel. Franchement, elles sont plus mortelles que la décimation perpétrée sur le Bouddhisme par la révolution culturelle et autres forces externes.

Et maintenant ?

La situation actuelle est difficile et malheureuse, il n’y-a aucun doute. En même temps ce n’est rien de nouveau. Dans le cours de l’histoire Bouddhiste de nombreux scandales similaires ont éclaté- et certains bien pires. Je pense que cette situation particulière nous donne l’opportunité de montrer notre résilience. C’est aussi notre chance de penser le Bouddhisme de manière plus large que par le petit bout de la lorgnette.

Pour les disciples du Bouddha, en particulier les étudiants du vajrayana et spécialement ceux de SR et ceux qui posent les questions très dures, je crois fermement que la discussion actuelle sur le comportement des gurus est ancrée dans un désir sincère de trier les choses et d’aider le sangha Rigpa et plus largement le monde bouddhiste. C’est l’aspect positif du questionnement que nous observons aujourd’hui, et c’est un côté qui doit être reconnu et apprécié.

Que vous le vouliez ou non, en tant que membres du sangha bouddhiste élargi, et spécialement en tant que frères et sœurs vajra, nous avons créé un lien entre nous qui est bien plus important que  la famille. Mais dans nos relations proches, nous autres être humains souffrons souvent du fait de la mauvaise communication. Quel est l’antidote de la mauvaise communication ? La communication ! Donc c’est le moment de libérer un espace où la communication véritable sans réserve peut prendre place. En fait, j’ai déjà lu un certain nombre de lettres et de posts en ligne par des personnes qui font un grand effort pour trouver une bonne solution.

Avant tout, cependant, nous devons avoir une vision d’ensemble- c’est le plus important. Ni le sangha de Rigpa ni aucun de ses membres individuels ne doit être transformé en proscrit. Il est aussi vital que nous nous souvenions et reconnaissions le bien que SR a amené en Europe et en Amérique. Le fait qu’il ait présenté tant de personnes à de si grands maitres est déjà en soi une contribution au Dharma qui ne peut être payée en retour, car ces maitres exceptionnels n’étaient pas juste des enseignants du Dharma, ils étaient quelques uns des plus grands êtres vivants du siècle.

Dans la balance, je soutiendrais que SR a fait beaucoup plus de bien que de mal à ce monde et au Bouddhadharma. Nous devons nous en souvenir. C’est trop facile de regarder cette situation de manière simpliste, de prendre parti et se liguer contre ceux qui ont des points de vue contraires- en particulier quand la dévotion est impliquée.

Pour moi, ce qui est arrivé récemment dans le sangha Rigpa a vraiment renforcé mon estime de nombre d’élèves de Rigpa- ceux que certains pourraient étiqueter de flagorneurs aveugles. J’en connais personnellement qui sont assidus, aimables, désireux d’apprendre, et qui se soucient vraiment de la continuité du Bouddhadharma et de la lignée- ce qui est rare en ce monde. Par les temps qui courent, le simple fait d’essayer de pratiquer la perception pure et de maintenir une dévotion pour son maitre et l’enseignement est véritablement admirable. C’est si encourageant de voir tant de pratiquants bouddhistes –de première ou seconde génération- se dédier à la pratique bouddhiste de cette manière. Tandis qu’il est tentant de se focaliser entièrement sur le scandale et la honte, ce que nous devrions surtout essayer de faire est de voir ça à travers un objectif beaucoup plus large et positif. De ce que je vois, la plupart des élèves Rigpa reconnaissent qu’il y-a quelque chose d’incroyablement bon dans les enseignements qu’ils ont reçus et dans leur lignage. Et de tous les étudiants du vajrayana, les élèves Rigpa sont parmi les meilleurs et les plus humbles.

Les tibétains devraient aussi reconnaitre que ces occidentaux, à la différence des tibétains eux-mêmes, sont nés et ont grandi dans des pays où manque toute forme d’influence du Dharma. Et pourtant, beaucoup de ces étudiants occidentaux voyagent sur de grandes distances pour trouver des enseignements bouddhistes. Sans aucune racine historique bouddhiste et absolument aucune culture bouddhiste dans leurs pays, ils ont néanmoins essayé de faire tout ce que les tibétains, qui étaient leurs maitres, leur ont demandé. Ils ont toujours essayé de faire de leur mieux. Beaucoup ont transformé leur salon en lieux de réunion où les gens peuvent pratiquer. Et la plupart ne sont pas riches- beaucoup n’arrivent pas à joindre les deux bouts.

Dans cet âge fanatique extrême, quand tant de gens sont perdus et cherchent désespérément un sens à leur vie, la recherche du Bouddhadharma de ces occidentaux est remarquable et digne d’éloges. Cela l’est d’autant plus à une époque où tant de personnes dans le monde choisissent volontairement de suivre les vues et voies les plus extrémistes qui glorifient de nuire aux autres et à soi-même. Pourtant notre société soi-disant libérale, libre, intellectuelle met tant d’efforts à essayer de justifier ce genre de vision et d’action extrêmes. Certains qualifient même cela de « modération », blâmant quelques dévoyés, plutôt que de reconnaitre que c’est la vue et la voie qui sont fausses.

J’irais jusqu’à dire qu’il semble y avoir une tendance parmi les libéraux et intellectuels- tous ceux qui se glorifient d’être objectifs et aiment critiquer- à chercher les fautes dans les choses qui sont de toute évidence bonnes, et chercher le bon dans tout ce qui est évidemment très mal. En fin de compte, ils consacrent un temps et une énergie incroyables à railler une voie basée sur l’amour et la compassion qui n’a pratiquement aucun antécédent historique de violence, et qui enseigne la plus profonde sagesse de l’origination interdépendante. Et ils consacrent encore plus de temps et d’énergie à justifier une voie qui glorifie la violence et le dualisme.

Le bouleversement actuel causé par les critiques publiques même de SR est pénible pour de nombreux  pratiquants bouddhistes authentiques, spécialement maintenant que les medias occidentaux s’en sont saisi avec tant d’enthousiasme. Je soupçonne que beaucoup de libéraux, athéistes et la plupart des medias occidentaux seraient enchantés si des nouvelles d’un kamikaze Jaïn faisaient les gros titres, car cela prouverait leur point de vue que toutes les religions ont leur côté sombre et abrite des extrémistes. Comment ne serions nous pas découragés quand le quotidien à plus gros tirage d’Allemagne, le Süddeutsche Zeitung avec plus d’un million de lecteurs quotidiens, publie un article principal sur le scandale de SR sous le titre « Bouddhisme » et intitulé « outrage ». Imaginez le tollé si la presse occidentale rapportait chaque attentat à la bombe et massacre sous le titre « Islam ».

Ainsi, dans cet âge d’hypocrisie, les disciples du Bouddha doivent être plus braves et courageux que jamais. Dans une époque où il n’y-a presqu’aucun soutien à ceux qui suivent une voie authentique, et quand le doute s’installe à chaque tournant, il est plus important que jamais que- en tant que pratiquants individuels et sangha- nous ne soyons pas engloutis par le scandale et les conflits entre factions. Dans une ère où les vues fausses et les actions meurtrières non seulement prévalent, mais sont aussi glorifiées et même justifiées par de respectables intellectuels libéraux, nous devons redoubler d’efforts pour étudier la voie authentique du Bouddhadharma. En nous concentrant sur le schéma d’ensemble et le futur à long terme du Bouddhisme, la crise actuelle pourrait bien être l’occasion parfaite pour nous tous de renouveler, pour le bien de tous les êtres, nos engagements et notre consécration à l’étude et la pratique de la voie authentique du Bouddha qui mène à l’éveil.