Skip to main content

#OKCinfo

Derrière la Porte Rouge... #OKCinfo #Témoignages

8 min read

 A nous tous qui avons vécu aux Château de Soleils…

derrière la porte rouge

contexte: Nyima-Dzong entre 1987-88 et 1991

Je me souviens…

De nos rires cristallins dans les montagnes,

Des bourrasques de vent dans les bannières

De nos joies partagées d’enfants devant si peu

Des caches-caches dans les hautes herbes à l’heure où sonne le gong

Des descentes en luges sur la neige

Des baignades sous le soleil

Du crépitement du feu qui nous réchauffe les mains

De notre appétit débordant pour un bout de pain frais

De toutes nos passions et déchirures, de l’intensité de cette vie loin dans nos souvenirs

Tous ces enfants, l’optimisme de la vie vissé au corps jouant au ballon « prisonnier » devant ce grand chêne immobile.

Alors :  « Sans balancer j’affirme… »

Prisonnier… oui, nous l’étions…tandis qu’il nous enseignait que c’était de notre égo que nous l’étions, nous découvrons que c’était bien du sien.

Mais je me souviens aussi…

« des cœurs brisés »

Dans les minibus qui nous ramenaient vers le soleil et son château, nous pleurions en silence, le visage écrasé sur les vitre regardant défilé les boutiques de la rue du bailli. 

Le cœur d’enfant meurtri par cette blessure ravivée  de nos séparations annuelles ; 

 Puis le chants sacré pour les protecteurs prenait le dessus sur nos pleurs, sur le vrombissement du moteur…nous devrons être purifié de l’influence samsarique dès notre arrivée sur la terre pure…

«  jeux d’enfants »

De ce visage si blanc, de cet enfant la main sur le bucher tenue de force à qui l’ont fait croire qu’on va la lui couper. Tout autour foule se presse, dans l’air il y a la hache suspendu et l’odeur des sapins du feu d’offrande tendu vers le haut.

 Les cœurs d’enfants battent… 

Nous avions, pour mériter ce théâtre, subtilisé un pot de miel 

Il nous avait servi pour préparer des gâteaux d’argile tartinés de nectar pour nos parents absents…

« La gourmandise »

Il y avait sur le domaine, entre quelques buissons, un arbre donnant de petites poires sauvages ;
Bravant les fourmis aux fesses rouges qui l’avaient colonisé, l’ami et moi-même avions rassasié nos 
petits ventres d’enfants de ces fruits aux gouts astringents

Damnation !  Nous avions alors, sans le savoir, au regard de prêtresse locale, désobéi !  De quoi je ne sais pas… Frère Karma à du s’en mêler car nous nous sommes tordus de douleurs tant nos ventres gargouillais. Et bêtise que nos regards appelant à l’aide, car nous avons fini la journée, l’un enfermé dans la cave à chaussure, l’autre par 108 tours de l’air sacré en courant nu pied dans les chardons.

La moral de cette histoire  pourrait-être toute trouvée, « la gourmandise est…. »

Mais je dirais plutôt  « fuyiez la bêtise » VITE !

« Le vain bavardage »

Après les chants tibétains, ou une mélodie de Paul Simon les soirs de grâce, il nous fallait dormir. 

Mais l’agitation du jour, pas encore dispersée malgré les efforts, nous poussait à bavarder, à chuchoter dans la pénombre du dortoir.

C’était sans savoir que notre vaillant responsable se tenait aux aguets…, il entrait brusquement, le silence était immédiat. Il lançait dans l’air une suite de prénoms à qui il promettait une punition.

Nous nous endormions dans l’angoisse…

5h30 du matin, en plein hiver, une main arrache la couverture, l’autre attrape ma jambe me tire du lit superposé, dégringolade…

Vêtu de notre slip de coton nous traversons le monastère dans la nuit vers les sanitaires, l’eau 
glaciale sur nos têtes provoquait des douleurs horribles, il nous retenait sous la douche en nous frappant avec la raclette de caoutchouc un après l’autre tandis que nos frères attendaient leurs tours dans l’angoisse et les pleurs.

« le froid revigore »

En ce mois de février, alors que le Lozar approchait, nous avions été pris dans la nuit par notre vaillant responsable ;  Nous étions sorti du dortoir nous balader et chahuter.

Même heure, même approche, même pleurs 5 enfants dans le givre du crépuscule. Pas de douche ce matin là, mais une longue promenade en slip de coton, nu pied à travers champs pour rejoindre les 108 bannières dans le bas du domaine. L’herbe se brisait sous nos pieds meurtris sous un son de feuilles mortes tant le givre était épais.

Du haut de son échelle, perché sur son mat de prière notre vaillant responsable ordonnait le ballet de prosternation que nous faisions sur le sol gelé. Lorsque le givre avait disparu sous nos corps : 

« décalez vous ». 

Je me souviens ce matin là d’accueillir les premiers rayons de soleil comme un réconfort absolu,

 je me souviens ses rayons éclairer peu à peu la plaine devant nous et venir sur nous…, l’ombre du brin d’herbe à côté de mes mains devenues insensibles…

« La souffrance ajoutée à la souffrance… »

Il semblait par moment, pleuvoir des punitions, tant les prétextes étaient multiples. 

Nos têtes folles d’enfants, de jeunes adolescents dans le vent, avec toute cette intensité de vie ne manquaient pas de donner à notre vaillant responsable sujet à punitions.

Souvent parce que nous dodelinions de la tête pendant la prière, bavardions pendant le repas, oublions la énième lettre de l’alphabet tibétain ou faisions preuve d’intolérance, bref tout était 

prétexte à recevoir un coup dans le dos, se faire tirer l’oreille dans laquelle on susurrait  avec un horrible accent : «  attends ce soir tu vas voir » 

Suprême stratégie que d’avertir l’enfant qu’il va en baver. Malgré notre enthousiasme de vie, nos sourires, nous ne pouvions nous empêcher de penser à ce qui nous attend là… nous étions 2 fois punis.

Là…c’était parfois chez lui parfois dans l’intendance, dans la nuit, pour ne pas être vu, son mouchoir humide dans la bouche pour ne pas être entendu, les coups sur le dos, la tête, la peur, la tristesse, les angoisses, le désespoir…

Et ce malgré le rodéo de nos ainés dehors criant « Hitler, laisse-le,… » Jetant même des pierres sur sa porte mais en vain…

Sans doute que vu par les « badauds » alentours  cela était un jeu, jeu d’enfant … sans doute…comment pourrait ‘il en être autrement ?

C’est loin et si proche, je vous embrasse tous.