Skip to main content

#OKCinfo

Nouvelles poursuites contre le gourou d’OKC

Le parquet de Bruxelles a ouvert une nouvelle notice pour blanchiment à l’encontre de Robert Spatz, le gourou de la secte bouddhiste OKC, a-t-on appris auprès de plusieurs avocats lors du procès qui s’est clôturé mardi sur une irrecevabilité totale des poursuites. Selon M e Quentin Wauters, l’avocat de Robert Spatz, son client, qui vit en Espagne depuis des années, doit être entendu le 1 er octobre par la police espagnole dans le cadre d’une demande d’entraide formulée par la justice belge.

La somme de 272.000 euros, issue de ventes de biens, a par ailleurs été saisie sur les comptes de cet homme de 74 ans. Le parquet bruxellois a également demandé à Robert Spatz un examen médical pour justifier son absence lors des deux procès belges de 2016 et 2018. Le gourou n’avait assisté à aucune audience, prétextant un état de santé déficient.

Ces faits étant liés à ceux qui viennent d’être jugés, ils sont fortement contestés par la défense. En effet, la loi veut que l’on ne puisse être jugé deux fois pour les mêmes faits. Les faits nouvellement reprochés portent aussi sur des soupçons de blanchiment portant sur les années 2017 et 2018. Cette notice de blanchiment a été ouverte en 2016, peu après la fin du premier procès ayant mené à la condamnation de Robert Spatz à une peine de quatre ans de prison ferme.

Aujourd’hui ni acquitté ni condamné, Robert Spatz a bénéficié mardi, comme tous les autres prévenus, de l’irrecevabilité des poursuites. La cour d’appel de Bruxelles a estimé qu’à la suite d’erreurs commises par un expert judiciaire, un substitut du procureur et le juge du premier procès, il y a eu « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » . L’enquête judiciaire, ouverte à la fin des années 90, avait démontré des soupçons de faits de mœurs commis sur des membres de la communauté sectaire ainsi que toute une série de délits économiques et financiers.

Durant le résumé de l’arrêt, lu pendant 1h30 par le premier président de la cour d’appel de Bruxelles, Luc Maes, il n’a pas été question une seule fois des victimes qui se retrouvent dépourvues 21 ans après le début de l’affaire.

Source : LeSoir - OCTAVE MOREL