Notre histoire

Nous sommes 23 anciens enfants d’adeptes, constitués en tant que parties civiles dans le procès en cours contre le gourou Robert Spatz (alias, “Lama Kunzang”) et la secte Ogyen Kunzang Choling (OKC). Plusieurs d’entre nous ont porté plainte pour viols et abus sexuels sur mineur. D’autres anciens adeptes ont également porté plainte : Spatz est accusé d’avoir manipulé les membres d’OKC à des fins personnelles et criminelles.

OKC a été créée dans les années 1970 par Spatz dans le but (selon lui) d’oeuvrer à la “transmission et la mise en pratique des enseignements bouddhiques de la tradition tibétaine”. Alors que la vie communautaire était rêvée comme une alternative utopique et idyllique, elle s'avérera être dictée par un manipulateur sadique et pédophile.

Comme le juge de première instance l’a établi, les adeptes ont été exploités à son profit. Pendant qu’ils travaillaient sans relâche de manière bénévole -puis comme faux indépendants sous/pas payés- en Belgique, au Portugal et en Espagne, leurs enfants, donc nous, ont été envoyés à Château de Soleils (alias “Nyigma Dzong”), un lieu isolé de tout dans les Alpes de Haute-Provence.

A l'issue d'un procédure entamée il y a 20 ans (1997), Robert Spatz a été condamné en 2016 en première instance à 4 ans de prison avec sursis et à des dédommagements -pour de multiples chefs d'accusation, notamment pour prise d’otage d’enfants avec circonstances aggravantes de torture, abus sexuels et viol de jeunes adolescentes, et plus de cent actes répréhensibles allant de l’usage de faux, d’extorsion en passant par le blanchiment d'argent.

C’est suite à l’appel de cette décision par Spatz et OKC que nous vous demandons de l'aide car nous n’avons pas de ressources suffisantes pour obtenir justice.

L’endoctrinement

Loin des regards, nous étions endoctrinés avec des heures de prières quotidiennes et pratiques “religieuses” propres à Spatz. Sans autre référence, loin de nos parents que l’on nous décrivait comme pollués corrompus par leurs émotions et la civilisation occidentale, nous avons appris à nous en remettre à lui, jour et nuit.

Des violences physiques et psychologiques

Devant le juge en première instance, nous avons décrit des carences sévères : affectives, alimentaires, médicales, scolaires. Les violences physiques et psychologiques étaient quotidiennes : des coups de bâtons, des enfermements, courir dehors pied nu sur la neige, privation de nourriture, devoir rester dans la nuit dehors n'en sont que quelques exemples.
Il nous était impossible de nous rendre compte de l’injustice dont nous étions victimes et nous étions terrorisés à l’idée de désobéir. La douleur était présentée comme bénéfique. On nous disait que le fait de souffrir était bon pour nous, que cela allait nous endurcir et nous préparer à survivre à la fin du monde. Nous avons grandi dans l’idée que la fin du monde était proche, et Spatz voulait nous y préparer comme des guerriers. Selon Spatz, seuls les êtres vivant sur la “terre pure de Nyigma-Dzong” en réchapperaient.

Des abus sexuels sur les jeunes filles

Les jeunes filles furent probablement les plus touchées par les dérives du guru. Spatz prenait ainsi des adolescentes (élevées à Nyigma-Dzong) à son service domestique, dès l'âge de 12 et 13 ans, et les utilisaient secrètement pour satisfaire ses besoins sexuels sous prétexte de pratiquer des «rituels tantriques».

La difficile reconstruction

En sortant de cette organisation, nous avons tous eu le plus grand mal à nous adapter au monde et à nous reconstruire psychiquement. Certains d’entre nous ont la grande tristesse d’avoir des parents qui continuent à défendre Robert Spatz qu’ils vénèrent comme une émanation de Bouddha sur terre plutôt que de prendre le parti de leurs enfants.

Le procès...

En 2016, Robert Spatz a été condamné en première instance pour de multiples chefs d'accusation, notamment pour prise d’otage d’enfants avec circonstances aggravantes de torture, abus sexuels et viol de jeunes adolescentes, et plus de cent actes répréhensibles allant de l’usage de faux, d’extorsion en passant par le blanchiment d'argent. Nous espérions que cette décision serait définitive mais Robert Spatz, disposant de fonds suffisants lui permettant de faire traîner la sentence qui était somme toute légère compte tenu des charges (4 ans de prison avec sursis et amendes), et OKC (partiellement acquitté car considéré comme victime de Spatz) ont interjeté appel.

...et l’appel

C’est à cause de cet appel que nous avons besoin d'aide pour financer les coûts de notre défense. Nous avons réduit au minimum ces frais - deux avocats pour 23 parties civiles, alors que Spatz et son organisation disposent de 7 avocats !
Nous avons la chance d'avoir des avocats talentueux qui croient en notre cause, malgré notre incapacité à les rémunérer correctement pour leurs service.
C'est un appel complexe qui doit se dérouler sur une période de six mois minimum et qui leurs demandera de longues heures de travail.

Nous avons besoin de votre soutien afin de pouvoir mener à bien notre défense et rétablir la justice

Suite à notre jeunesse volée, peu d’entre nous ont des ressources suffisantes pour payer ces deux avocats. Nous ne pouvons que compter sur la générosité et la solidarité de ceux qui croient en notre combat pour mener à bien notre défense et rétablir la justice… Nous avons calculé qu’il nous faudrait réunir la somme de 6 000 euros pour indemniser nos avocats, dès lors le moindre don est le bienvenu.

Verdict : irrecevabilité des poursuites !

Des années d’enquête et de procédure judiciaire que la cour a balayées d’un revers de la main. Les témoignages, que ces personnes ayant grandi au sein de la secte ont livré après de gros efforts pour surmonter leurs émotions, n’auront finalement même pas été examinés. Lire Plus

Témoignages

Souvent parce que nous dodelinions de la tête pendant la prière, bavardions pendant le repas, oublions la énième lettre de l’alphabet tibétain ou faisions preuve d’intolérance, bref tout était prétexte à recevoir un coup dans le dos, se faire tirer l’oreille dans laquelle on susurrait avec un horrible accent : « attends ce soir tu vas voir » ”  lire la suite

J.P.

Il m'a fallu des années pour rompre le secret et parler de Spatz, mais j'ai finalement porté plainte au pénal et au civil contre lui en 1998. J'ai découvert plus tard que trois autres femmes avaient fait la même chose. ”  lire la suite

C.K.

Ils allaient vers la fin des temps, en se préparant à la violence. C'était notre perspective d'avenir. (...) Pourquoi étudier, pourquoi développer la moindre ambition personnelle quand la seule perspective construite était la fin des temps, cet arrière-monde fantasmé ?   lire la suite

J.C.

Crowfunding

Vous pouvez nous aider en donnant via Gofundme, et en partageant cette page.

GoFundme

il est également possible de faire un virement bancaire.

Nous vous remercions du fond du coeur pour votre contribution.


Comment nous utiliserons les fonds

  1. Payer nos avocats
  2. Payer les frais médicaux (soutien psychologique principalement)
  3. Payer les frais de transports des parties civiles vivant à l'étranger
  4. Payer les frais de communication de l'initiative OKCinfo

Tout surplus sera reversé à des organisations qui se battent contre les dérives sectaires et les abus sexuels.

A propos d'OKCinfo

OKCinfo a été lancé fin 2015 en tant que tentative désespérée de dernière minute dans un procès existant lancé par l'Etat belge contre la secte OKC près de 20 ans auparavant.
Les 23 d'entre nous - soutenus par plus de 40 autres jeunes ex-enfants nés de l'OKC - ont depuis lors été soutenus par des avocats talentueux prêts à défendre notre cause.

L'initiative est née de la prise de conscience que si nous, enfants de la première, deuxième et troisième génération, n'allions pas parler, le gourou de la secte et la clique autour de lui manipuleraient le procès et le tribunal pour établir qu'il n'y a pas de victimes, pas de plaintes, rien, que ce n'est pas une secte mais une "communauté d'inspiration bouddhiste tibétaine" persécutée par l'Etat belge.

Archive du procès 2016 et suivi presse disponible ici
Civil Parties and their friends